Algérie: Les 46 postes les plus convoités à l’APN

APN : Les 46 postes de toutes les convoitises

par Mohamed Kebci

Bien avant leur installation qui interviendra jeudi prochain, les nouveaux députés se livrent d’ores et déjà une bataille en sourdine pour s’emparer des 46 postes de prestige qu’offrent les diverses structures de l’Assemblée populaire nationale.

M. Kebci – Alger (Le Soir) – Une bataille acharnée est déclenchée parmi les groupes parlementaires au lendemain des résultats définitifs des élections législatives anticipées du 12 juin écoulé proclamés par le Conseil constitutionnel, il y a près de quinze jours.

Avec l’enjeu que constituent les postes que procurent les diverses structures de l’Assemblée populaire nationale au nombre de 46, à savoir, en tout premier lieu, le poste de président de la Chambre basse du Parlement dont le choix du titulaire se fait ailleurs que dans l’hémicycle, comme le veut une règle non écrite. Un poste dont l’occupant obéit à bien des critères dont, notamment, celui de l’équilibre régional et de charisme que suggère ce rang, le troisième après celui du président de la République et celui du président du Conseil de la Nation. Mais il y a le reste, le gros reste des postes, ceux des vice-présidents de l’Assemblée au nombre de neuf et les bureaux des douze commissions permanentes de l’Assemblée, constitué chacun de trois membres : un président, un vice-président et un rapporteur. Ce qui donne un total de 45 postes à très forts privilèges matériels, mais également de prestige et de relations, puisque permettant d’être en contact direct avec les hauts responsables de l’état. Autant de paramètres qui font que ces postes sont fortement convoités à telle enseigne que l’on ne fait pas l’économie du moindre effort et de la moindre «ruse» pour accaparer l’un d’eux.

Et à la lumière de la nouvelle composante de l’Assemblée issue du dernier scrutin législatif anticipé, avec aucune force politique majoritaire comme ce fut le cas auparavant, il est prévu une quote-part presque similaire pour chacun des six groupes parlementaires constitués, avec, ceci dit, une légère ascendance pour le parti du Front de libération nationale. Avec ses 98 sièges parlementaires, le vieux Front du pouvoir est parti pour accaparer quatre des postes de vice-présidents de l’Assemblée, alors que les indépendants et le MSP avec, respectivement, 84 et 65 sièges, auront, chacun, 2 postes, alors que le RND avec 58 sièges, le Front el Moustakbal avec 48 sièges et El Binaa avec 39 sièges se verront attribuer un poste chacun. En ce qui concerne les commissions permanentes, le FLN bénéficierait du contrôle de quatre d’entre elles, les indépendants en auraient trois, le MSP deux, alors que le RND, El Moustakbal et El Binaa se verront attribuer, chacun, une commission.

Des commissions dont certaines, comme celles des affaires étrangères, de la coopération et de l’émigration, de la défense nationale, celle des finances et du budget, celle des affaires juridiques et administratives et des libertés font l’objet de convoitises plus que les autres, notamment de la part du FLN au vu de leur caractère de «souveraineté». Ceci dit, et selon l’article 37 du règlement intérieur de l’APN, la répartition des fonctions de président, vice-président et rapporteur au sein des bureaux de commission se fait en accord avec les présidents des groupes parlementaires réunis avec le bureau, sur convocation du président de l’Assemblée populaire nationale.
Les candidats sont désignés et élus en fonction de l’accord arrêté.

Et à défaut d’accord, les présidents de commission ainsi que les vice-présidents et les rapporteurs sont élus en fonction de la mesure énoncée à l’article 13 dudit règlement intérieur. Ce dernier stipule que les groupes représentant la majorité établissent la liste des vice-présidents conformément aux critères convenus entre les groupes désirant participer au bureau de l’Assemblée. Et pour pourvoir à ces divers postes, les partis vainqueurs du scrutin du 12 juin dernier semblent adopter le mode de désignation alors qu’au sein des indépendants, l’option d’un vote semble inévitable de par l’hétérogénéité de leur composante.
M. K.

Le Soir d’Algérie, 05/07/2021

Etiquettes : Algérie, APS, postes convoités, députés, groupes parlementaires, président de la Chambre basse du Parlement,