Les défis économiques de l’Algérie : Opportunités pour l’engagement des États-Unis

La pandémie a exacerbé les problèmes structurels persistants dans l’approche du gouvernement en matière d’investissements étrangers, de réforme bancaire, de politique monétaire et d’autres secteurs, mais Alger pourrait être plus ouverte aux conseils des États-Unis sur ces questions.

Les élections algériennes prévues le 12 juin donneront lieu à l’élection d’un nouveau premier ministre et d’un cabinet rempli de nouveaux ministres, mais quel que soit le vainqueur, sa priorité la plus urgente sera une économie ébranlée par la pandémie de coronavirus et les problèmes structurels préexistants. Heureusement, ces circonstances offrent aux États-Unis une occasion unique de nouer des liens économiques plus larges avec ce pays farouchement indépendant, ce qui permettra peut-être de créer des canaux de coopération supplémentaires dans d’autres domaines.

Des défis structurels exacerbés par la pandémie

Au cœur des défis économiques de l’Algérie se trouve sa dépendance vis-à-vis des exportations d’hydrocarbures, qui représentent 30 % de son PIB. La baisse des prix du gaz naturel et du pétrole induite par la pandémie a fait chuter les recettes d’hydrocarbures du pays de 33 %, passant de 33 milliards de dollars en 2019 à 22 milliards de dollars l’année dernière. Bien que ses ventes de gaz aient quelque peu rebondi en 2021, ses exportations de gaz sont généralement saisonnières, de sorte que l’amélioration des chiffres du premier trimestre ne sera probablement pas durable pendant le reste de l’année.

De même, les envois de fonds étrangers, qui représentent environ 1 % du PIB, se sont taris en 2020 en raison de la mise en place de lockdowns en Europe. En Algérie, les lockouts ont imposé de lourds couvre-feux et réduit la vie publique, gelant ainsi la très importante économie informelle (environ 33 % du PIB). Le gouvernement a également adopté le lock-out : après une période initiale de vols de rapatriement limités, il a fermé les frontières terrestres, maritimes et aériennes de manière si stricte que presque personne ne pouvait entrer ou sortir (les vols limités avec la France devraient rouvrir le 1er juin).

Bien que ces restrictions aient apparemment empêché le COVID-19 d’échapper à tout contrôle, elles ont également eu une foule d’effets néfastes involontaires sur la population. Des pénuries sont désormais signalées pour des produits de base tels que l’huile de cuisson et les pâtes ; les médias sociaux regorgent de vidéos d’Algériens faisant la queue pour obtenir de la nourriture, un phénomène qui n’avait pas été observé depuis cinquante ans. Les perturbations de la chaîne d’approvisionnement ont également entraîné une hausse considérable des prix d’autres aliments ; des produits comme le poulet, les crevettes, les pommes de terre, les tomates et les sardines sont désormais hors de prix pour le citoyen moyen. Les prix des voitures montent également en flèche – l’Algérie a suspendu son secteur problématique de l’assemblage automobile à peu près au même moment où les importations de véhicules ont été arrêtées afin de réduire le déficit de la balance courante, ce qui a obligé de nombreuses personnes à acheter des voitures d’occasion hors de prix.

La réponse du gouvernement

Jusqu’à présent, les responsables ont cherché à dévaluer progressivement le dinar algérien afin de stimuler les exportations et d’encourager la demande de produits fabriqués localement, puisque les industries d’État fabriquent encore tout, de la mayonnaise à la peinture en passant par les climatiseurs. Pourtant, cette politique n’a fait qu’encourager les citoyens à échanger leurs dinars contre d’autres devises sur le marché noir.

En partie à cause de cette pratique, jusqu’à 35 % des dinars ne passent jamais par le système bancaire, laissant l’État face à une profonde crise de liquidités. Les retraités font souvent la queue tôt le matin et se bousculent pour percevoir leurs allocations mensuelles avant que l’argent ne vienne à manquer. Les entreprises d’État ont cessé de verser les salaires afin de conserver leurs liquidités, tandis que les banques publiques ont imposé un moratoire sur les prêts supplémentaires. Pour résoudre le problème de liquidités, le président Abdelmadjid Tebboune a suggéré de recommencer à imprimer de la monnaie, mais cela ne ferait qu’aggraver les pressions inflationnistes résultant de la dévaluation du dinar.

L’insatisfaction politique persiste

Bien que de nombreux Algériens soient de plus en plus frustrés par la menace qui pèse sur leur bien-être économique, le mouvement de protestation Hirak n’a pas de revendications spécifiquement liées aux conditions économiques. Après deux ans et 119 marches du vendredi (qui ont repris après une brève interruption due au COVID), le mouvement continue de réclamer le remplacement de l’ensemble de la classe politique, la fin de l’ingérence des militaires dans la politique et l’instauration d’un État entièrement civil.

Les critiques ont toujours affirmé que ce message est trop absolutiste et dépourvu de positions politiques concrètes, et on peut en dire autant de l’approche du Hirak sur les questions économiques. Le mouvement semble croire que si le système politique était entièrement remanié, l’économie se corrigerait progressivement. Quoi qu’il en soit, la participation aux marches du Hirak a considérablement diminué depuis 2019, tout comme la patience du gouvernement à l’égard du mouvement. Les services de sécurité arrêtent chaque semaine davantage de manifestants, les accusant souvent de « porter atteinte à l’unité nationale. »

Quel que soit le sort réservé au mouvement, il n’en reste pas moins que même si la pandémie prenait fin demain et que les prix du pétrole et du gaz augmentaient immédiatement, l’économie algérienne serait toujours paralysée par des problèmes structurels et des déficits en infrastructures de base. L’État offre des logements aux citoyens, mais la disponibilité est limitée et de nombreuses familles languissent sur des listes d’attente pendant des années. L’accès à l’eau potable revient également sur le devant de la scène, les coupures d’eau ayant été réimposées début mai à Alger et dans d’autres localités. Tous ces déficits sont accentués dans le sud, où les logements, l’eau, les soins de santé et les denrées alimentaires de base sont moins disponibles que dans le nord.

Possibilités d’engagement des États-Unis

Un aspect positif des problèmes économiques de l’Algérie est qu’ils donnent aux responsables américains un moyen de s’engager dans le pays sans empiéter sur ses développements politiques internes ou sa souveraineté nationale. Depuis 2012, le principal forum pour favoriser les relations bilatérales a été le dialogue stratégique entre les États-Unis et l’Algérie. Ces discussions sont généralement dominées par des considérations sécuritaires, Washington louant les succès de l’Algérie en matière de lutte contre le terrorisme tout en exhortant le pays à contribuer à la sauvegarde de la stabilité en Afrique du Nord et au Sahel.

En dépassant ce cadre, le dialogue pourrait commencer à jeter des ponts économiques. Au lieu de considérer l’Algérie principalement sous l’angle de la coopération en matière de sécurité et de l’exploitation du pétrole et du gaz, les États-Unis devraient promouvoir des programmes qui profitent à des couches plus larges de la population, soulagent certaines de leurs difficultés économiques et servent de tremplin à un engagement plus important dans d’autres domaines. L’Algérie est le plus grand pays d’Afrique et abrite 45 millions de personnes, de sorte que toute instabilité dans ce pays aurait des répercussions au sud sur le Sahel et au nord sur la Méditerranée et l’Europe.

Une fenêtre prometteuse pour l’engagement des États-Unis est l’investissement. L’année dernière, l’Algérie a mis fin à sa règle prohibitive de propriété 51/49 pour tous les secteurs stratégiques sauf cinq. Cette règle stipulait que les entreprises étrangères ne pouvaient détenir que des participations minoritaires dans les entreprises algériennes, ce qui décourageait les entreprises occidentales d’investir dans l’énergie et d’autres secteurs. Le gouvernement a examiné si les circonstances économiques actuelles méritent d’ouvrir même ces cinq secteurs restants à l’investissement direct étranger, ce qui pourrait ouvrir la voie à un afflux d’IDE en Algérie. Une poignée d’entreprises américaines y sont déjà actives – Citibank, Coca-Cola, Dow Chemical, GE, Honeywell, Merck, Occidental Petroleum, Pfizer – et la fin de la règle 51/49 crée de nombreuses opportunités pour augmenter les IDE américains. Cela pourrait à son tour créer davantage d’emplois pour les Algériens, stimuler les transferts de technologie et transmettre les meilleures pratiques à l’ensemble de la communauté des affaires algérienne. Les États-Unis seront l' »invité d’honneur » de la Foire internationale d’Alger du mois prochain, offrant aux entreprises américaines un cadre de choix pour montrer comment leurs activités peuvent aider l’Algérie.

Outre la stimulation des IDE, Alger pourrait bénéficier de conseils sur la réforme du secteur bancaire, l’amélioration de sa politique monétaire, la mise en place de plateformes de paiement électronique et l’exploitation du pouvoir de l’économie informelle pour augmenter les recettes fiscales. Toutes ces mesures sont tout à fait à la portée de Washington.

Compte tenu de ses expériences passées avec le FMI, l’Algérie a été réticente à se tourner vers les institutions financières internationales pour obtenir une aide économique. La dernière fois qu’elle a été confrontée à une crise économique similaire dans les années 1980, elle a sollicité l’aide du FMI, mais a ensuite rendu les réformes structurelles obligatoires de l’organisation responsables de l’instabilité du pays qui s’en est suivie. Par conséquent, le pays pourrait être plus réceptif aux offres d’aide bilatérales discrètes de Washington plutôt qu’aux institutions financières internationales, plus toxiques sur le plan politique.

En effet, Washington est mieux placé que la plupart des autres partenaires étrangers. L’Algérie est prudente quant à la promotion de nouveaux investissements de la France en raison de son histoire coloniale. Elle se méfie également des investissements chinois, qui ont tendance à s’appuyer sur des matériaux et une main-d’œuvre importés plutôt que de contribuer au « projet national » de l’Algérie. Et bien que la Russie reste la principale source d’équipement militaire algérien, les dirigeants politiques actuels n’ont pas le même niveau d’interaction avec Moscou que les dirigeants algériens précédents pendant la guerre froide.

En cherchant à saisir ces opportunités, Washington doit veiller à formuler ses offres d’assistance d’une manière politiquement sensible. L’Algérie s’insurge à juste titre contre les suggestions selon lesquelles les responsables américains et européens la considèrent principalement sous l’angle de l’immigration et des menaces de radicalisation. Ainsi, l’administration Biden devrait offrir des conseils et des orientations à l’Algérie simplement pour le bien de l’Algérie, en précisant que les relations bilatérales seront renforcées comme un sous-produit naturel de cet effort. Il n’y a aucune garantie qu’Alger suivra les conseils de Washington, mais essayer est le seul moyen de le savoir.

Geoff Porter est président de North Africa Risk Consulting, une société spécialisée dans les risques politiques et sécuritaires dans le secteur des hydrocarbures de la région.

The Washington Institute, 28 mai 2021

Etiquettes : Algérie, défis économiques, opportunités, Etats-Unis, investissement, pandémie, problèmes structurels, économie, investissement étranger, économie sous le choc de la pandémie, coronavirus, covid 19,