Israël : Peu d’espoir pour les Palestiniens

BEITA, Cisjordanie (AP) – Le nouveau gouvernement fragile d’Israël a montré peu d’intérêt pour la résolution du conflit vieux de plusieurs décennies avec les Palestiniens, mais il n’a peut-être pas le choix.

Les ultranationalistes juifs organisent déjà des provocations visant à diviser la coalition et à provoquer un retour au pouvoir de la droite. Ce faisant, ils risquent d’aggraver les tensions avec les Palestiniens, quelques semaines après qu’une guerre de 11 jours à Gaza ait été stoppée par un cessez-le-feu informel.

Le meilleur espoir du Premier ministre Naftali Bennett de maintenir sa coalition au pouvoir – qui se compose de huit partis issus de l’ensemble de l’échiquier politique – sera de gérer le conflit, selon l’approche privilégiée par son prédécesseur, Benjamin Netanyahou, pendant la majeure partie de ses 12 années de pouvoir. Mais cette méthode n’a pas permis d’éviter trois guerres de Gaza et d’innombrables éruptions de moindre ampleur.

En effet, le statu quo pour les Palestiniens implique l’expansion des colonies en Cisjordanie occupée, des expulsions imminentes à Jérusalem, des démolitions de maisons, des fusillades meurtrières et toute une série de mesures discriminatoires qui, selon deux célèbres groupes de défense des droits de l’homme, équivalent à de l’apartheid. À Gaza, qui est soumise à un blocus paralysant depuis que le groupe militant Hamas a pris le pouvoir en 2007, la situation est encore pire.

« Ils disent qu’il s’agit d’un gouvernement de changement, mais il ne fera qu’ancrer le statu quo », a déclaré Waleed Assaf, un responsable palestinien qui coordonne les manifestations contre les colonies de Cisjordanie. « Bennett est une copie de Netanyahou, et il pourrait même être plus radical ».

Bennett a peu parlé des Palestiniens dans un discours avant de prêter serment dimanche. « La violence fera l’objet d’une réponse ferme », a-t-il prévenu, ajoutant que « le calme sécuritaire conduira à des mouvements économiques, qui conduiront à la réduction des frictions et du conflit. »

La ministre de l’Environnement Tamar Zandberg, membre du parti dovish Meretz, a déclaré à la chaîne de télévision israélienne Channel 12 qu’elle pense que le processus de paix est important, mais que le nouveau gouvernement a accepté, « du moins à ce stade, de ne pas s’en occuper. »

Le gouvernement est confronté à un défi précoce à Jabal Sabeeh, une colline du nord de la Cisjordanie où des dizaines de colons juifs ont rapidement établi un avant-poste le mois dernier, pavant des routes et installant des quartiers d’habitation qui, selon eux, abritent désormais des dizaines de familles.

La colonie, baptisée Eviatar du nom d’un Israélien tué lors d’une attaque en 2013, a été construite sans l’autorisation des autorités israéliennes sur des terres qui, selon les Palestiniens, appartiennent à des particuliers. Les troupes israéliennes ont évacué les colons du site à trois reprises auparavant, mais ils sont revenus après qu’un Israélien a été tué dans une fusillade à proximité au début du mois dernier.

Les évacuer à nouveau embarrasserait Bennett et d’autres membres de droite de la coalition, qui font déjà l’objet de vives critiques – et même de menaces de mort – pour s’être alliés à des factions centristes et de gauche afin d’évincer Netanyahu.

Le gouvernement est confronté à un dilemme similaire concernant un défilé à travers Jérusalem-Est organisé par des ultranationalistes qui doit avoir lieu mardi. Cette marche risque de déclencher le type de protestations et d’affrontements qui ont contribué à déclencher la guerre de Gaza le mois dernier.

Pendant ce temps, les Palestiniens du village voisin de Beita organisent régulièrement des manifestations contre l’avant-poste de colonisation. Les manifestants ont jeté des pierres et les troupes israéliennes ont tiré des gaz lacrymogènes et des balles réelles. Trois manifestants ont été tués, dont Mohammed Hamayel, 17 ans, abattu vendredi. Les rapports initiaux indiquaient qu’il avait 15 ans.

« Je lui ai toujours appris qu’il fallait défendre ses droits sans porter atteinte à ceux des autres », a déclaré son père, Saïd, lors d’une cérémonie de deuil à laquelle assistaient des dizaines de villageois. Il a décrit son fils comme un adolescent populaire qui avait de bonnes notes et était un leader naturel.

« Dieu merci, je suis très fier de mon fils », a-t-il dit. « Même dans le martyre, il s’est distingué. »

Les villageois craignent que si l’avant-poste reste, il finisse par engloutir encore plus de leurs terres, en grandissant et en fusionnant avec certaines des plus de 130 colonies autorisées à travers la Cisjordanie occupée, où vivent près de 500 000 colons.

« Nous ne sommes pas un jeu politique entre les mains de Bennett ou de Netanyahu », a déclaré Mohammed Khabeesa, un résident qui dit posséder des terres près de l’avant-poste des colons, auxquelles il ne peut plus accéder sans un permis militaire.

« Les colonies sont comme un cancer », a-t-il ajouté. « Tout le monde sait qu’elles commencent petit, puis elles prennent racine et s’étendent aux dépens des gens jusqu’à atteindre nos maisons ».

Une porte-parole de l’organisation de colons à l’origine de l’avant-poste n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Israël s’est emparé de la Cisjordanie, de Jérusalem-Est et de Gaza lors de la guerre du Proche-Orient de 1967, des territoires que les Palestiniens veulent pour un futur État. Les colonies sont considérées par les Palestiniens et une grande partie de la communauté internationale comme un obstacle majeur à la paix, car elles rendent presque impossible la création d’un État palestinien contigu et viable aux côtés d’Israël.

Chaque gouvernement israélien depuis 1967 a étendu les colonies, et il est peu probable que celui-ci fasse exception. Bennett a été brièvement à la tête d’une importante organisation de colons, et son parti est l’un des trois de la coalition qui soutiennent fermement les colonies.

Hagit Ofran, experte en matière de colonies auprès du groupe israélien de défense des droits Peace Now, affirme que les colons ont toujours utilisé les avant-postes illégaux pour défier les autorités israéliennes, une tendance qui, selon elle, devrait s’accélérer sous le nouveau gouvernement.

« Comme les colons ont le sentiment que ce gouvernement n’est pas le leur, il sera beaucoup plus facile, psychologiquement, de le défier », a-t-elle déclaré.

Elle espère que le nouveau gouvernement freinera au moins les grands projets de colonisation, notamment les infrastructures massives qui ouvriront la voie à une croissance future.

« Je pense qu’il est plus facile politiquement d’arrêter les gros budgets et les gros projets plutôt que d’expulser un avant-poste », a-t-elle déclaré. « Je préfère voir que le gouvernement arrête les grands projets plutôt que de se battre pour chaque sommet de colline. Les colons ont l’intérêt inverse. »

Etiquettes : Israël, Palestine, Ghaza, nouveau gouvernement, Naftali Bennett, Jérusalem; Al Qods,