Remarques SG de l’ONU à la Conférence de Berlin II sur la Libye

Remarques vidéo du Secrétaire général de l’ONU à la Conférence de Berlin II sur la Libye [faire défiler vers le bas pour la version arabe]

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Je suis honoré d’ouvrir cette importante réunion et je remercie nos hôtes, l’Allemagne, pour leur engagement continu en faveur du processus de Berlin.

De nombreux progrès ont été accomplis depuis la première conférence de Berlin en janvier 2020.

Nous sommes ici aujourd’hui pour tirer parti de ces progrès, à travers la pleine mise en œuvre de la feuille de route politique adoptée par le Forum de dialogue politique libyen ; l’Accord de cessez-le-feu d’octobre 2020 ; et les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, y compris la résolution 2570 concernant la surveillance du cessez-le-feu, et la tenue d’élections présidentielles et parlementaires en décembre 2021.

La pleine mise en œuvre de l’Accord de cessez-le-feu est d’une importance capitale pour consolider la paix en Libye. Je félicite la Commission militaire mixte 5+5 d’avoir travaillé ensemble à cette fin, et je suis encouragé par l’investissement continu dans les mesures de confiance par les deux parties.

Les Nations Unies se sont engagées à soutenir le mécanisme libyen de surveillance du cessez-le-feu. Le premier groupe d’observateurs du cessez-le-feu de l’ONU sera bientôt déployé à Tripoli.

Nous devons mettre fin à toute ingérence étrangère, y compris le retrait total de toutes les forces et mercenaires étrangers de Libye. J’exhorte les parties libyennes et extérieures à s’entendre sur un plan global, assorti d’un calendrier précis, pour atteindre cet objectif, que la MANUL est prête à soutenir.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

L’amélioration de la sécurité pour les Libyens ordinaires contribuera grandement à de nouveaux progrès sur la voie politique.

Construire la confiance et la confiance est la clé.

Je salue les progrès accomplis sur la voie politique, en particulier l’approbation du gouvernement d’unité nationale – y compris un certain nombre de femmes occupant des postes ministériels clés – et du Conseil de la présidence en mars de cette année. Je félicite les autorités libyennes pour la transition pacifique du pouvoir, témoignage de la volonté politique d’aller de l’avant.

Je suis également encouragé par la formulation de priorités clés visant à améliorer les conditions de vie de tous les Libyens, et j’exhorte le Premier ministre et son cabinet à tenir leurs engagements.

Pour aider le GNU à mettre en œuvre ses priorités, qui incluent l’amélioration de la prestation des services de base, notamment l’éducation et les soins de santé, j’appelle la Chambre des représentants à accélérer l’approbation d’un budget unifié.

Une tâche clé du GNU est l’organisation des élections nationales le 24 décembre 2021.

Mais atteindre cet objectif nécessite une action urgente. À cette fin, j’exhorte la Chambre des représentants à clarifier la base constitutionnelle des élections et à adopter la législation nécessaire.
J’exhorte également l’autorité exécutive intérimaire à fournir un soutien, y compris des ressources financières, à la Haute Commission électorale nationale.

Les élections nationales devraient être un moment d’unité. Tous les Libyens, y compris les femmes, les jeunes et les personnes déplacées à l’intérieur du pays, devraient pouvoir participer librement aux élections du 24 décembre, en tant que candidats et électeurs. L’incitation à la violence, au harcèlement ou au discours de haine ne devrait pas avoir sa place dans le processus électoral.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Les progrès sur les fronts militaire et politique devront aller de pair avec des efforts sérieux pour s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité en Libye. Cela appelle à un processus de réconciliation nationale inclusif fondé sur les droits, commençant au niveau communautaire, en mettant l’accent sur les femmes et les jeunes.

Je salue la décision du Gouvernement d’unité nationale de créer une Haute Commission de réconciliation nationale et réitère l’engagement des Nations Unies à travailler avec tous les partenaires, en particulier l’Union africaine, pour soutenir ce processus critique.

Je suis très préoccupé par la situation humanitaire grave et qui se détériore en Libye. On estime qu’environ 1,3 million de personnes ont besoin d’une aide humanitaire, soit une augmentation de 400 000 depuis l’année dernière. J’exhorte les États Membres à soutenir le Plan de réponse humanitaire en demandant 189 millions de dollars pour venir en aide aux plus vulnérables, qui n’est financé qu’à 21 %.

La consolidation de la paix et la construction d’une nation prospère doivent être fondées sur le respect des droits de l’homme pour tous. Je suis encouragé par la création récente d’un comité chargé de traiter la question de la détention arbitraire, en particulier pour les milliers de personnes en détention provisoire.

J’exhorte le gouvernement à prendre d’urgence toutes les mesures nécessaires pour protéger les détenus de la violence et garantir la responsabilité des auteurs de violations des droits humains.

La détention arbitraire, souvent dans des conditions désastreuses, de milliers de migrants et de réfugiés est un phénomène tragique qui doit cesser. Je continue d’appeler à la libération immédiate de tous les réfugiés et migrants en Libye.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

L’ONU est pleinement déterminée à faciliter les processus dirigés et contrôlés par les Libyens à l’appui de l’accord de cessez-le-feu, de la réconciliation nationale et de la justice transitionnelle, et de la tenue d’élections le 24 décembre.

J’encourage les autorités et institutions libyennes à prendre leurs responsabilités et à avancer ensemble vers la stabilité et l’unité.

L’avenir de la Libye est entre leurs mains.

Merci.

Site du Secrétaire général des Nations Unies, 23 juin 2021

Etiquettes : Libye, II Conférence de Berlin sur la Libye, ONU, Antonio Guterres,