Opep+ : Les Emirats menacent le consensus

Par Mohamed K.

Ce lundi en fin d’après midi, les discussions par visioconférence n’avaient toujours pas repris entre les 23 pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs dix alliés via l’accord Opep+. La bataille des coulisses faisait rage pour tenter de sortir de l’impasse. Alors que certains experts s’attendaient à une solution complexe, voire une piste de sortie, d’autres estiment que la brouille actuelle est un indice d’une crise qui va faire éclater le cartel et ses précédents accords.

Face à la grogne des Emirats Arabes Unis, pressés d’augmenter leur production et qui ont dénoncé dimanche, par la voix du ministre de l’Energie Souhail Al-Mazrouei, un projet d’accord “injuste”, des pourparlers bilatéraux étaient en cours avant une reprise des échanges à vingt-trois, selon des analyses de plusieurs observateurs de marché.

Un plan est sur la table: celui d’augmenter chaque mois la production de pétrole de 400.000 barils par jour entre août et décembre, soit un total de 2 millions de barils quotidiens remis sur le marché d’ici la fin de l’année.
Cette stratégie s’inscrit dans ce qui a fait la force de la politique du cartel depuis le mois de mai: rouvrir petit à petit le robinet d’or noir après l’avoir serré de manière très forte au début de la pandémie face à une demande moribonde.

Le plan a eu du succès avec un marché satisfaisant pour les vendeurs, une hausse impressionnante de 50% depuis six mois et le Brent oscille aux alentours de 75 dollars.

Or cette fois, l’étalement de l’accord jusqu’au mois de décembre inquiète les EAU. Notamment sur la question du volume de production de référence, à partir duquel est calcul le quota de chaque pays.
“Les Emirats sont prêts à prolonger l’accord si nécessaire mais demandent que les volumes de production de référence soient revus (à la hausse) afin de s’assurer qu’il soit équitable”, a souligné Al-Mazrouei.

C’est cette divergence qui a fait capoter le premier cycle de réunions du cartel jeudi dernier, puis de nouveau le lendemain, au sein d’un groupe davantage habitué aux prises de bec entre les deux poids lourds, la Russie et l’Arabie saoudite.

“C’est tout le groupe contre un seul pays”, a réagi le ministre saoudien Abdelaziz ben Salmane interrogé par Bloomberg TV, tout en appelant dans une autre interview, sur la chaîne Al-Arabiya, à “un peu de rationalité et un peu de compromis” avant la réunion de lundi. Pour ce ministre, c’est du “jamais vu” dans l’histoire de l’OPEP. Un franc-parler qui est rare dans ce secteur, ou la discrétion est la règle.
Les Emirats ne semblant pas vouloir fléchir, des observateurs du marché ont exprimé leur inquiétude face à cette crispation entre amis du Golfe.

La perspective d’une absence d’un accord, voire d’une sortie des Emirats du cartel, s’est accrue. Un tel scénario de la rupture est sérieusement envisagé et une intervention américaine n’est pas à écarter si l’impasse durerait.

Les deux pays du Golfe ont longtemps partagé des diplomaties très proches mais des différends se sont dernièrement renforcés. Les Emirats se sont désengagés à partir de 2019 de la coalition arabe dirigée par les Saoudiens au Yémen contre les rebelles Houthis.

Abou Dhabi a également fait grise mine lors de la réconciliation en janvier avec le Qatar, largement soutenue par Ryad, après plus de trois ans de brouille diplomatique dans le Golfe.

Un échec des négociations pourrait faire grimper les prix du brut, ce qui menacerait la reprise mondiale déjà précaire de l’après-pandémie et mécontenterait les plus gros consommateurs.

Le Jeune Indépendant, 05/07/2021

Etiquettes : OPEP+, OPEC, pétrole, Arabie Saoudite, Qatar, Emirats Arabes unis, EAU, production,