ISS : l’instabilité décime le patrimoine culturel du Mali

Sans aucune poursuite, le commerce illégal d’objets d’art cause une perte catastrophique pour le pays.

Le Mali est un pays riche en patrimoine et en artefacts culturels. Des figurines en terre cuite et en bronze, des perles anciennes, des manuscrits médiévaux et d’autres objets archéologiques provenant de Djenné, de Mopti et des régions environnantes du centre du Mali témoignent de cette riche histoire.

Cependant, selon les archéologues, 90 % des sites maliens ont été pillés et le commerce illégal d’objets d’art est très répandu. La valeur subjective de l’art fait qu’il est difficile de dire combien tout cela vaut », explique Julia Stanyard, analyste à l’Initiative mondiale contre le crime organisé transnational.

En juillet 2020, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a mis en garde les amateurs d’art des pays du marché contre une escroquerie à la fausse certification impliquant le commerce illégal d’antiquités africaines. Cette fraude d’un million d’euros impliquait la vente d’artefacts – dont les terres cuites de Djenné – avec de faux certificats qui semblaient être autorisés par l’UNESCO.

Cette escroquerie témoigne d’une forme organisée de pillage et de commerce de biens culturels. Mais malgré les pertes constantes et catastrophiques pour le patrimoine culturel collectif du peuple malien, peu d’informations existent sur ce commerce illicite.

Les itinéraires de contrebande privilégient les espaces non gouvernés, les artefacts transitant par le Maroc et l’Algérie vers l’Europe.

Le crime organisé, le terrorisme et la criminalité internationale constituent une trinité impie d’infractions commises au Mali. Le commerce illégal d’objets d’art s’inscrit dans un contexte d’insécurité grave dans la région et au Mali même. Depuis le début du conflit dans le pays en 2012, les routes de contrebande privilégient ses espaces non gouvernés, les marchandises – y compris les artefacts culturels pillés – transitant par le Maroc et l’Algérie vers l’Europe et au-delà.

Il existe une collaboration croissante entre les réseaux de criminalité organisée et les groupes extrémistes violents au Mali. Les uns et les autres tirent parti de leurs tactiques et opérations respectives, ainsi que du conflit, ce qui accroît l’insécurité et les possibilités d’activités criminelles dans la région.

L’enquête sur ce vol généralisé est complexe. Chaque type d’artefact a une route de trafic et un marché différents, ce qui nécessite une stratégie différente pour identifier l’auteur et s’attaquer à la chaîne de valeur criminelle impliquée dans la contrebande et le commerce de cet artefact. Le Musée national du Mali, la Diréction nationale du patrimoine culturel et les forces de l’ordre sont les mieux placés pour le faire.

La direction et la police sont légalement mandatées pour protéger les sites archéologiques, mais l’insécurité et les capacités limitées ont paralysé leur travail. Il est presque impossible pour les fonctionnaires d’accéder aux sites, et le manque de financement pour sensibiliser les communautés locales compromet leurs mandats de protection. Il serait également presque impossible d’arrêter les commerçants illégaux d’objets culturels au Mali sans tenir compte d’autres crimes complexes.

Il serait presque impossible d’arrêter les commerçants illégaux d’artefacts culturels au Mali sans tenir compte des autres crimes complexes.

Le renforcement des capacités et la formation des organismes chargés de l’application de la loi fournis par les partenaires du développement, notamment l’Organisation mondiale des douanes et l’UNESCO, ont aidé. Des réseaux informels d’autorités culturelles ont également été mis en place en Afrique de l’Ouest pour identifier les artefacts et distinguer les antiquités authentiques des bibelots dans les pays de transit.

L’intensification des poursuites devrait être au centre d’une réponse plus large et plus complète. Cependant, alors que tout système de justice pénale confronté aux complexités du Mali aurait du mal à enquêter et à poursuivre de telles affaires, il n’y a pas eu une seule poursuite au Mali liée au commerce illégal de biens culturels. Pour les criminels impliqués dans ce commerce illicite, cela signifie un risque très faible et des récompenses très élevées.

Quatre problèmes principaux empêchent le Mali d’endiguer le commerce illégal d’objets culturels. Premièrement, dans une industrie de plusieurs millions d’euros, il existe peu de moyens de dissuasion pour les criminels en puissance. Les lois nationalisent les objets archéologiques mis au jour, interdisent les fouilles par des particuliers et criminalisent le vol ou le détournement de biens culturels. Et si le Mali a intégré la Convention de 1970 sur le trafic illicite dans son droit interne, les infractions ne donnent lieu qu’à des sanctions administratives.

Deuxièmement, la définition du patrimoine culturel et des objets d’art est peu claire. Cela ne s’applique pas seulement au Mali mais à l’ensemble de la région ouest-africaine. Les bases de données, telles que la base de données sur les œuvres d’art volées d’INTERPOL, permettent d’identifier les antiquités, mais les ensembles de données concernant les objets d’art d’Afrique de l’Ouest sont incomplets.

Malgré les dommages causés au patrimoine culturel du Mali, il existe peu d’informations sur ce commerce illégal.

Des informations complètes et accessibles permettraient aux autorités, telles que les responsables de la sécurité des frontières, d’identifier les objets authentiques. Il s’agit d’une première étape essentielle pour endiguer le flux d’antiquités volées en provenance du pays. Pourtant, l’accès aux données et le partage d’informations en direct entre différents organismes sont difficiles dans le contexte actuel.

Le troisième problème est que le cadre législatif malien est cloisonné. Les lois sur le crime organisé, la criminalité internationale et la lutte contre le terrorisme se parlent rarement. Par conséquent, les réponses de la justice pénale ne parviennent pas, dès le départ, à établir des liens entre les acteurs et leur modus operandi.

Quatrièmement, le système judiciaire malien est relativement faible. Peu d’enquêtes efficaces aboutissent à des poursuites fructueuses pour les crimes complexes en général. Un indicateur clé est que le gouvernement malien a déféré sa propre situation à la Cour pénale internationale en 2012. Cela a conduit à la condamnation d’Ahmad Al Faqi Al Mahdi pour le crime de guerre de destruction de sites culturels et religieux au Mali.

Pour endiguer le commerce illicite du patrimoine culturel du Mali, il faut s’attaquer aux problèmes mentionnés ci-dessus. L’attention des médias se tournant vers les objets volés dans le pays, le moment est venu de sensibiliser les pays de destination à ce problème et de faire pression sur l’opinion publique. Si cette opportunité est perdue, il en sera de même pour le reste du patrimoine unique du Mali – une perte irrémédiable qui pourrait être impossible à restaurer.

ISS Africa, 23 juin 2021

Etiquettes : Mali, patrimoine culturel, conflits, instabilité, Sahel, conflits ethniques,