Au Maroc, soulagement chez les cultivateurs de cannabis

La corruption ronge la confiance

Les lumières s’éteignent au Liban-Il y a trop d’argent à Anvers, en Belgique-Au Maroc, les cultivateurs de cannabis poussent un soupir de soulagement

Depuis près de deux ans, le Liban est englué dans une crise économique et financière. L’énorme explosion dans la zone portuaire qui a secoué la capitale Beyrouth l’été dernier n’était que le signe extérieur de problèmes bien plus profonds. La monnaie a perdu presque toute sa valeur, le carburant et les médicaments manquent, et la nuit, même dans la capitale, les rues ne peuvent plus être éclairées. La corruption et la mauvaise gestion sont si profondément enracinées que le pays risque de devenir un État défaillant.

« Il y a trop d’argent dans la ville ».

Ceux qui croient maintenant que tout cela ne peut se produire que dans des pays lointains, déjà instables, devraient maintenant écouter attentivement ce que notre reporter rapporte d’Anvers, en Belgique. Là aussi, au cœur de l’Europe, on observe des signes de corruption qui rongent les institutions publiques et détruisent la confiance des citoyens. L’argent en jeu ici provient de la contrebande de drogue. Anvers, dont le port est le deuxième plus grand d’Europe, est devenu en peu de temps un haut lieu international de la cocaïne.

« Seule la mafia en profite, pas les agriculteurs »

De la cocaïne au cannabis, beaucoup plus doux. Cette substance est de plus en plus légalisée, par exemple dans de nombreux États des États-Unis ou au Canada. L’Europe n’en est pas encore là. Dans certains pays, la consommation est exempte de peine, mais le cannabis n’est vraiment légal que pour un usage médical.

Le Maroc, pays d’Afrique du Nord, est l’un des plus grands producteurs de cannabis au monde, et la plante y est cultivée depuis des siècles. Elle n’est plus légale depuis l’indépendance en 1956. Mais cela a maintenant changé : Fin mai, le Parlement a décidé de légaliser la culture. Les nombreux cultivateurs de cannabis espèrent désormais que leur situation économique précaire va enfin s’améliorer.

DW, 25 juin 2021

Etiquettes : Belgique, port d’Anvers, Liban, corruption, trafic de drogue, cannabis, haschich,