Copa Cogeca appelle à une action rapide contre l’accord UE-Maroc

Dans une lettre adressée au commissaire au commerce Valdis Dombrovskis, le Copa Cogeca exprime son inquiétude croissante quant à l’impact de l’accord UE-Maroc sur les marchés des fruits et légumes, et en particulier celui de la tomate. L’impact cumulé du Brexit a vu les prix des tomates dans l’UE chuter à des niveaux qui ne couvrent pas le coût de production de la plupart des producteurs européens, mettant en danger la production dans les régions stratégiques de l’UE, indique-t-elle.

Les dispositions énoncées dans l’accord UE-Maroc, révisé en 2014, qui réglementent l’exportation de tomates originaires du Maroc vers l’UE sont inefficaces, selon elle. Outre les mécanismes de prix et de droits de douane à l’importation, qui se sont avérés avoir un impact limité sur les volumes importés, les clauses de sauvegarde prévues par l’accord ne sont jamais déclenchées, alors même que les prix des tomates se sont effondrés sur les marchés de l’UE, précise-t-elle. Cela a conduit à l’importation de 500 000 tonnes de tomates l’année dernière, soit le double du quota calculé – en théorie – pour maintenir le flux traditionnel des exportations marocaines, a-t-il déclaré.

Selon le Copa Cogeca, le Brexit est un facteur supplémentaire qui exacerbe la perturbation du marché européen, car le Royaume-Uni était une destination majeure pour plus de 50 % des tomates européennes destinées à l’exportation. Les quotas de l’accord UE-Maroc n’ont pas été renégociés après le retrait du Royaume-Uni de l’UE pour tenir compte du critère qui, dans le passé, exigeait que ces quotas soient prolongés lorsque de nouveaux États membres rejoignaient l’UE. En outre, les tomates originaires du Maroc peuvent être importées au Royaume-Uni sans droits de douane. Le commerce contourne l’Europe, et les producteurs européens de tomates ont dû faire face à une baisse des exportations vers le Royaume-Uni au cours des premiers mois de 2021. Pour l’instant, le Copa Cogeca ne pense pas que l’accord commercial soit opportun.

Pekka Pesonen, Secrétaire général du Copa Cogeca : « Le moins que l’on puisse dire aujourd’hui est que nous ne pensons pas que l’accord commercial soit à jour. La situation sur le terrain se détériore rapidement, la Commission doit donc réagir rapidement. Nous demandons au commissaire au commerce Valdis Dombrovskis et à son administration de procéder à une évaluation complète de l’impact de l’augmentation des quantités de fruits et légumes importés, sur la détérioration de la situation économique dans les zones rurales d’Europe et sur les revenus des producteurs. La Commission devrait également proposer de déclencher les clauses de sauvegarde prévues et d’accorder une compensation aux zones rurales européennes touchées. » Dans la lettre adressée à la Commission, le Copa et la Cogeca proposent également un nouveau calcul des quotas d’importation de fruits et légumes et des valeurs forfaitaires d’importation afin de refléter la nouvelle réalité du marché dans l’UE-27, ainsi que de nouvelles dispositions visant à réduire les avantages concurrentiels qui existent aujourd’hui en termes de méthodes de production au Maroc.

Fruchthandel online, 22 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Union Européenne, UE, accord commercial, partenariat, fruits, légumes, tomates, copa, cogeca,