Biden pourrait revenir sur la décision de Trump sur le plateau du Golan

L’administration Biden réfléchit à l’opportunité de revenir sur la reconnaissance du plateau du Golan occupé comme faisant partie du territoire israélien.

Le Washington Free Beacon a cité un porte-parole anonyme du département d’État américain qui a déclaré que la nouvelle administration envisageait de revenir sur la décision de l’ancien président américain Donald Trump.

Le responsable du département d’État a déclaré que le territoire ne faisait partie d’aucun État et que le contrôle de la zone dépendait de la dynamique changeante de la région.

En février dernier, lorsqu’on lui a demandé si son département d’État maintiendrait la position de l’administration Trump, le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré à CNN :

« D’un point de vue pratique, le contrôle du Golan dans cette situation reste, je pense, d’une réelle importance pour la sécurité d’Israël. Les questions juridiques sont autres et, avec le temps, si la situation devait changer en Syrie, c’est quelque chose que nous examinons, mais nous n’en sommes pas du tout là. »

« Le secrétaire a été clair sur le fait que, d’un point de vue pratique, le Golan est très important pour la sécurité d’Israël. Tant que [Bachar el-Assad] est au pouvoir en Syrie, tant que l’Iran est présent en Syrie, les milices soutenues par l’Iran, le régime d’Assad lui-même – tous ces éléments constituent une menace importante pour la sécurité d’Israël, et en pratique, le contrôle du Golan reste d’une réelle importance pour la sécurité d’Israël », a déclaré le fonctionnaire du département d’État au Free Beacon.

L’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo a condamné la décision potentielle de l’administration Biden, en déclarant au Free Beacon ce qui suit :

« Les hauteurs du Golan ne sont pas occupées par Israël, elles en font partie. Les Israéliens y ont droit en tant que terre souveraine. Suggérer que ces terres soient rendues à la Syrie, même si cela est conditionné à des changements dans le régime syrien, est incompatible à la fois avec la sécurité israélienne et le droit international. »

Le représentant Lee Zeldin, qui a pressé l’ambassadrice des Nations unies Linda Thomas-Greenfield sur la question du Golan lors d’une audition au Congrès le 16 juin, a déclaré que l’administration Biden reste intentionnellement vague sur sa politique, ce qui génère des questions pressantes sur la scène internationale.

« J’ai pressé l’ambassadrice des Nations unies Linda Thomas-Greenfield lors d’une audition de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants sur la position de l’administration concernant la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan, et elle a reconnu que la politique de l’administration Trump reconnaissant la souveraineté israélienne est inchangée à ce jour », a déclaré Zeldin après avoir examiné les commentaires les plus récents du département d’État sur la question. « Cependant, la secrétaire Blinken et l’administration Biden doivent cesser de tourner autour du pot et s’engager sans ambiguïté à maintenir la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan de manière permanente. »

D’anciens diplomates américains ayant travaillé sur la question des hauteurs du Golan ont également exprimé leur inquiétude quant aux commentaires de l’administration Biden au Free Beacon. David Milstein, ancien assistant spécial de l’ambassadeur des États-Unis en Israël sous Trump, a déclaré que revenir sur la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté israélienne sur la région signale « une trahison inadmissible de notre proche allié Israël ».

« Nos alliés dépendent du respect des engagements des États-Unis », a déclaré Milstein au Free Beacon. « Mais maintenant, le secrétaire Blinken a réinjecté l’idée dangereuse et délirante que les États-Unis pourraient soutenir la pression exercée sur Israël pour qu’il abandonne le plateau du Golan à l’avenir. »

« Dans l’une des régions les plus dangereuses qui peut passer de mal en pis en un instant, le plateau du Golan est crucial pour la sécurité d’Israël, fournissant une frontière stratégiquement nécessaire et défendable pour aider Israël à contrer les menaces au nord », a déclaré Milstein. « C’est pourquoi il existe un soutien clair à travers le spectre politique israélien pour qu’Israël maintienne à jamais sa souveraineté sur les hauteurs du Golan. »

Il pourrait s’agir d’une simple rumeur, mais elle semble avoir fait grand bruit.

South Front, 25 juin 2021

Etiquettes : Israël, Etats-Unis, normalisation, Sahara Occidental, Maroc, Golan,