Dupond-Moretti, l’avocat du roi du Maroc dans la tourmente

Selon La Mare aux Canards, Eric Dupont-Moretti « se prépare à affronter les rigueurs..de la justice. Il pourrait bientôt être entendu par la justice « avec un risque sérieux de se voir mis en examen pour prise illégale d’intérêts. L’enquête pour « prise illégale d’intérêts » visant le Garde des Sceaux. Une longue perquisition des bureaux du ministre de la justice a eu lieu, jeudi 1er juillet, à la demande de la commission d’instruction de la Cour de justice de la République.

Arrivés ce matin au ministère de la Justice pour une perquisition, des magistrats sont toujours sur place dans l’enquête qui vise Eric Dupond-Moretti sur de possibles conflits d’intérêts entre son action de garde des Sceaux et ses anciennes fonctions d’avocat, rapporte AFP.

L’enquête concerne des conflits d’intérêt dans deux dossiers dans lesquels il aurait pris part alors qu’il était avocat. L’ancien ténor du barreau est visé par une plainte de trois syndicats de la magistratures et de l’association Anticor, qui le soupçonnent d’avoir usé de son pouvoir de ministre dans des dossiers qu’il a traité en tant qu’avocat, afin de mener des vendettas personnelles contre un magistrat, et plusieurs autres du parquet national financier (PNF).

En 2015, Dupond-Moretti a été engagé par le roi du Maroc pour accuser les deux journalistes français Catherine Graciet et Eric Laurent de chantage contre le souverain marocain et en 2019 pour museler la presse française sur le scandale de la disparition de la princesse Lalla Salma, la mère du prince héritier Moulay El Hassan disparue des radars depuis 2017.

Le Garde des Sceaux français partage avec son client royal le goût pour le luxe, ce qui lui a valu le surnom de « Pitbull à Rolex ». Dernièrement, en campagne pour les élections régionales à Arras, dans le Nord-Pas-de- Calais, Eric Dupond-Moretti est apparu sur une photo en train de coller des affiches électorales. Un détail n’est pas passé inaperçu auprès de certains internautes et adversaires politiques: sa montre de luxe et ses boutons de manchette.

Etiquettes : Eric Dupond-Moretti, justice, conflit d’intérêts, parquet national financier, Maroc, Mohammed VI, Lalla Salma,