Maroc: Pour la libération des journalistes Soulaiman Raïssouni et Omar Radi

Une cinquantaine d’intellectuels et de journalistes demandent au roi Mohamed VI d’accorder un procès équitable et de respecter les droits des deux journalistes emprisonnés depuis l’année dernière.

Les soussignés, en tant qu’amis du Maroc et des Marocains, s’expriment individuellement et indépendamment de leur profession et de leurs convictions politiques pour demander la libération des journalistes Sulaiman Raissouni et Omar Radi avant que la santé de ces deux défenseurs de la liberté d’opinion ne se détériore davantage.

Nous sommes conscients que l’état actuel des relations entre le Maroc et l’Espagne se prête à toutes sortes de manipulations démagogiques et nous ne voulons pas que cette lettre contribue à les détériorer davantage.

Nous demandons le respect des droits fondamentaux des prisonniers conformément à la loi marocaine et aux conventions internationales ratifiées par le Maroc, notamment en ce qui concerne la présomption d’innocence.
Souleiman Raissouni a été arrêté le 22 mai 2020 et accusé d' »attentat à la pudeur avec violence et séquestration » d’un homme en 2018. Le procureur a basé l’accusation sur une publication anonyme sur Facebook.

Omar Radi a été arrêté le 29 juillet 2020 et accusé d’espionnage et de tentative d’atteinte à la sécurité de l’État ; il a également été accusé de viol. Le seul témoin du viol présumé a témoigné en faveur de Radi, qui a été inculpé plusieurs mois plus tard pour complicité. Une grande partie des preuves présentées par l’avocat de la défense de Radi n’a pas été acceptée par l’accusation.

Raissouni et Radi nient tous deux les accusations. Leurs procès ont commencé plusieurs mois après leurs arrestations, mais les procédures ont été reportées à plusieurs reprises. Non seulement ils ont été détenus pendant toute cette période, mais ils sont maintenus en isolement et ont des contacts limités avec leurs familles. Le quotidien Le Monde a rapporté le 16 juin que les procès des deux hommes s’étaient poursuivis le 15 juin en l’absence de Raissouni en raison de son état de santé, incapable de se concentrer et de parler.

Raissouni et Radi se voient refuser le droit fondamental de rester en liberté pendant toute la durée de leur procès, un droit consacré par le droit marocain. En raison du déni de leur droit à rester en liberté, combiné à une période d’incarcération exceptionnellement longue avant le procès, ils ont décidé d’entamer une grève de la faim pour protester contre les violations de leurs droits. Raissouni a commencé sa grève de la faim le 8 avril 2021 et Radi le 9 avril.

Tous deux sont des malades chroniques. Selon Reporters sans frontières, Raissouni souffre d’hypertension artérielle et Radi d’asthme et de la maladie de Crohn. Après 21 jours de grève de la faim, Omar Radi a décidé de démissionner en raison de la détérioration de son état de santé.

Quant à Soulaiman Raissouni, après plus de 70 jours de grève de la faim, il est entre la vie et la mort. Il a entamé cette grève de la faim illimitée pour protester contre son emprisonnement, ses conditions de détention et pour retrouver sa liberté afin de préparer son procès. Selon les déclarations de ses proches, il a perdu plus de 32 kilos et a de plus en plus de problèmes de santé qui le mettent en grand danger de mort. Au nom des droits de l’homme et de l’actuelle constitution marocaine, qui prétend garantir le droit à la vie, à l’intégrité physique et morale, à la présomption d’innocence et à un procès équitable, il convient d’éviter une issue aussi tragique, qui porterait également gravement atteinte à l’image que le Maroc veut donner au monde.

Nous demandons au monarque Mohamed VI lui-même et à son gouvernement, et en particulier aux ministres de la Justice Mohamed Benabdelkader, et d’État chargé des droits de l’homme et des relations avec le Parlement Mustapha Ramid, de libérer immédiatement Soulaiman Raissouni et Omar Radi en attendant un procès équitable.

Aarab, Rachid, UAB, Barcelone
Abu-Tarbush, José
Armadans, Jordi, directeur FundiPau, Barcelone.
Audije, Paco, journaliste, correspondant et membre du comité exécutif de la Fédération internationale des journalistes.
Azaola Piazza, Bárbara, UCLM, Tolède, Espagne.
Backenköhler Casajús, Christian J.
Ballesteros Peiró, Ana, TEIM, Madrid, Espagne.
Barreñada Bajo, Isaías, Université Complutense de Madrid, Espagne.
Bassets Sánchez, Lluís, El País, Espagne
Bustos, Rafael, maître de conférences en relations internationales, Madrid.
Casani, Alfonso, Madrid
Cebolla Boado, Hector, Madrid.
Desrues, Thierry, Chercheur. Cordoba.
El-Madkouri Maataoui, Mohamed, UAM.
Feliu, Laura, professeur. Barcelone
Fernández Fonfría, Université de Salamanque.
Fernández-Molina, Irene, Université d’Exeter. Royaume-Uni.
Fernández Parrilla, Gonzalo, UAM, Madrid, Espagne
Galián, Laura, Madrid
González, Ana, Chercheur pré-doctoral, Madrid, Espagne
González García de Paredes, Marta, Sevilla, Sevilla
Gregori, Àngels, écrivain, président de PEN Catalan, Espagne
Gutiérrez, Ricardo, journaliste, secrétaire général de la Fédération européenne des journalistes (FEJ) (représentant la FEJ).
Hernández, Jorge, UNAM, Mexique
Hernando de Larramendi, Miguel, professeur. Toledo.
Izquierdo Brichs, Ferran, professeur, Barcelone.
Jiménez, Mercedes, UCM
Kirhlani, Said, URJC, Madrid, Espagne.
López García, Bernabé, professeur. Madrid, Espagne.
Mañé Estrada, Aurelia, UB, Barcelone, Espagne.
Martín, Iván, UPF, Barcelone, Espagne.
Mateo Dieste, Josep Lluis, UAB, Barcelone, Espagne.
Mayor Zaragoza, Federico, ancien directeur général de l’Unesco, Espagne.
Mijares Molina, Laura, UCM, Espagne.
Mintegi Lakarra, Laura, Présidente de PEN Basque (PEN Euskal).
Moreno Nieto, Juana, UCA, Cádiz, Espagne.
Ojeda-García, Raquel, professeur, Université de Grenade, Espagne.
Peralta García, Lidia. Conférencier UCLM.
Planet, Ana I. Contreras, professeur, Madrid.
Ramírez, Ángeles, maître de conférences, Madrid.
Rius-Piniés, Mònica, Chaire UNESCO Femmes, Développement et Cultures, Barcelone.
Rojo, Pedro, Fondation Al Fanar
Sánchez Mateos, Elvira, professeur, UB.
Sánchez, Gervasio, journaliste. Prix national de la photographie.
Soler, CIDOB, Barcelone
Szmolka, Inmaculada, Professeur. Grenade.
Thieux, Laurence, Madrid.
Francesco Vacchiano, Université Ca’ Foscari, Venise.
Veguilla del Moral, Victoria, professeur adjoint. Séville.
Velasco, Ana, Université polytechnique, Madrid.

EL PAIS, 24 JUIN 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Omar Radi, Soulaiman Raïssouni, presse, répression, journalistes,