Nigeria reprend le projet du gazoduc via l’Algérie

Nigeria : AKK Gas Pipeline – Le Nigeria cible les marchés transsahariens et européens

« Le plan est que si nous pouvons l’amener à Kano, alors il peut continuer jusqu’en Algérie par le gazoduc transsaharien, puis se connecter au gazoduc algérien et ensuite le déplacer vers l’Europe. »

Le gouvernement fédéral dit qu’il cible les marchés transsahariens et européens avec la construction en cours du gazoduc Ajaokuta, Kaduna, Kano, connu sous le nom de gazoduc AKK.

Le ministre d’État aux Ressources pétrolières, Timipre Sylva, a déclaré lors d’un forum de l’Agence de presse du Nigeria (NAN) que le gazoduc serait l’un des projets hérités de l’administration du président Muhammadu Buhari.

« Le plan est que si nous pouvons l’amener à Kano, alors il peut continuer jusqu’en Algérie par le gazoduc transsaharien, puis se connecter au gazoduc algérien et ensuite le transporter vers l’Europe.

« Donc, notre gaz peut se déplacer du Sud vers le marché européen. C’est donc un élément d’infrastructure très important et le président y est très engagé et il est sur la bonne voie. »

M. Sylva a déclaré qu’une fois achevé, le gazoduc servirait également d’épine dorsale de développement le long des corridors sud-nord du pays.

« Le gazoduc AKK est bon pour les producteurs et le marché car nous avons beaucoup de situations où le gaz est plafonné dans le Sud et n’est pas produit parce qu’il n’y a pas de marché.

« Mais ce que nous voulons faire maintenant, c’est faire passer le gaz à travers le Nigéria, de sorte que lorsque vous transportez maintenant le gaz du sud vers le nord, toutes les personnes le long de ce couloir puissent profiter de ce gazoduc.

« Ce que cela signifie, c’est que les gens auront accès au gaz n’importe où au Nigeria. Cela permettra également aux Nigérians d’investir dans une industrie gazière n’importe où au Nigeria.

« C’est aussi bon pour le producteur car il a maintenant des incitations à produire plus. Avant, le gaz dans le Sud était plafonné mais avec cette épine dorsale, n’importe qui peut produire et se connecter au gazoduc AKK », a déclaré M. Sylva.

Selon lui, la construction du gazoduc AKK éliminera complètement le torchage du gaz dans le pays car il absorbera les huit pour cent restants actuellement torchés.

« Aujourd’hui, alors que nous parlons du torchage du gaz, c’est tellement exagéré. Le torchage du gaz a été réduit à environ huit pour cent. Nous avons supprimé environ 92 pour cent des torches.

« Le torchage du gaz n’est plus le problème majeur de nos communautés aujourd’hui. Il y a eu beaucoup de monétisation du gaz.

« Tout le gaz qui allait dans NLNG était auparavant torché, tout le gaz entrant dans les centrales électriques était auparavant torché, et il y a également beaucoup de gaz réinjecté dans le sol afin que nous ne le torchions pas.

« Nous utilisons également une partie du gaz pour augmenter le pétrole brut, nous avons donc trouvé beaucoup d’utilisation pour le gaz qui a réduit le torchage de huit pour cent, mais les gens l’exagèrent encore.

« Auparavant, dans ma propre communauté, je voyais les fusées éclairantes à l’horizon lorsque je me tenais près de l’Atlantique, mais aujourd’hui, ce n’est plus le cas. »

M. Sylva a exhorté les communautés du delta du Niger à exploiter les diverses opportunités créées par les projets d’utilisation du gaz du gouvernement fédéral et à cesser de se plaindre des dangers du torchage du gaz qui avaient presque été éliminés.

« Le torchage du gaz n’est plus un problème dans le delta du Niger, huit pour cent du gaz torché ne peut pas être le problème.

« Si je ne sais pas quoi faire de mon gaz, c’est quand je brûle, mais si je peux monétiser mon gaz, pourquoi devrais-je le brûler quand je peux en tirer de l’argent.

« En fait, il est dans mon intérêt de ne pas brûler mon gaz car il a maintenant de la valeur. Le problème avec le gaz avant était qu’il n’avait aucune valeur parce que personne ne l’achetait.

« Mais maintenant, si je peux le monétiser, je le garderai pour pouvoir en tirer des avantages », a ajouté M. Sylva.

Premium Times, 27 juin 2021

Etiquettes : Nigeria, Algérie, gazoduc, AKK, Trans-Saharan Gas Pipeline,