Financial Times: L’Algérie au bord du gouffre

L’Algérie au bord du gouffre, victime de la pandémie et de la faiblesse des prix du pétrole

Beaucoup avaient espéré un changement après le renversement du président, mais les analystes mettent en garde contre une crise économique.

Devant une banque à Alger, Slimane a sorti d’un sac des colliers et des bagues en or, les bijoux de sa femme, qu’il espérait utiliser comme garantie pour un prêt.

Pendant la pandémie, l’homme d’affaires de 46 ans a dû fermer sa petite entreprise de conception et de production de matériel publicitaire et se séparer de ses quatre employés à plein temps.

« C’était très dur. J’avais l’impression que le ciel me tombait sur la tête », a déclaré Slimane, qui ne souhaitait pas que son nom complet soit publié. « La pandémie a obligé les entreprises à réduire leur activité ou à fermer complètement, notamment dans le secteur du voyage sur lequel je comptais pour les clients. Ma femme m’a demandé de mettre en gage ses bijoux en or pour que nous puissions ouvrir une épicerie dans notre quartier. »

La pandémie de coronavirus a durement touché les Algériens, exacerbant les malheurs d’une économie dominée par l’État, déjà meurtrie par des années de chute des prix du pétrole et de restrictions des investissements locaux et étrangers.

Même avant la pandémie, près d’un tiers des jeunes Algériens étaient au chômage et beaucoup avaient espéré un changement après les énormes manifestations qui ont conduit à la démission du président Abdelaziz Bouteflika en 2019.

Mais avec une économie peu diversifiée, qui dépend uniquement des exportations de pétrole et de gaz, et des réserves de devises étrangères en voie d’épuisement, l’Algérie pourrait bientôt faire face à une catastrophe économique, préviennent les analystes. Peu de gens croient que les politiciens peuvent apporter un changement significatif, un fait rendu clair par la faible participation aux élections du week-end dernier. Pour le régime soutenu par l’armée, les analystes estiment que le scrutin parlementaire, le premier depuis les manifestations, lui a permis de projeter un renouveau démocratique, tandis que toute coalition gouvernementale d’indépendants et de partis favorables au régime qui en résulterait ne devrait pas ébranler le statu quo.

« La tendance économique est extrêmement négative », a déclaré Riccardo Fabiani, directeur pour l’Afrique du Nord à l’International Crisis Group, une organisation spécialisée dans la résolution des conflits. « Il y a une crise de liquidités dans les banques et les entreprises locales. Dans le secteur de la construction, le plus grand secteur après le pétrole, il y a eu un nombre record de faillites. Le pays pourrait se diriger vers un désastre économique avec un lourd coût social. »

L’économie s’est contractée de 6 % l’an dernier, selon le FMI, qui prévoit une croissance de 2,9 % en 2021 grâce à la hausse des prix du pétrole. Il prévoit un déficit budgétaire de 18,4 % du produit intérieur brut en 2021. Pour équilibrer son budget, le prêteur a déclaré que l’Algérie avait besoin d’un prix du pétrole de 169,6 dollars le baril, soit plus du double du prix actuel de 72 dollars. Cependant, selon les analystes, il n’y a pas de clarté sur la façon dont le régime prévoit d’anticiper une catastrophe économique potentielle.

« Les politiciens disent qu’ils veulent ouvrir l’économie et la diversifier », a déclaré Mabrouk Aib, professeur d’université et analyste des politiques publiques en Algérie. « Ils veulent beaucoup de choses. C’est ce qu’ils prétendent, mais en réalité nous ne savons pas s’ils ont une stratégie claire sur la façon dont ils vont mettre cela en œuvre. » 

Alors même que la chute des prix du pétrole ces dernières années a mis à mal les finances du gouvernement et limité sa capacité à offrir des aides et à créer des emplois pour sa population majoritairement jeune, les décideurs militaires algériens, ou decideurs comme on les appelle, n’ont pas réussi à diversifier l’économie. Au lieu de cela, les gouvernements successifs ont brûlé les réserves de devises étrangères, qui ont sombré de 200 milliards de dollars en 2014 à 47 milliards de dollars en 2020. 

Les militaires, qui contrôlent traditionnellement les décisions clés depuis l’indépendance de la France en 1962, ont été réticents à introduire des réformes qui permettraient de libérer le secteur privé, d’encourager les investissements et d’apporter de la transparence à un système économique construit sur un réseau d’intérêts particuliers et de clientélisme alimenté par les pétrodollars. Sous le régime de Bouteflika, un secteur privé capitaliste de connivence a pu prospérer, bénéficiant du patronage politique et des largesses du gouvernement. Nombre de ces hommes d’affaires sont aujourd’hui en prison pour corruption et certaines de leurs entreprises ont été rachetées par l’État. 

Compte tenu de son manque de dette extérieure et de la hausse du prix du pétrole, le régime algérien peut encore gagner « un an ou deux », a noté M. Fabiani. Il pourrait recourir à des emprunts bilatéraux auprès de la Chine ou du Golfe. Abdelmadjid Tebboune, le président, a exclu l’année dernière un prêt du FMI, suggérant que cela limiterait la capacité du pays à avoir une politique étrangère indépendante. « La grande question reste de savoir ce que le nouveau gouvernement va faire », a déclaré M. Fabiani. « Auront-ils de nouvelles idées ? »

Déjà, la hausse des prix a suscité des demandes répétées d’augmentation de salaire et des grèves par différents secteurs de la société, des enseignants aux médecins en passant par les postiers. Les pompiers ont manifesté en uniforme le mois dernier et ont été dispersés par la police à l’aide de gaz lacrymogènes.

Se méfiant des protestations, les autorités ont sévi à l’approche de l’élection, empêchant les marches du mouvement pro-démocratie du pays qui a chassé Bouteflika en 2019 et inondant le centre d’Alger de voitures de police. Plus de 200 personnes sont en prison en lien avec les manifestations.

Les autorités ont beau étouffer la dissidence, elles savent bien que les conditions de vie sont de plus en plus dures pour les Algériens qui souffrent sous l’effet conjugué des lockdowns, des fermetures d’entreprises et de l’inflation.

« J’ai une famille de sept personnes à faire vivre, mais l’entreprise de construction pour laquelle je travaillais a fermé », a déclaré Samir Yefsa, un quinquagénaire au chômage. « L’État était notre seul client, mais le gouvernement n’a désormais aucun programme de construction. Je ne sais pas quoi faire. J’ai des problèmes pour nourrir ma famille. Je ne peux qu’emprunter à la famille et aux amis qui sont à la retraite et vivent de pensions, car d’autres, plus jeunes, sont dans une situation similaire à la mienne. »

Sur un marché d’Alger, Naima, une enseignante du primaire, s’est plainte de la hausse des prix et de l’érosion de son pouvoir d’achat. « Je vous jure que je n’ai pas acheté de fruits pour mes enfants depuis deux mois », dit-elle. « Il y a certains articles maintenant qui sont juste trop chers pour ceux qui ont des revenus moyens ou petits ».

Financial Times, 15 juin 2021

Etiquettes : Algérie, Financial Times, pandémie, covid 19, prix du pétrole, crise économique,