Joe Biden gèle le Fonds Abraham créé par Donald Trump

Les liens économiques entre Israël et les Émirats arabes unis se détériorent suite au gel du fonds Abraham par les États-Unis.

Abou Dhabi est confus et attend les résultats de l’évolution des relations avec Tel Aviv

La grande fanfare qui a accueilli la signature des accords d’Abraham – en particulier les relations censées être en plein essor entre Israël et les Émirats arabes unis – semble s’être arrêtée, après la révélation qu’aucun des projets économiques convenus n’est entré en vigueur.

Selon le média économique israélien Globes, l’administration du président américain Joe Biden a semblé beaucoup moins enthousiaste à l’idée d’allouer un budget aux produits régionaux que son prédécesseur, l’ancien président Donald Trump, qui, avec son équipe de négociation, que dirigeait son gendre Jared Kushner, a joué un rôle déterminant dans sa mise en place.

L’administration Biden n’a pas remplacé le rabbin Aryeh Lightstone, que Trump avait choisi pour diriger le Fonds Abraham et qui a quitté son poste en janvier. En apparence, l’administration soutient les accords d’Abraham, mais elle ne semble pas enthousiaste à l’idée d’allouer des fonds de son budget au Fonds d’Abraham.

L’une des pierres d’achoppement potentielles pour la participation américaine est l’accent mis par Biden sur les questions intérieures, en particulier la poursuite des dépenses gouvernementales massives dans le sillage de la réponse à la pandémie de coronavirus. Des sources israéliennes, selon Globes, qui citent un haut fonctionnaire américain anonyme qui a maintenu que le fonds était gelé pour une durée indéterminée.

Il existe également des tensions entre le nouveau gouvernement israélien et les Émirats arabes unis. Le récent voyage du ministre des affaires étrangères et Premier ministre suppléant Yair Lapid aux EAU – le premier d’un ministre israélien – a été dépeint comme entièrement positif, bien que le chef de la faction Yesh Atid ait irrité les hommes d’affaires émiraties lorsqu’il n’a pas réussi à les rencontrer.

Les questions de l’appel d’offres du port de Haïfa et de la société Europe-Asia Pipeline Co. (EAPC) sont également des points de division potentiels. Des sources diplomatiques émiraties ont révélé qu’elles s’attendaient à ce qu’Israël – malgré son nouveau gouvernement de coalition – respecte les engagements du précédent gouvernement de Benjamin Netanyahu.

i24news, 07/07/2021

Etiquettes : Etats-Unis, Joe Biden, Donald trump, Fonds Abraham Accords Abraham, normalisation, Israël, Emirats Arabes Unis, Maroc,