La Cour suprême israélienne confirme la loi controversée sur l’État juif

A protestor carries a sign during a demonstration by Palestinian, Israeli and foreign protesters against the newly-opened Route 4370, on January 23, 2019, in the occupied West Bank. - The highway into Jerusalem divides Israeli and Palestinian drivers into separate lanes with a wall, leading Palestinians to label it an "apartheid road". Its western side serves Palestinians, who cannot enter Jerusalem, whereas the roads eastern side serves settlers, who can now reach northern Jerusalem. (Photo by ABBAS MOMANI / AFP) (Photo credit should read ABBAS MOMANI/AFP via Getty Images)

JERUSALEM (AP) – La Cour suprême d’Israël a confirmé jeudi une loi controversée qui définit le pays comme l’Etat-nation du peuple juif, rejetant les allégations des opposants selon lesquelles elle serait discriminatoire à l’égard des minorités.

Dans son arrêt, la Cour a reconnu les lacunes de la loi dite de l’État-nation. Mais elle a déclaré que la loi « n’a pas nié le caractère démocratique d’Israël » décrit dans d’autres lois.

Les partisans de la loi de 2018 ont affirmé que la législation ne faisait que consacrer le caractère juif existant d’Israël. Ses détracteurs ont déclaré qu’elle dégradait encore le statut de la minorité arabe d’Israël, qui représente environ 20 % de la population du pays.

Les citoyens arabes d’Israël ont le droit de vote et sont bien représentés dans de nombreuses professions, mais ils souffrent néanmoins d’une discrimination généralisée dans des domaines tels que le logement et le marché du travail.

La loi a été approuvée par la Knesset, ou parlement, en juillet 2018. Elle définit Israël comme l' »État-nation » du peuple juif et ajoute que « l’accomplissement du droit à l’autodétermination nationale dans l’État d’Israël est propre au peuple juif. » Il a également rétrogradé l’arabe d’une langue officielle de l’État à une langue ayant un « statut spécial. »

L’adoption de la loi a suscité une vive opposition de la minorité arabe du pays, en particulier parmi les Druzes israéliens, qui servent dans l’armée.

Un certain nombre de groupes de défense des droits des Arabes et d’organisations de la société civile ont demandé à la Cour d’annuler la loi. Un panel de 11 juges, la plus grande formation de la Cour, a examiné l’affaire.

Dans sa décision (10-1), la Cour a déclaré que « l’égalité des droits est accordée à tous les citoyens de l’État, y compris les groupes minoritaires ». Ils ont déclaré que le droit à l’autodétermination nationale « ne nie pas les droits personnels ou culturels reconnus ». Ils ont également déclaré que la loi ne portait pas atteinte au statut de la langue arabe et n’empêchait pas « la promotion de son statut. »

Le seul juge arabe de la Cour, George Karra, a été le seul à exprimer sa dissidence, qualifiant la loi de discriminatoire.

Le ministre de la Justice, Gideon Saar, chef du parti nationaliste Nouvel espoir, a salué la décision de jeudi.

Il a déclaré que la loi « ancrait l’essence et le caractère d’Israël en tant qu’État-nation du peuple juif » et « n’empiétait pas sur les droits individuels des citoyens d’Israël ».

Adalah, un groupe de défense des droits des Arabes qui a tenté de faire annuler la loi, a déclaré que le tribunal a confirmé une loi qui « exclut complètement ceux qui n’appartiennent pas au groupe majoritaire ». Elle a déclaré qu’elle « continuerait à travailler au niveau international pour dénoncer la nature discriminatoire et raciste de cette loi ».

L’expert juridique Yuval Shany, vice-président de l’Institut israélien pour la démocratie, un groupe de réflexion indépendant, a déclaré que la loi était largement symbolique et qu’elle fournissait un « contexte » constitutionnel dont les juges pourraient tenir compte dans d’autres affaires. Mais il a ajouté que l’arrêt indiquait clairement que d’autres lois, sur des questions telles que l’égalité et les droits des minorités, devraient également être prises en compte.

« Essentiellement, la Cour dit que vous devrez examiner ces questions au cas par cas lorsque la législation future nous sera présentée », a-t-il déclaré.

Associated Press, 08/07/2021

Etiquettes : Israël, Etat juif, loi, discrimination, minorités,