Maroc : Moulay Hassan, le prince qui préfère sa mère (El Correo)

Habitué depuis son enfance à s’asseoir à la table des plus puissants de ce monde, l’héritier du royaume du Maroc atteint sa majorité en pleine crise avec l’Espagne. Le divorce traumatisant de ses parents l’a conduit à prendre parti pour elle, condamnée à l’ostracisme.

Difficile de reconnaître dans ce jeune homme longiligne, taciturne et aux cheveux coupés, le fils de Mohammed VI, le monarque marocain, friand de papier-couche et de résidences de rêve. Ceux-là mêmes avec lesquels l’Espagne entretient des relations toujours tendues, soit à cause du conflit sahraoui, soit à cause de l’éternelle dispute sur les villes autonomes de Ceuta et Melilla, soit les deux à la fois, comme c’est le cas depuis que la frontière de Tarajal est devenue une passoire. Moulay Hassan, l’aîné et héritier du trône alaouite, vient d’atteindre sa majorité, ce qui lui donne théoriquement le droit de diriger les destinées d’un pays de 36,5 millions d’habitants qui garde la frontière sud de l’Europe et était l’un des dix premiers partenaires commerciaux de l’Espagne avant la pandémie.

Inutile de dire que Moulay n’est pas un adolescent ordinaire. Et pas parce qu’il a 258 000 followers sur son compte Instagram, ni en raison du niveau de vie qu’il affiche lorsqu’il est en compagnie de son père. Ce jeune homme, aux traits délicats et d’une taille plus que remarquable, que l’on voit vêtu du typique tarbush (fes) et de l’impeccable djellaba qu’avec l’uniforme de l’armée ou dans un costume trois pièces, a fait son premier discours à 8 ans et est habitué à dispatcher avec les rois et les chefs d’État depuis l’âge de 11 ans. Il a même remplacé son père lors d’inaugurations comme celle de Tanger Med 2, la plus grande infrastructure portuaire du pays voisin, appelée à rivaliser dans une lutte acharnée avec Algésiras pour l’hégémonie dans le détroit.

Moulay est le dernier maillon d’une dynastie qui remonte au 17ème siècle et lorsqu’il montera au pouvoir, il le fera sous le nom de Hassan III. Jusqu’à présent, en cas de décès de son père, il devait se soumettre aux diktats du Conseil de régence conformément à la Constitution, dont le travail n’est plus que consultatif et ce, jusqu’à ses 20 ans. Cela ne signifie pas que Moulay régnera bientôt, ni que son père pense à abdiquer, bien que la santé du monarque ne soit pas bonne et lui ait déjà valu plusieurs frayeurs, la dernière en date étant qu’il a dû subir une intervention chirurgicale au bloc opératoire du Palais royal de Rabat pour une arythmie cardiaque. Ce n’est pas son principal problème de santé. Il souffre d’une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), qui entraîne généralement un emphysème pulmonaire ou une bronchite chronique. Les sifflements et la toux qui ponctuent ses discours en sont la preuve.

La vie de Moulay et celle de sa sœur Khadija, de quatre ans sa cadette, ont toutefois pris un tournant inattendu en mars 2018, lorsque leur père a décidé de divorcer de la princesse Lalla Salma, qu’il avait épousée en 2002 (et qui n’a jamais reçu le titre de reine). Non pas que cette nouvelle situation représente un changement substantiel du statu quo pour le couple royal, qui n’a jamais partagé un toit. Mais l’ouverture des hostilités, qui avait trouvé un écho dans les médias pro-gouvernementaux comme Le Crapouillot Marocain, ainsi que sur les réseaux sociaux, a fini par se transformer en une campagne de harcèlement et de démolition dans laquelle aucun prisonnier n’a été fait, et où les enfants ont pris parti pour celle qui avait été la seule constante dans leur vie : la mère.

« Colérique », « agressif », « dédaigneux »… Les critiques lancées à l’encontre de la princesse, dont certaines sont signées par ses trois belles-sœurs – dont la présence est plus courante à Paris qu’à Rabat – ont réussi à véhiculer l’image d’une peste. Du jour au lendemain, Lalla est passée d’un voyage avec ses enfants à New York, Cuba ou Istanbul, à l’obligation de demander à la Maison royale la permission de les emmener au cinéma. Au cours de ces années, Moulay n’a pas été insensible au mépris dont sa mère faisait l’objet et, loin de céder, il a montré des signes d’indépendance. Le même caractère qu’il a déjà montré lorsque, à l’âge de trois ans, il a refusé de se faire baiser la main lors d’une réception royale par les militaires et les chefs militaires, conformément au protocole.

Bien que des publications telles que Jeune Afrique s’efforcent de souligner la complicité entre le père et le fils sous la forme « d’étreintes, de regards tendres, de selfies sans cérémonie, de rires et de moments de complicité », ceux qui le connaissent s’empressent de souligner que la façon dont il traite sa mère n’a fait que renforcer leur relation et que, lorsqu’il deviendra roi, l’influence qu’elle exerce sur lui pourrait réserver des surprises au palais.

S’il y a une chose que Moulay n’a pas négligée, c’est sa présence dans les plus hautes instances. Il a représenté son père aux funérailles de Pompidou ou à celles d’Henri d’Orléans, et a partagé une table avec le président de la Banque mondiale ou le secrétaire général des Nations unies. Sa présence est encore plus fiable que celle du monarque. Lorsqu’il y a trois ans, la France a commémoré le 100e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale, Moulay a suivi avec attention la cérémonie présidée par Macron, tandis que son père s’assoupissait. Sans parler de ses démonstrations d’informalité. Mike Pompeo, Erdogan ou Medvedev sont quelques-unes des personnes illustres auxquelles il a posé un lapin.

À l’Institut Cervantes

Comme son père, il parle arabe, français, anglais et espagnol (il a suivi des cours à l’Institut Cervantes de Rabat). Ils aiment tous deux Maître Gims, un rappeur congolais installé en France. Mais c’est là que s’arrêtent les similitudes. Alors que Mohamed VI a montré dès le début sa prédilection pour la littérature – il a choisi la littérature à l’école et le droit à l’université – son fils est plus intéressé par les sciences économiques et sociales. Si le premier a souvent été vu dans ses beaux jours sur un jet ski, le second aime le basket, l’équitation et le football, un sport dans lequel il ne cache pas sa préférence pour le Barça et Messi en particulier. Il a également fréquenté l’école aéronautique de Marrakech pendant un certain temps pour se préparer à devenir pilote, une décision que son père a respectée tant qu’elle n’interférait pas avec sa formation de roi.

Lorsque l’été dernier, il a passé le baccalauréat international avec mention très bien, son père s’est arrangé pour l’envoyer à l’université polytechnique Mohammed VI, un centre pour l’élite avec deux campus, l’un à Rabat et l’autre à Benguerir, une ville du sud du pays où un chalet écologique a été aménagé pour lui. Après avoir passé quelques jours avec son père à Al Hoceima, le prince a de nouveau montré des signes de sa rébellion. Il a clairement indiqué qu’il étudierait dans la capitale, aux côtés de sa mère. Il n’y a qu’une seule mère pour une raison.

El Correo, 30 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Moulay El Hassan, Lalla Salma, Mohammed VI, princé héritier, monarchie alaouite, royaume du Maroc, royaume chérifien,