État d’urgence à Ceuta: le jeu méchant avec les migrants (média allemand)

En début de semaine, des milliers d’Africains ont fui vers l’exclave espagnole de Ceuta après que les gardes-frontières marocains ont cessé de travailler. C’est parce que le Maroc utilise la frontière comme levier contre l’Europe.

Joachim Rienhardt

La vengeance du roi du Maroc s’est annoncée. Déjà peu après le 18 avril, lorsque son compatriote Brahim Ghali, 73 ans, malade de la Corona, a été admis pour traitement sous un faux nom dans un hôpital de San Pedro en Logroño, au Pays basque espagnol. Même à ce moment-là, le ministre des affaires étrangères du Maroc a annoncé au nom du roi : « Il y aura des conséquences. »

Le patient est secrétaire général du Front de libération du Polisario. La vengeance du monarque est cinglante : lundi et mardi, les troupes frontalières marocaines arrêtent leur travail au poste frontière avec l’Espagne, retirent les clôtures de protection. Plus de 8 000 Africains ont fui vers l’enclave espagnole de Ceuta, en partie à la nage, en partie dans des canots pneumatiques ordinaires – plus que jamais auparavant en un jour, plus de la moitié sur l’ensemble de l’année dernière. Au moins 2000 étaient des enfants mineurs.

L’ouverture des vannes pour les réfugiés d’Afrique vers l’Europe n’a pas seulement créé une urgence humanitaire dans les camps complètement surpeuplés de l’enclave espagnole de Ceuta. C’est aussi le début d’une crise diplomatique entre le Maroc et l’Europe qui recèle un énorme potentiel d’explosion. Parce qu’elle révèle une fois de plus la faiblesse de l’accord entre le Maroc et l’Europe, qui paie depuis des années des centaines de millions d’euros pour que les Nord-Africains ferment les frontières extérieures de l’Europe et empêchent les réfugiés d’entrer.

Le leader de Podemos parle de « chantage ».

Depuis longtemps, il est d’usage que la protection des frontières par le Maroc soit suspendue de temps à autre, lorsqu’il est estimé que ces paiements doivent être augmentés. Pas seulement à la frontière de Ceuta. Ceci est également vrai pour les bandes côtières marocaines d’où partent les réfugiés vers les îles Canaries. Cette fois, ce sont des exigences politiques auxquelles l’Europe doit répondre. Le leader du parti Podemos, que l’on peut comparer au Parti de gauche en Allemagne, parle ouvertement de « chantage » auquel il faut mettre fin.

Le mécontentement du roi découle du différend relatif à l’indépendance de la région du Sahara occidental, occupée par le Maroc, pour laquelle se bat depuis 46 ans le Front Polisario – dirigé par le patient Corona dans l’hôpital du Pays basque espagnol. Pour le Maroc, Brahim Ghali est un terroriste. L’ancien président américain Donald Trump a tout de même reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental peu avant la fin de son mandat. C’était le 18 décembre de l’année dernière. Depuis lors, le gouvernement de Rabat et le roi du Maroc se sont sentis justifiés dans leurs revendications territoriales, et les combats entre l’armée marocaine et les combattants du Front de libération se sont intensifiés.

Le fait que le gouvernement allemand ait une appréciation diamétralement différente de celle de Trump concernant la revendication territoriale du Maroc a déjà conduit à une crise diplomatique entre Rabat et Berlin en mars. À l’époque, le contre-espionnage allemand décryptait des activités de renseignement marocaines qui pouvaient être liées à des assassinats planifiés. Même à ce moment-là, le ministre marocain des affaires étrangères a envoyé des instructions à son ambassadeur à Berlin pour mettre en suspens les relations diplomatiques avec l’Allemagne. En mai, l’ambassadeur du Maroc est rappelé de Berlin.

L’Espagne, qui a occupé le Sahara occidental en tant que colonie jusqu’en 1975, a toujours pris soin de garder un profil bas et de ne pas prendre parti dans ce conflit autour de cette région riche en ressources. Pour le Maroc, la question de l’indépendance du Sahara occidental et du Front Polisario est un chiffon rouge. Toute interférence à cet égard est immédiatement considérée comme une affaire d’État.

Mais c’est précisément la réticence du gouvernement espagnol qui le rend vulnérable. À maintes reprises, elle a dû obtenir des concessions en matière de sécurisation de la frontière. Les Marocains sont censés percevoir 30 millions d’euros par an pour protéger la frontière extérieure de l’Europe des réfugiés et des trafiquants de drogue. Mais l’emprisonnement du chef du Front Polisario a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Le peuple n’est qu’une monnaie d’échange

Mohamed Dkhissi, directeur de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), qualifie la prise en charge du leader indépendantiste marocain malade d’acte « hostile » qui viole l’esprit des « relations de bon voisinage ». « Les forces de police sont tenues d’obéir aux décisions souveraines de l’État. Il va sans dire que le gel des relations diplomatiques affectera la coopération des forces de police », a déclaré M. Dkhissi. Traduit, cela signifie que la coopération de la police et des gardes-frontières marocains avec l’Espagne, l’Allemagne et l’ensemble de l’Europe n’est plus d’actualité. Les réfugiés qui rêvent d’une vie meilleure en Europe ne sont rien de plus que des monnaies d’échange.

Certains ont été sortis de l’eau plus morts que vivants par des secouristes. Les camps de Ceuta sont conçus pour accueillir un maximum de 200 personnes. La plupart d’entre eux errent sans but dans l’enclave de 85 000 personnes, essayant d’échapper à l’emprise de la police espagnole. Pendant ce temps, la droite politique en Espagne utilise la situation pour désinformer et inciter massivement la population. Les nationalistes espagnols ont créé un compte Twitter spécialement destiné à la diffusion de fausses nouvelles avérées. Il s’agit de viols présumés commis par des réfugiés, d’attaques contre des écoles, de vols, autant de fausses nouvelles.

Le premier ministre espagnol a annoncé qu’il allait prendre des mesures sévères à l’encontre du gouvernement marocain. Il s’est rendu lui-même à Ceuta, a fait déployer des chars sur la plage. 4000 des réfugiés nouvellement arrivés auraient déjà été ramenés au Maroc. Les camps situés derrière la barrière du côté marocain sont plus bondés que jamais. Les personnes qui s’y trouvent attendent la prochaine occasion d’être autorisées à entrer en Europe. Il y en aura. Quand ? C’est une question de prix.

Stern, 20 mai 2021

Etiquettes : Espagne, Ceuta, Maroc, migration, chantage, pression migratoire,