Média allemand : Les enfants perdus de Ceuta

Des centaines de mineurs sont bloqués dans l’exclave espagnole. Ils ne peuvent ni retourner au Maroc ni se rendre en Europe. Beaucoup se cachent par méfiance à l’égard de la police.

Par Karin Janker, Madrid

Ils voulaient aller en Europe pour avoir un avenir, mais maintenant ils sont coincés dans une situation sans issue. Des centaines d’enfants sont bloqués dans l’exclave espagnole de Ceuta, sans pouvoir continuer vers l’Europe ou retourner au Maroc pour le moment. Les autorités locales sont débordées par leur hébergement. Si la plupart des migrants adultes ont déjà été renvoyés au Maroc ces derniers jours, une expulsion aussi urgente n’est pas autorisée dans le cas des mineurs non accompagnés. Même pour les adultes, elle est au moins controversée. Près d’un millier d’enfants et d’adolescents se trouvent aujourd’hui dans une sorte de limbes, et leur sort n’est absolument pas clair, écrit le journal en ligne El Español.

Ni le gouvernement espagnol ni les organisations d’aide locales comme la Croix-Rouge ne peuvent dire quand une solution globale sera trouvée pour ces enfants et ces jeunes, ni quelle pourrait être cette solution. Les jeunes sont arrivés au début de la semaine dernière avec des milliers d’autres migrants qui ont profité de l’ouverture de la frontière marocaine vers Ceuta pour atteindre le sol espagnol. Ils ont traversé à la nage une bande de la mer Méditerranée et sont montés sur la plage de l’autre côté de la multiple barrière frontalière fortifiée avec rien d’autre que les vêtements qu’ils portaient sur le corps. Les observateurs ont interprété l’ouverture de la frontière comme une tentative du Maroc de faire pression sur l’Espagne au sujet du conflit latent concernant le territoire du Sahara occidental.

Les enfants, dont certains avaient apparemment suivi de faux messages sur Internet, sont maintenant les victimes de cette forme de politique. Deux options s’offrent à eux, du moins à moyen terme : Soit ils peuvent être renvoyés dans leur famille – mais pour cela certaines conditions doivent être remplies – soit la ville de Ceuta continue d’être responsable de leur hébergement et de leur prise en charge. Les autorités espagnoles et marocaines travaillent actuellement d’arrache-pied pour rendre tous les enfants à leurs familles qui le souhaitent.

Il n’y a pas de temps à perdre, car les conditions dans lesquelles les enfants ont été hébergés à Ceuta sont mauvaises, selon les observateurs. « Les centres d’accueil de Ceuta sont complètement surchargés, si bien que les enfants ont d’abord été logés dans des bâtiments qui ne sont pas adaptés à cet usage », explique Catalina Perazzo, de l’organisation humanitaire Save the Children, qui dispose de cinq aides sur place. Les premiers jours, des photos ont circulé de vieux entrepôts où des enfants et des jeunes dormaient sur des étagères en fer. Ils devaient déféquer sur le sol nu entre les deux, ont déclaré les travailleurs humanitaires sur place au journal El País. Entre-temps, des lits de camp ont apparemment été installés, et les voisins ont fait don de vêtements, de couvertures et de nourriture.

Beaucoup se cachent par peur de la police

Les autorités de Ceuta ont déjà reçu des milliers d’appels de parents inquiets à la recherche de leurs enfants. Le journal local Faro de Ceuta publie sur son site web les photos des enfants disparus qui lui sont envoyées par leurs familles afin que les habitants de Ceuta aident à la recherche des enfants. Si les enfants et les parents sont retrouvés par les autorités, le regroupement familial peut être initié, dit Perazzo de Save the Children. Mais jusqu’à ce que cela réussisse dans des centaines de cas, des mois pourraient s’écouler pendant lesquels les enfants devraient être pris en charge à Ceuta.

Et les mineurs qui sont arrivés ne se sont pas tous présentés aux autorités espagnoles. Beaucoup se cachent par peur de la police ou même des conditions dans les camps d’accueil, dit Perazzo, préférant dormir dans la rue. Des images récentes de Ceuta, une ville de 84 000 habitants, montrent de petits groupes de jeunes campés dans des parcs ou sur les collines de la ville. Ils dorment sur des cartons déchirés et mangent ce que les voisins ou les organisations d’aide leur donnent.

Après tout, certains de ces jeunes avaient peut-être l’intention de se rendre en Europe continentale. À El País, Bilal, 15 ans, a déclaré avoir dit à ses parents qu’il se trouvait dans un camp d’accueil pour qu’ils ne s’inquiètent pas. « Ma mère veut que je revienne, mais mon père dit que je dois rester pour avoir un jour une meilleure vie ».

L’État espagnol n’est pas autorisé à expulser les mineurs non accompagnés. « Ceux qui ne peuvent pas être renvoyés dans leur famille doivent être accueillis par l’Espagne ou l’Europe », a déclaré M. Perazzo. Jusqu’à présent, cependant, les régions espagnoles n’ont accepté d’accueillir que 200 enfants et jeunes qui étaient auparavant hébergés à Ceuta. Ceux-ci vont maintenant être répartis entre les différentes régions. Cela devrait au moins permettre de créer de la place dans les camps d’accueil, où les conditions sont un peu meilleures que dans ces salles que la presse espagnole a déjà qualifiées d' »entrepôts de la honte ».

Suddeutesche Zeitung, 28 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, migration, mineurs non accompagnés, enfants, enclave espagnol,

1 Rétrolien / Ping

  1. Le Maroc condamné par le Parlement Européen - Maghreb Online

Les commentaires sont fermés.