Le Maroc, grand allié de l’Espagne en matière d’hydrogène vert

L’Agence Internationale pour les Energies Renouvelables (IRENA) et le Ministère de l’Energie, des Mines et de l’Environnement (MEME) du Royaume du Maroc ont convenu de renforcer leur collaboration commune pour faire progresser les connaissances dans le domaine des énergies renouvelables et accélérer la transition énergétique. Plus précisément, l’IRENA et le Maroc travailleront en étroite collaboration pour promouvoir l’économie nationale de l’hydrogène vert, le pays ayant pour objectif de devenir un important producteur et exportateur d’hydrogène vert.

Dans le cadre de l’accord stratégique signé par le directeur général de l’IRENA, Francesco La Camera, et le ministre marocain de l’énergie, des mines et de l’environnement, M. Aziz Rabbah, les deux parties poursuivront activement les études sur l’hydrogène vert et exploreront conjointement les instruments politiques permettant d’engager le secteur privé au niveau national dans l’économie de l’hydrogène vert.

L’un des pays qui bénéficierait le plus de la production d’hydrogène vert au Maroc serait l’Espagne, dans un premier temps, et l’Union européenne, dans un second temps.

Avec la Commission européenne, le Maroc a cofacilité le cadre de collaboration IRENA sur l’hydrogène vert au début de cette année afin de relever les défis du développement de l’infrastructure, de la technologie et de la certification nécessaires pour façonner une économie verte mondiale et jeter les bases du commerce de l’hydrogène vert.

De plus, dans les plans du futur réseau européen d’hydrogène vert, il est prévu d’importer de grandes quantités d’hydrogène vert du Maroc et de l’Algérie via les pipelines existants.

Il s’agit du projet de création d’un grand réseau européen d’hydrogène : une nouvelle interconnexion serait construite avec la France et amenée d’Afrique du Nord via l’Espagne.

Le Maroc est reconnu comme un pionnier de la transition énergétique régionale. Le pays a revu à la hausse son ambition en matière d’énergies renouvelables en décidant de porter la part de la capacité totale installée à plus de 52 % d’ici à 2030, dépassant ainsi l’objectif du pays annoncé lors de la COP21 à Paris.

 » Le Royaume du Maroc a fait preuve d’un grand leadership en faisant progresser le déploiement des énergies renouvelables pour répondre à la demande croissante d’énergie tout en créant de nouvelles opportunités industrielles à travers le pays « , a déclaré le directeur général de l’IRENA, Francesco La Camera. « Il est naturel que ce leadership s’étende à la recherche de l’hydrogène vert, qui peut jouer un rôle clé dans les ambitions mondiales de décarbonisation. Dans le cadre de cet accord, l’IRENA travaillera en étroite collaboration avec le Maroc pour promouvoir l’ambition nationale et créer des opportunités de partage des connaissances au niveau mondial. »

Le ministre marocain de l’énergie, M. Aziz Rabbah, a déclaré : « Le Maroc a joué un rôle important dans la coopération mondiale en matière d’énergies renouvelables par le biais de l’IRENA depuis la création de l’Agence, et nous continuerons à promouvoir et à encourager l’adoption des énergies renouvelables dans le contexte du changement climatique et du développement au niveau régional et international.

« La signature de cet accord est une illustration de l’excellente coopération entre le Maroc et IRENA et nous continuerons à renforcer nos efforts communs pour accélérer la transition », a-t-il poursuivi.

Dans le cadre de cet accord, l’IRENA et le Maroc travailleront ensemble à l’élaboration d’études prospectives sur les technologies et les marchés, à la création de modèles de coopération public-privé dans le domaine de l’hydrogène, à l’exploration du développement de nouvelles chaînes de valeur de l’hydrogène et à l’établissement des bases du commerce de l’hydrogène vert.

Les deux parties mèneront également des analyses conjointes qui exploreront plus avant les avantages socio-économiques des énergies renouvelables, en mettant l’accent sur le développement de nouvelles chaînes de valeur, la création d’emplois au niveau national et les enseignements tirés pour la région au sens large. Sur la base du mandat mondial de l’IRENA, le Maroc vise à renforcer la coopération Sud-Sud par l’échange de pairs et d’experts, le partage des connaissances et le renforcement des initiatives régionales.

Plus largement, l’IRENA et le Maroc travailleront ensemble pour renforcer les politiques et les cadres réglementaires pour le déploiement des énergies renouvelables et les applications d’efficacité énergétique dans le Royaume. En outre, les deux parties encourageront les investissements dans les énergies renouvelables, y compris le financement climatique, en développant des projets solides en cours avec une capacité financière accrue et en facilitant l’accès au financement, notamment dans le cadre de l’initiative de la Coalition pour l’accès à l’énergie durable et de la Plateforme d’investissement climatique (CIP).

Selon les données de l’IRENA, à la fin de 2020, le Royaume du Maroc disposait d’une capacité totale installée d’énergie renouvelable de près de 3,5 GW.

El Perdiodico de la energía, 15 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, énergie verte, énergie renouvelable, environnement, climat, IRENA, MEME,