Ceuta : Un Schengen en Afrique

Les gardiens de l’UE : la coopération hispano-marocaine à Ceuta

Entre lundi 17 et mardi 18 mai 2021, plus de 8 000 personnes ont traversé à la nage ou à pied le Maroc jusqu’à la côte espagnole de Ceuta, sans être arrêtées par les autorités marocaines. Ceuta, avec sa frontière fortement sécurisée et ses hautes clôtures, est depuis longtemps un symbole de la « forteresse Europe », mais l’Espagne compte beaucoup sur l’externalisation des contrôles frontaliers pour y parvenir.

Par Isabella Leroy

Depuis le lundi 17 mai 2021, on estime que 8 000 personnes ont traversé du Maroc vers Ceuta, une ville espagnole de 84 000 habitants située sur la côte du nord du Maroc. La plupart d’entre eux ont voyagé du Maroc à Ceuta à la nage, mais certains l’ont également fait sur de petits radeaux ou bateaux ou à pied. Certains d’entre eux pourraient bénéficier d’une protection internationale, notamment les mineurs étrangers non accompagnés. La passivité inhabituelle de la police marocaine à la frontière a permis à ces personnes d’entrer librement en Espagne. Malgré cela, un homme est mort pendant la tentative.

Le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, s’est rendu à Ceuta après avoir souligné la nécessité de défendre l' »intégrité territoriale » de l’Espagne. Le gouvernement espagnol a déployé l’armée, y compris des chars militaires sur les plages de Ceuta, et le ministère de l’intérieur affirme que 5 600 des personnes entrées illégalement à Ceuta sont depuis « rentrées au Maroc ».

Contexte

En novembre 2020, le cessez-le-feu de 1991 entre le Maroc et le Front Polisario, le mouvement de libération du peuple sahraoui qui revendique le contrôle du Sahara occidental, a pris fin brutalement. Fin avril 2021, les autorités espagnoles ont accepté le transfert de Brahim Ghali, le secrétaire général du Front Polisario, vers l’hôpital espagnol de Logroño après avoir été infecté par le COVID 2019. Cette décision va à l’encontre de la position des autorités marocaines, qui ont mis en garde à plusieurs reprises contre d’éventuelles répercussions diplomatiques pour ce qu’elles considèrent comme un soutien politique au mouvement séparatiste.

La décision des autorités marocaines de ne pas empêcher le passage de la frontière est probablement le résultat des récentes tensions diplomatiques entre l’Espagne et le Maroc au sujet de l’hospitalisation secrète de Brahim Gali. Cependant, le Maroc a réfuté ces allégations, soulignant plutôt la manière secrète et lourde dont Brahim Gali a été amené en Espagne et la position ambiguë du gouvernement espagnol concernant le Sahara Occidental. Dans ce contexte, des personnes détenues au Maroc ont profité de l’assouplissement de la frontière pour traverser.

L’arrivée de ce groupe de personnes en transit, dont des demandeurs d’asile, a incité la commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson, à appeler à la solidarité avec l’Espagne et à souligner l’importance de la coopération de l’UE avec le Maroc. Le plus important maintenant est que le Maroc poursuive ses efforts pour empêcher les départs illégaux et que ceux qui n’ont pas le droit de rester soient renvoyés de manière ordonnée et efficace, a-t-elle déclaré. Les députés ont accusé le Maroc d’utiliser les mineurs non accompagnés comme des pions diplomatiques, mais sont satisfaits de la décision des autorités marocaines de reprendre les mineurs marocains non accompagnés et des efforts déployés pour les réunir avec leurs familles. Ces membres ont également souligné que « Ceuta est une frontière extérieure de l’UE dont la protection et la sécurité concernent l’ensemble de l’Union européenne ». Les députés marocains ont dénoncé ce qu’ils appellent « l’européanisation » d’une crise bilatérale.

Comment l’UE et l’Espagne externalisent-elles la gestion des frontières à Ceuta ?

L’externalisation est un processus par lequel l’Union européenne externalise une partie du contrôle de ses frontières en dehors de son propre territoire. Ceuta est un exemple clair de cette politique, où l’Espagne travaille en étroite collaboration avec le Maroc malgré les différends territoriaux, aboutissant à la situation quelque peu paradoxale où le Maroc contribue à la sécurité frontalière tout en refusant de reconnaître la frontière terrestre parce qu’il revendique toujours la souveraineté sur Ceuta.

Schengen en Afrique : Ceuta comme frontière extérieure de l’UE

Ceuta est, avec Melilla, l’une des deux enclaves espagnoles sur la côte du Maroc et est espagnole depuis le 16e et le 15e siècle, respectivement. Cependant, il existe toujours des différends territoriaux avec le Maroc au sujet des deux villes. En tant que villes autonomes, elles font partie de l’UE, mais avec des exceptions importantes, notamment le territoire douanier communautaire, la politique commerciale commune et les dispositions de l’UE relatives à la libre circulation des marchandises, la politique commerciale commune et les politiques de l’UE en matière de pêche et d’agriculture. Toutefois, ils ne bénéficient d’aucune exemption, dérogation ou exception en matière d’immigration en vertu de la législation européenne, de sorte que le même cadre juridique européen s’applique à Ceuta et Melilla que dans le reste de l’Espagne. Néanmoins, l’Espagne a introduit une dérogation à l’expulsion collective. Cette exception ne s’applique qu’à Ceuta et Melilla, ce qui a revêtu une importance particulière dans l’affaire récente de la Cour européenne des droits de l’homme dans l’affaire ND et NT c. Espagne. Depuis que l’Espagne a adhéré à l’accord de Schengen en 1991, Ceuta et Melilla sont les seules frontières terrestres de l’UE situées sur le continent africain, faisant ainsi office de frontière entre l’UE et l’Afrique. Avec les îles Canaries – où le nombre d’arrivées a également augmenté en 2021 – elles forment la frontera sur (« frontière sud ») de l’Espagne et constituent une source essentielle de premières arrivées de demandes d’asile.

En raison de sa situation géographique, Ceuta est devenue une zone de transit populaire pour la migration du continent subsaharien vers l’UE. En conséquence, la frontière a été de plus en plus sécurisée, notamment avec l’aide de fonds européens. En 1995, la frontière entre Ceuta et le Maroc a été entourée d’une clôture toujours plus haute, qui est devenue l’incarnation de la « forteresse Europe ». Depuis lors, elle a été renforcée par une deuxième clôture pour fermer l’enclave aux personnes qui tentent de traverser depuis le Maroc. En outre, la forte présence de gardes-frontières espagnols et marocains rend la frontière pratiquement impénétrable, et les patrouilles des deux côtés de la frontière empêchent généralement les gens de la traverser. Il est également question de l’introduction d’une technologie de reconnaissance faciale.

En raison de la militarisation croissante de la frontière, il est pratiquement impossible de la franchir sans visa. Les personnes souhaitant se rendre à Ceuta ou Melilla ont quatre possibilités. Tout d’abord, ils peuvent, du moins en théorie, demander l’asile à l’un des postes frontières de Ceuta ou Melilla, mais dans la pratique, cela est difficile, voire impossible, surtout pour les migrants subsahariens, en raison du recours au profilage ethnique. C’était l’un des principaux problèmes de la ND et de la NT contre l’Espagne. Deuxièmement, certaines personnes ont recours à de faux passeports marocains pour entrer dans les enclaves. Ces deux options ne sont disponibles que pour un nombre très limité de personnes. Troisièmement, ils peuvent franchir les deux barrières (une du côté espagnol et une du côté marocain), ce qu’ils tentent parfois en groupe pour avoir plus de chances de réussir. Enfin, certains tentent de rejoindre les enclaves par la mer depuis le côté marocain, ce qui implique souvent de nager pendant plusieurs heures depuis le Maroc pour atteindre la côte du côté espagnol, en évitant la surveillance des patrouilles frontalières. C’est la voie que les gens ont choisie lorsqu’il est apparu que les gardes-frontières du côté marocain n’empêchaient pas l’entrée en Espagne. Ces récents passages de frontière sont remarquables précisément parce que la frontière, généralement très sécurisée, est devenue quelque peu perméable pendant une courte période. L’absence d’autres voies légales pour rejoindre Ceuta explique pourquoi de nombreuses personnes ont profité du report des contrôles frontaliers par le Maroc pour franchir la frontière.

La dépendance de l’UE à l’égard de la coopération des pays tiers pour sa gestion des migrations a été particulièrement visible dans cet incident. Le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, a déclaré : « Ceuta, c’est l’Europe. Cette frontière est une frontière européenne, et ce qui s’y passe et s’y est passé n’est pas seulement un problème pour Madrid, c’est un problème pour toute l’Europe ». « Personne ne peut faire chanter l’Union européenne », a-t-il ajouté.

La coopération hispano-marocaine comme externalisation de la politique migratoire de l’UE

La coopération entre l’UE, les autorités espagnoles et marocaines reste néanmoins essentielle au fonctionnement de Ceuta, car elle vise à réduire le nombre d’immigrants clandestins quittant les côtes marocaines. L’accord bilatéral de réadmission de 1992 entre le Maroc et l’Espagne a également été utilisé, par exemple, pour justifier le retour immédiat de ressortissants de pays tiers transitant par le Maroc.

Bien que cette coopération ait permis de détourner les routes migratoires des enclaves, elle dépend fortement de la coopération des autorités marocaines. Les efforts du Maroc pour empêcher l’entrée illégale de la côte sud ont également été utilisés comme un atout dans d’autres négociations par le passé. Un arrêt de 2016 de la Cour de justice de l’Union européenne concernant un différend douanier UE-Maroc – défavorable au Maroc – a incité le ministre marocain de l’Agriculture, Aziz Akhanouch, à rappeler à l’UE que « toute restriction à l’application [de l’accord euro-méditerranéen] garantit un risque réel de reprise des flux migratoires que le Maroc a réussi à maîtriser. » L’augmentation récente du nombre de nouveaux arrivants à Ceuta est un autre exemple de la dépendance de l’UE vis-à-vis des pays tiers dans le domaine de la migration et de l’asile. En outre, toute mesure prise par les autorités marocaines a un impact direct sur les enclaves.

Enfin, la situation à Ceuta n’est pas sans précédent, puisqu’elle se déroule aux frontières extérieures de l’UE. À bien des égards, elle est similaire à la décision turque de ne pas faire obstacle à la traversée des demandeurs d’asile syriens vers la Grèce en mars 2020. Le contrôle et la gestion des frontières extérieures reposent en grande partie sur la coopération avec les pays tiers en matière d’asile et de migration.

Verblijfblog, 02/02/2021

Etiquettes : Espagne, Maroc, Ceuta, Melilla, Union Européenne, UE, frontières, Schengen, migration, Sahara Occidental,