Maroc-Espagne: Le conflit s’étend au secteur agricole

RABAT, 12 juin (Xinhua) — Le désaccord diplomatique actuel entre le Maroc et l’Espagne, à commencer par les problèmes d’immigration illégale, s’est maintenant élargi au secteur agricole.

À la mi-mai, environ 9 000 immigrants illégaux, dont beaucoup étaient considérés comme mineurs, sont passés du Maroc à Ceuta, une enclave espagnole bordée par le Maroc sur la côte nord de l’Afrique. En réponse, le Parlement européen a adopté jeudi une résolution accusant le Maroc d’avoir violé la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant en « utilisant des mineurs » dans l’incident.

Plus tard, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a qualifié la résolution de « contre-productive » et de « partie d’une logique d’escalade politique à courte vue ».

Faisant des vagues des retombées diplomatiques, certains agriculteurs espagnols se sont mobilisés contre leur voisin du sud en lançant la campagne de boycott d’Origen Marruecos (Origine Maroc) et en se ralliant à Clara Aguilera, une membre espagnole du Parlement européen qui a suggéré d’appliquer des quotas d’importation plus stricts pour marchandises marocaines.

Aguilera a suggéré dans une déclaration à la Commission européenne que les tomates marocaines menacent « la stabilité du marché de la tomate de l’UE ».

« En effet, il y avait des menaces contre les agriculteurs marocains et les exportateurs des agriculteurs espagnols », a déclaré Rachid Aourras, ancien membre fondateur de l’Institut marocain d’analyse des politiques.

« Parfois, les agriculteurs espagnols bloquent les camions marocains lorsqu’ils arrivent sur le territoire espagnol », a déclaré Aourras à Xinhua.

Cependant, il pense que la crise actuelle entre les deux pays méditerranéens ne durera pas longtemps.

« Je pense que d’autres parties, comme la France en particulier, interviendront pour arbitrer entre eux », a déclaré l’économiste marocain.

En ce qui concerne le Maroc, Aourras a déclaré que le secteur agricole du pays ne devrait pas riposter car « les producteurs marocains préfèrent avoir le soutien du gouvernement » et « ils n’agiront pas à titre personnel ».

Un mouvement de boycott est « un scénario possible », mais pour l’instant le « conflit est sous contrôle », a-t-il ajouté.

Xinhua, 13 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, Migration, fruits, légumes, tomates, exportations marocaines, Union Européenne, UE,