Logroño est devenue le lieu de prédilection des espions du Maroc

Des espions marocains pris dans un hôpital de Logroño

Sa capitale, La Rioja, n’est plus focalisée sur ses beaux paysages mais sur ses problèmes politiques.
La ville de Logroño est devenue le lieu de prédilection des espions marocains. Et il convient de tenir compte du fait que La Rioja est la deuxième plus petite communauté autonome d’Espagne, qu’elle dépasse à peine les 5 000 kilomètres carrés et qu’elle est habitée par moins de 350 000 personnes, ce qui en fait la moins peuplée du pays.

Cependant, sa capitale, Logroño, n’est pas devenue célèbre pour ses rives de l’Ebre, son paysage boisé, ses beaux quartiers, mais pour son accueil du leader sahraoui, Brahim Ghali. Il est toujours à l’hôpital de San Pedro à cause du Covid-19. Les nouvelles les plus importantes proviennent d’un média largement lu.

Des espions marocains qui ont défié la sécurité espagnole pour le leader du Front Polisario

Dans cette ville, de nombreux espions marocains, ont campé au mépris de la sécurité espagnole. Selon le journal espagnol proche des milieux de la droite espagnole, les forces de sécurité espagnoles ont détecté une augmentation des agents marocains à Logroño. C’est là que toute cette situation controversée a commencé pour tout le monde.

Le ministère espagnol de l’Intérieur, sous le commandement de Fernando Grande Marlaska, a chargé plusieurs policiers de faire un travail de surveillance autour de l’hôpital de San Pedro, où le Ghali est admis. Mais tout cela s’est produit dans un but précis.

La déclaration du Ghali sera volontaire le 1er juin en raison des différentes plaintes.

À Logroño, les espions marocains, agents doubles ou triples, membres des services secrets ou mujabarat, comme on dit en arabe, agissent à l’aise. Ceci, en profitant de la faiblesse de l’État de coalition de Pedro Sánchez. Aussi, la fragmentation de leurs identités politiques ou le silence de leurs élites face à la crise avec le Maroc.

Les services de sécurité de l’État espagnol ont détecté que le Maroc a déployé ses antennes à Logroño. Car Rabat a piloté l’hôpital de San Pedro, où est détenu le chef du Front Polisario, Brahim Ghali. Ainsi, le Ghali fera une déclaration volontaire devant le magistrat de l’Audiencia Nacional.

Gol Digital, 30 mai 2021

Etiquettes : Espagne, Maroc, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali, espions marocains, espionnage,