Les dirigeants africains pleurent le président Kenneth Kaunda

LUSAKA, 2 juillet (Reuters) – Des dirigeants et diplomates africains se sont joints vendredi à la Zambie pour pleurer son président fondateur et héros de la libération Kenneth Kaunda, décédé le mois dernier à l’âge de 97 ans des suites d’une pneumonie.

« KK », comme on l’appelait affectueusement, a régné sur la Zambie de 1964, lorsque la nation d’Afrique australe a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne, jusqu’à la défaite des élections en 1991. Il est décédé le 17 juin dans un hôpital militaire de Lusaka. Lire la suite

Le cercueil de Kaunda drapé du drapeau national vert, orange, noir et rouge a été conduit dans l’arène principale du terrain d’exposition de Lusaka sur un affût de canon par une jeep de l’armée.

Son fils, Panji, a pleuré, tout comme le président kenyan Uhuru Kenyatta. D’autres personnes en deuil ont agité des mouchoirs blancs, l’une des particularités les plus importantes de Kaunda, qui, après avoir quitté ses fonctions, est devenue un militant engagé contre le VIH/SIDA.

Bien que l’économie zambienne basée sur le cuivre ait mal tourné sous son règne, Kaunda restera dans les mémoires comme un nationaliste africain convaincu qui a résisté à l’Afrique du Sud dirigée par une minorité blanche.

« Nous ne pourrons jamais rembourser la dette que nous vous devons », a déclaré le président sud-africain Cyril Ramaphosa, tandis que le président zambien Edgar Lungu a salué le bilan de Kaunda en tant qu’anti-impérialiste qui « estimait que (…) les Africains méritaient de décider de la nôtre. destin en tant que peuple et que nous ne pouvions pas être discriminés ».

Étaient également présents les présidents du Malawi, de la Namibie, du Mozambique, du Ghana, du Zimbabwe, du Botswana, le Premier ministre du Lesotho, le ministre britannique des Affaires africaines et la secrétaire générale du Commonwealth, Patricia Scotland.

« C’était un guerrier qui a vaincu le Goliath de l’oppression », a déclaré Scotland.

Kaunda a reçu tous les honneurs militaires, dont une salve de 21 coups de canon et une démonstration de jet de l’armée de l’air.

Dans un message, la reine Elizabeth de Grande-Bretagne a déclaré que « le maintien par Kaunda de la Zambie en tant que bastion contre l’apartheid lui a valu une place dans l’histoire ».

Reuters, 02/07/2021

Etiquettes : Zambie, Kenneth Kaunda, Afrique, coloialisme, Apartheid,