Tunisie : violentes manifestations contre la répression

De violentes manifestations contre les abus de la police se poursuivent dans la capitale tunisienne.

De violentes manifestations ont à nouveau éclaté dans les rues de la capitale tunisienne samedi soir, accentuant la pression sur le gouvernement du Premier ministre Hichem Mechichi pour qu’il réprime les abus de la police.

Les affrontements ont eu lieu dans le quartier de Sejoumi à Tunis et ont fait suite à des manifestations organisées plus tôt dans la journée dans le centre de la ville, au cours desquelles des manifestants ont jeté des chaises et des pierres sur la police, qui a répondu en leur donnant des coups de pied et des coups de bâton.

La diffusion cette semaine d’une vidéo montrant des policiers en train de déshabiller et de battre un jeune homme a déclenché une colère généralisée dans le pays et soulevé des doutes sur la crédibilité des réformes de la police entreprises après la révolution de 2011.

Les policiers impliqués dans l’incident ont été arrêtés, et le Premier ministre a déclaré que l’incident était choquant et inacceptable.

Des manifestations à Sejoumi ont éclaté mardi après qu’un homme arrêté par la police, soupçonné de vendre de la drogue, est mort en détention. La famille a accusé la police de l’avoir battu à mort. Le ministère tunisien de l’Intérieur a démenti cette allégation.

Les militants des droits de l’homme ont déclaré que les abus de la police menacent de saper les avancées démocratiques réalisées depuis le renversement du régime répressif du président Zine El Abidine Ben Ali, il y a dix ans.

Reuters, 13 juin 2021

Etiquettes : Tunisie, manifestations, répression policière,


Comments are closed.