Algérie-Turquie : des relations ancestrales

Après les différentes déclarations faites par certains milieux hostiles concernant les relations entre l’Algérie et la Turquie et des rumeurs relatives à des divergences entre les deux pays, l’Agence de presse turque TR éditée en arabe a tenu à rappeler la genèse des relations qui lient la Turquie à l’Algérie depuis des temps immémoriaux. C’est à partir de l’élection de l’actuel président turc, Erdogan, que l’agence entame la relation entre les deux pays, en notant que le gouvernement turc sous la gouvernance d’Erdogan s’est attelé à perpétuer une bonne image de la Turquie auprès des pays arabes et maghrébins ‘notamment l’Algérie qui est liée à la Turquie par des siècles d’histoire commune’, est-il précisé.

Dans ce contexte, l’auteur de l’article estime que les relations algéro-turques ne sont pas uniquement politiques, mais elles dépassent ce cadre et le transcendent vers les cadres sociétaux, économiques, culturels et historiques, et : « les algériens se rappellent toujours l’aide précieuse qu’a portée le défunt premier ministre turc Adnane Menderes à la glorieuse révolution contre le colonialiste français », écrit-il. Il rappelle en outre que les deux pays sont unanimes, gouvernement et peuple, pour renforcer les liens qui les unissent depuis de centaines d’années, d’autant plus, note-t-il, que l’Algérie ne s’est pas prêtée, autant la population que le gouvernement, aux différentes campagnes de dénigrement qui ont visé la Turquie.

Il est aussi fait référence au raffermissement des relations entre les deux pays dans tous les domaines bilatéraux, raffermissement qui s’est concrétisé par deux visites d’Etat du président turc (2019 et 2020) et il a été le premier président à rendre visite à Abdelmadjid Tebboune après son investiture. Il en est de même pour le premier ministre turc qui s’est rendu en Algérie en octobre 2019 et en janvier 2020. Ces visites répétées étant un signe fort de la relation entre l’Algérie et la Turquie.

Résultat de ce rapprochement de plus en plus important sur le plan diplomatique, les relations économiques ont suivi une courbe ascendante, sur de nouvelles bases relationnelles portées par la coopération et l’entraide économique et politique entre les deux pays. Grâce à tout cela, les relations bilatérales entre les deux pays ont connu une avancée spectaculaire durant les derniers mois. C’est aussi le cas pour la coopération culturelle, comme les recherches académiques et la langue turque qui connait un grand intérêt de la part des algériens.

Plus de quatre milliards de dollars d’échanges commerciaux

En 2020, les échanges commerciaux entre les deux pays ont atteint un volume de 4 milliards de dollars, ce qui place la Turquie à la cinquième place des partenaires commerciaux de l’Algérie, alors que l’Algérie est le deuxième partenaire commercial pour la Turquie en Afrique. L’Algérie est aussi le quatrième plus gros fournisseur de gaz pour la Turquie et les deux pays se sont entendus pour relever le niveau des échanges à 5 milliards de dollars par an.

La Turquie est en outre le premier partenaire de l’Algérie en termes d’investissements hors hydrocarbures avec plus de 800 sociétés qui y sont implantées et qui offrent plus de 30 000 postes d’emplois locaux, le total des investissements ayant atteint 3,5 milliards de dollars en 2020. Quant à la partie algérienne, elle est présente en Turquie par le biais de la compagnie nationale Sonatrach qui a signé, en 2018, un partenariat avec la compagnie turque ‘Renaissance’ pour la réalisation d’un complexe pétrochimique au sud-ouest de la Turquie pour un montant de 1,4 milliard de dollars.

Les présidents algérien et turc ayant pris la décision d’augmenter le volume des échanges et la coopération économique entre les deux pays, diverses décisions ont été prises récemment dans ce sens. Du côté algérien, le président Abdelmadjid Tebboune a approuvé, le 5 mai 2021, un accord dans le domaine de la navigation maritime, comprenant le transport des personnes et des marchandises ainsi que la coopération technique pour ce qui est de la construction et la réparation navales ainsi que la réalisation de ports. L’agence de presse a noté en outre que cet accord a été conclu le 25 février 1998 mais il n’a pas été mis en œuvre car le président de l’époque avait refusé de l’entériner. Ce n’est donc qu’en 2021 que cet accord a pu être mis en œuvre après qu’il ait obtenu l’accord en conseil des ministres. Cet accord concerne une coopération entre les deux parties pour le transport maritime des voyageurs et des marchandises en commun entre les compagnies des deux pays, qui s’engagent en outre à assurer la libre circulation des navires battant pavillon de l’un ou de l’autre des deux pays.

Enfin, les deux pays se sont engagés dans une série de consultations au niveau des spécialistes dans divers domaines qui planchent pour trouver les meilleurs voies et moyens de renforcer la coopération bilatérales.

Tahar Mansour

La Patrie News, 07 juin 2021

Etiquettes : Algérie, Turquie, relations bilatérales,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire