Réponse du Maroc au sujet de ses fruits et légumes en UE

Le Maroc se défend et assure que les fruits et légumes marocains dans l’UE ne représentent que 2% du marché.

Le président de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (COMADER) a pris la parole pour défendre la position du Maroc contre « certaines allégations mensongères concernant les exportations marocaines de fruits et légumes vers le marché européen », soulignant que les fruits et légumes marocains sur le marché de l’Union européenne ne représentent que 2% du marché.

Cette organisation souhaite rappeler quelques vérités sur le commerce des fruits et légumes entre le Maroc et l’UE. Elle souligne donc que si depuis l’entrée en vigueur de l’accord entre le Maroc et l’UE en novembre 2012, les relations commerciales n’ont pas connu d’altération majeure dans le commerce des fruits et légumes, c’est parce que la relation bilatérale est mutuellement bénéfique. Cela permet le développement durable des communautés agricoles au Maroc et dans l’UE, ainsi que la haute qualité des produits dans les supermarchés de l’UE, surtout en dehors de la saison des récoltes européennes.

Il estime toutefois qu’il convient de rappeler certains faits et chiffres « afin de ne pas semer la confusion dans l’opinion publique européenne ». Ainsi, les exportations de fruits et légumes marocains sur le marché de l’Union européenne ne représentent que 2% du marché. Il semble donc difficile de comprendre comment ces 2 % peuvent déstabiliser ou endommager à la fois la production de fruits et légumes européens », indique-t-il dans une note…..

« Il est dommage que les conditions difficiles pour tous les opérateurs du secteur agroalimentaire méditerranéen, causées notamment par la pandémie Covid-19 et le Brexit, soient utilisées par des groupes d’intérêts pour remettre en cause l’accord de libre-échange qui profite plus à l’UE qu’au Maroc, et la balance commerciale agricole le prouve, cet accord apporte une prospérité et un dynamisme économique extrêmement nécessaire en ce moment » déclare Mohamed Alamouri, président de la COMADER.

Quant aux autres fausses allégations concernant les exportations de fruits et légumes marocains sur le marché britannique, il tient également à rappeler que, « contrairement aux informations diffusées par certaines organisations, les exportations de fruits et légumes marocains sur le marché britannique se font dans le cadre d’un système de quotas similaire à celui de l’UE, bien qu’il s’agisse d’une aberration car le Royaume-Uni n’est pas un grand producteur de fruits et légumes.

Par conséquent, ils insistent sur le fait que les quotas totaux de fruits et légumes prévus dans l’accord entre le Maroc et le Royaume-Uni ne représentent que 1,2% de toutes les importations de fruits et légumes au Royaume-Uni. « Il est inutile de rappeler qu’au contraire, l’exportation de fruits et légumes européens vers le Royaume-Uni se fait sans aucun quota et sans aucun tarif », préviennent-ils dans leur note.

Enfin, et « fidèle à son approche positive et constructive », la COMADER assure qu’elle est toujours ouverte au dialogue avec les agriculteurs et les paysans des deux rives de la Méditerranée et se réjouit que la stratégie agricole marocaine Génération Verte, lancée en 2020, « et qui a été saluée par la Commission européenne dans sa nouvelle stratégie pour la zone sud, notamment pour sa contribution à la durabilité du secteur agroalimentaire, qui reste une priorité partagée par tous ».

Agroinformación, 24 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Union Européenne, UE, fruits, légumes, exportations, marché européenne, quotas, tomates,