Angelina Jolie visite un camp de réfugiés au Burkina Faso

L’envoyée spéciale de l’ONU, Angelina Jolie, visite un camp de réfugiés au Burkina Faso.

DORI, Burkina Faso, 21 juin (Reuters) – L’actrice hollywoodienne Angelina Jolie a visité dimanche un camp de réfugiés au Burkina Faso accueillant des personnes fuyant la violence djihadiste au Mali, et a fait l’éloge du pays pour avoir accueilli les déplacés malgré ses ressources limitées et la lutte contre sa propre insurrection.

Le Burkina Faso, comme ses voisins le Niger et le Mali, est en proie à de violentes attaques de militants liés à Al-Qaïda et à l’État islamique qui ont fait des milliers de morts et des millions de déplacés dans les trois pays.

« Je suis ici pour montrer ma solidarité au peuple Bukinabe qui continue d’accueillir les frères et sœurs déplacés malgré les terribles attaques et défis, partageant le peu qu’ils ont à un moment où d’autres pays avec beaucoup plus ont fermé leurs frontières et leurs esprits aux réfugiés « , a déclaré Angelina Jolie.

Son voyage marquait la Journée mondiale des réfugiés, qui a lieu chaque année le 20 juin.

L’actrice et militante pour les réfugiés s’est exprimée au camp de réfugiés de Goudoubou, situé à environ 15 kilomètres de la ville de Dori, dans le nord-est du Burkina Faso, près de la zone des trois frontières du Sahel, qui a été l’épicentre de la violence.

Le Burkina Faso a subi sa pire attaque au début du mois de juin, lorsque 132 habitants du village de Solhan, dans la province de Yagha, à la frontière avec le Niger, ont été tués par des insurgés, provoquant la fuite d’un plus grand nombre de personnes. lire la suite

Environ 1,2 million de personnes sont déplacées en raison de la violence au Burkina Faso, qui accueille plus de 22 000 réfugiés maliens ayant fui des violences djihadistes similaires dans leur pays. Environ 11 000 d’entre eux se trouvent dans le camp de Goudoubou.

Parmi les réfugiés du camp se trouvait Hawa Diallo, 22 ans, qui a déclaré avoir fui le Mali avec sa famille en raison des attaques des djihadistes.

Sa famille s’est d’abord installée dans la région de Djibo, au Burkina Faso, mais elle a dû faire ses bagages et repartir suite à la multiplication des attaques dans la région entre 2019 et 2020.

« Nous nous sommes d’abord installés à Djibo puis à Mentao où il y avait la paix jusqu’à ce que les violences commencent en 2019-2020. Nous avions peur alors nous avons fui, nous avons fui dans la brousse, nous avons laissé nos biens, nous avons laissé derrière nous des personnes qui ne pouvaient pas marcher, après cela nous avons été amenés à Goudebou », a-t-elle dit.

Les Nations unies ont déclaré vendredi que le nombre de personnes contraintes de fuir leur foyer en raison d’un conflit, de persécutions ou de violations des droits de l’homme a doublé au cours de la dernière décennie pour atteindre 82,4 millions de personnes.

« La vérité est que nous ne faisons pas la moitié de ce que nous pourrions et devrions faire pour trouver des solutions permettant aux réfugiés de rentrer chez eux », a déclaré Angelina Jolie.

Etiquettes : Angelina Jolie, Burkina Faso, réfugiés, Journée mondiale des réfugiés, Solhan, Yagha,