Le jour où Mohammed VI a « trumpisé » ses relations avec l’Espagne

La politique étrangère de nos voisins d’Afrique du Nord change, comme une girouette, au gré des vents de l’histoire.

Le Maroc n’a jamais été caractérisé par une politique étrangère définie. Il a toujours suivi le soleil qui souffle le plus fort, en fonction de la façon dont le vent souffle. Lorsque l’Espagne est faible en raison de circonstances historiques, il est temps de revendiquer Ceuta et Melilla ; lorsque les Espagnols se remettent de leurs oiseaux historiques, les liens d’amitié, de coopération et de bon voisinage se renforcent. Depuis quelques jours, le royaume alaouite est entré dans une nouvelle phase de sa diplomatie avec Madrid : serrer la corde au maximum.

La vague d’immigrants qu’a connue Ceuta, préméditée par le régime de Rabat, n’est que la conséquence de la nouvelle stratégie. Depuis un certain temps déjà, Mohammed VI avait entrepris de baiser le riche voisin du nord et de le mettre dans les cordes afin de récupérer la souveraineté sur le Sahara occidental. Finies les années de bonnes manières et de savoir-vivre avec le roi Juan Carlos I.

Pour ce faire, le monarque marocain a préparé le terrain : il a scellé une alliance indéfectible avec Trump, rompu avec les pays frères (le monarque ne participe plus aux sommets de la Ligue arabe) et s’est également rapproché de l’axe Moscou-Pékin, toujours neutre sur la question sahraouie, une position aseptisée qui convient très bien au Maroc. D’une certaine manière, le successeur d’Hassan II a bouleversé ses relations avec l’Espagne, pour le dire crûment et directement.

Logiquement, nos voisins du sud changent leur politique internationale parce que Washington et Bruxelles changent également leur approche de l’épineux conflit sahraoui. Il est donc impossible de savoir ce que les Marocains feront demain matin.

La donne a changé depuis que l’Espagne a décidé d’accueillir Brahim Ghali, le leader du Front Polisario, pour des raisons de santé.

En tout cas, la donne a changé depuis que l’Espagne a décidé d’accueillir Brahim Ghali, le leader du Front Polisario, pour des raisons de santé. C’était l’excuse parfaite pour un nouveau retournement de situation et pour pouvoir exiger la souveraineté sur le Sahara occidental. « À court terme, il semble que Mohamed VI – qui passe plus de temps à l’extérieur qu’à l’intérieur de son pays – maintiendra ses deux principaux objectifs à court terme : obtenir un soutien dans le conflit du Sahara occidental et, deuxièmement, une aide économique pour soulager la situation intérieure désastreuse de la monarchie. À cette fin, le monarque continuera à changer d’alliés, ainsi que les chefs de son service extérieur. En d’autres termes, une diplomatie sans direction et sans tête stable », déclare l’analyste Abdo Taleb Omar dans La Voz del Sur.

Hier, les autorités marocaines ont accusé l’Espagne d’avoir la « volonté de créer des problèmes », au milieu de la crise diplomatique déclenchée par l’hospitalisation du Ghali.

Le Premier ministre marocain, Saadedin Ozmani, a dirigé jeudi après-midi une réunion avec plusieurs ministres et dirigeants des partis politiques représentés au Parlement, au cours de laquelle le responsable du ministère des Affaires étrangères, Naser Burita, a présenté un rapport sur la situation.

Après cela, le porte-parole de l’exécutif, Saaid Amzazi, a souligné que les participants ont déploré que « l’Espagne soit emportée par la volonté de créer des problèmes, de frustrer les efforts du Maroc pour consacrer son intégrité territoriale et de tenter de faire pression » sur Rabat.

La dynamique négative de Mohamed VI

« Les participants ont estimé que les positions de l’Espagne, qui vont à l’encontre de la cause nationale qui fait l’objet d’un consensus entre tous les Marocains, ont porté atteinte à la confiance et au respect mutuels », a affirmé M. Amzazi lors de la lecture du communiqué final à l’issue de la réunion.

Il a indiqué que les participants ont estimé qu’il s’agit d’une « attitude inappropriée de la part d’un pays ami lié au Maroc par d’importants partenariats stratégiques », avant de souligner que « la question de l’intégrité territoriale (du Maroc) connaît une dynamique positive grâce au soutien politique international ».

D’autre part, les participants ont souligné le soutien des partis au roi Mohamed VI et ont affirmé que les causes de la crise sont liées à la situation au Sahara occidental, une question qui « concerne tous les Marocains », comme le rapporte l’agence de presse étatique marocaine, la MAP.

Selon ces informations, les participants à la réunion ont « condamné les tentatives de détourner le débat » sur les causes de la crise et ont souligné que la raison est l’entrée de Ghali « avec des documents falsifiés et une identité usurpée », malgré le fait qu’il soit recherché par les tribunaux.

Auparavant, l’ambassadrice du Maroc à Madrid, Karima Benyaich, avait accusé la ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha González Laya, de faire des déclarations « inappropriées » et de présenter des « faits erronés » dans la crise politique actuelle, dans laquelle le « respect mutuel » entre les deux pays est en jeu.

Auparavant, l’ambassadrice du Maroc à Madrid, Karima Benyaich, avait accusé la ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha González Laya, de faire des déclarations « inappropriées » et de présenter des « faits erronés » dans la crise politique actuelle, dans laquelle le « respect mutuel » entre les deux pays serait en jeu.

M. Benyaich, que Rabat a appelé pour des consultations, a directement accusé M. Laya pour ses déclarations publiques, qu’il considère comme le résultat de « l’agitation et de la nervosité » et a soutenu que la crise « a révélé les véritables intentions et motivations implicites de certains cercles en Espagne, qui persistent à vouloir nuire aux intérêts supérieurs du Royaume (du Maroc) depuis la récupération du Sahara marocain en 1975 ».

A cet égard, il se demande si les déclarations de Laya (que l’agence officielle ne précise pas) sont dues à une « bévue » ou s’il existe un arrière-plan contraire à « l’intégrité territoriale » du Maroc, une cause que Benyaich a qualifiée de « sacrée ». « Le Maroc prend note et agira en conséquence », a-t-il déclaré. Ce qu’il fera, personne ne le sait.

Diario16, 29 mai 2021

Etiquettes : Espagne, Maroc, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali, marocains, espagnos, sahraouis, hospitalisation, Logrono,