Le Danemark a aidé les États-Unis à recueillir des données sur des resposanbles européens (rapport)

L’affaire de l’espionnage de la NSA : Le Danemark a aidé les États-Unis à recueillir des données sur des resposanbles européens, selon un rapport

Les services secrets danois ont aidé les États-Unis à espionner des responsables politiques européens, dont la chancelière allemande Angela Merkel, de 2012 à 2014, rapportent les médias danois.

Le service de renseignement de la défense (FE) a collaboré avec l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) pour recueillir des informations, selon un rapport du radiodiffuseur danois Danmarks Radio.

Des renseignements ont été recueillis sur d’autres fonctionnaires d’Allemagne, de France, de Suède et de Norvège, selon le rapport.

Des allégations similaires ont émergé en 2013.

À l’époque, des secrets divulgués par le lanceur d’alerte américain Edward Snowden alléguaient l’écoute du téléphone de la chancelière allemande par la NSA.

Lorsque ces allégations ont été formulées, la Maison Blanche n’a pas apporté de démenti catégorique, mais a déclaré que le téléphone de Mme Merkel n’était pas sur écoute à l’époque et ne le serait pas à l’avenir.

L’Allemagne est un proche allié des États-Unis.

Dans un nouveau rapport communiqué à plusieurs agences de presse européennes, la NSA aurait accédé aux messages texte et aux conversations téléphoniques d’un certain nombre de personnalités en mettant sur écoute des câbles Internet danois en coopération avec la FE.

Le montage présumé, dont le rapport indique qu’il porte le nom de code « Operation Dunhammer », a permis à la NSA d’obtenir des données en utilisant les numéros de téléphone d’hommes politiques comme paramètres de recherche, selon la Danmarks Radio.

Le rapport fait suite à une enquête menée par le radiodiffuseur et comprenant des entretiens avec neuf sources, qui auraient toutes eu accès à des informations classifiées détenues par la FE.

Outre Mme Merkel, le ministre allemand des affaires étrangères de l’époque, Frank-Walter Steinmeier, et le chef de l’opposition de l’époque, Peer Steinbruck, auraient également été visés.

Le ministre danois de la défense, Trine Bramsen, qui aurait été informé plus tôt de l’espionnage, a déclaré à la radio Danmarks que « la mise sur écoute systématique de proches alliés est inacceptable ».

Ni la FE ni la NSA n’ont encore commenté les derniers rapports.

Après avoir appris la nouvelle dimanche, M. Snowden a accusé le président américain Joe Biden d’être « profondément impliqué dans ce scandale la première fois ». M. Biden était vice-président des États-Unis au moment où la surveillance a eu lieu.

« Il devrait y avoir une exigence explicite de divulgation publique complète non seulement du Danemark, mais aussi de leur partenaire principal », a-t-il tweeté.

En 2013, M. Snowden – un ancien contractant de l’Agence centrale de renseignement (CIA) – a divulgué aux médias les détails d’une vaste surveillance de l’internet et du téléphone par les services de renseignement américains.

Les États-Unis l’ont alors inculpé de vol de biens publics, de communication non autorisée d’informations relatives à la défense nationale et de communication délibérée de renseignements classifiés sur les communications.

M. Snowden s’est ensuite réfugié en Russie.

Avant qu’il ne dévoile les preuves, de hauts responsables des services de renseignement américains avaient publiquement insisté sur le fait que la NSA n’avait jamais collecté sciemment des données provenant d’enregistrements téléphoniques privés.