Espagne : Sánchez se rend en Libye en pleine crise avec le Maroc

Le président souhaite soutenir le nouveau gouvernement et encourager les entreprises espagnoles à participer à la reconstruction.

La pandémie étant en passe d’être résolue, Pedro Sánchez se tourne vers l’agenda international, l’une des questions les plus importantes de son mandat, surtout si on le compare à Mariano Rajoy ou José Luis Rodríguez Zapatero, beaucoup moins intéressés que le président actuel par cette question. Sánchez a abordé la politique étrangère avec une vision claire de soutien à l’internationalisation des entreprises espagnoles. Ce n’est pas en vain qu’il a choisi comme ministre des affaires étrangères Arancha González Laya, experte en diplomatie économique. Dans ce contexte, le président se rend ce jeudi en Libye, un pays en proie à une terrible guerre civile depuis 10 ans, mais qui, depuis le cessez-le-feu d’août 2020, tente de forger une transition pacifique.

M. Sanchez voyage avec plusieurs hommes d’affaires, dont le directeur de Repsol, Josu Jon Imaz, une entreprise présente en Libye depuis 27 ans et qui possède des puits très importants qu’elle a réussi à faire fonctionner presque tout le temps malgré la guerre. La Libye figure parmi les dix pays possédant les plus grandes réserves de pétrole au monde, ce qui permettrait un niveau de vie élevé pour sa population si elle parvient à mettre un terme définitif à la guerre. M. Sánchez cherche ainsi à soutenir les entreprises espagnoles et à leur trouver une place dans la reconstruction, et aussi, d’un point de vue politique, à soutenir le gouvernement de concentration nationale, qui affrontera les élections en décembre. L’Espagne a rouvert son ambassade en Libye, fermée depuis 2014, en signe de soutien à la transition démocratique vers des élections libres. Plusieurs pays européens, notamment l’Italie, tentent déjà de se positionner pour la reconstruction, et Sánchez a opté pour ce voyage afin que l’Espagne ne soit pas en reste dans ces relations avec un partenaire stratégique en Méditerranée et un pays qui a été un énorme casse-tête pour la crise migratoire, puisque des milliers d’immigrants ont quitté ses côtes alors que le pays était en pleine guerre civile et avec un État très faible, en plus de l’avancée des groupes djihadistes dans la région.

Sánchez arrive en Libye en pleine crise diplomatique entre l’Espagne et le Maroc et voyage avec la ministre des affaires étrangères, Arancha González Laya, qui subit des pressions de la part de l’opposition, au point que le PP a demandé sa démission. Sánchez soutient Laya et l’exécutif estime qu’elle a fait ce qu’il fallait, car, selon lui, le Maroc était dans une dérive très dangereuse, enhardi après la décision de Donald Trump de reconnaître sa souveraineté sur le Sahara occidental en décembre 2020. Depuis lors, selon les informations fournies par le gouvernement, le Maroc a franchi des étapes dans la pression contre l’Espagne et l’Allemagne, les deux pays qui rejettent le plus clairement cette position des États-Unis et qui sont engagés dans la résolution de l’ONU qui défend une solution convenue pour l’ancienne colonie espagnole. C’est ainsi qu’ils interprètent dans l’exécutif la forte augmentation de l’arrivée de bateaux avec des Marocains aux îles Canaries ces derniers mois, par exemple. Sánchez et Laya sont donc convaincus qu’il était nécessaire de tracer une ligne rouge, notamment parce que le Maroc commençait à remettre en question dans des déclarations publiques la souveraineté espagnole de Ceuta et Melilla, ce qui est inacceptable pour l’Espagne. C’est pourquoi le président s’est immédiatement rendu à Ceuta et Melilla lorsque la crise a éclaté. Aujourd’hui, Sánchez et Laya tentent de remettre la crise sur les rails, mais à partir d’une position différente, en n’essayant plus chaque jour d’apaiser le Maroc, mais en rééquilibrant la relation et en fixant une ligne claire avec la défense de la frontière et de l’intégrité territoriale espagnole. Le gouvernement estime que cette fois-ci, le Maroc a exagéré et a réussi à faire en sorte que toute l’Union européenne s’unisse à l’Espagne contre Rabat. Aujourd’hui, M. Sánchez, concentré sur son agenda extérieur – la semaine prochaine, il se rendra en Argentine et au Costa Rica – se prépare à une longue crise avec le Maroc, mais il est convaincu d’avoir atteint une position de force dans l’UE et ne semble pas craindre les critiques de l’opposition, et encore moins accepter les appels à la révocation du ministre.

El Pais, 03 juin 2021

Etiquettes : Espagne, Maroc, Pedro Sanchez, Arancha Gonzalez Laya, Libye, reconstruction, Ceuta, Repsol, pétrole, entreprises espagnoles,