Anadolou : Le cadre géopolitique de la crise migratoire à la frontière entre l’Espagne et le Maroc

La semaine dernière, environ huit mille personnes d’origine maghrébine et subsaharienne ont été jetées sur le territoire espagnol avec la permissivité des autorités marocaines, qui ont ainsi voulu envoyer un message fort.

Par : Santiago Sánchez B.

Quarante jours avant de quitter la Maison Blanche, Donald Trump a fait trois tweets pour soutenir la souveraineté du Royaume du Maroc sur le Sahara occidental, dans le conflit qui l’oppose depuis plus de quarante ans à la « République arabe sahraouie démocratique ». Le 10 décembre 2020, le président des États-Unis de l’époque a signé une proclamation officialisant la position de son gouvernement.

Cette déclaration, irréfléchie pour beaucoup et aujourd’hui enterrée dans son compte Twitter suspendu, s’inscrit dans le cadre géopolitique qui explique en grande partie la crise qui a éclaté la semaine dernière à la frontière de Ceuta, au cours de laquelle, pendant 48 heures, environ huit mille personnes d’origine nord-africaine et subsaharienne ont été jetées sur le territoire espagnol avec la permissivité des autorités marocaines.

Si la fausse promesse de voir jouer Cristiano Ronaldo – comme l’ont rapporté certains médias – a probablement attiré les plus jeunes, la vérité est que l’asphyxie sociale et économique laissée par la pandémie a également poussé nombre d’entre eux à l’odyssée de rejoindre l’Europe à tout prix. Cependant, les images dépeignent le scénario prévisible : la migration irrégulière, alimentée par le désespoir, a rapidement tourné au cauchemar. En quelques heures, une crise humanitaire a dépassé la capacité de réaction de l’Espagne et, probablement, les calculs politiques de Rabat.

Enflammer le nationalisme

Comme une cicatrice qui évoque une dispute sans fin, un mur de plus de 2 000 kilomètres sépare les territoires du Sahara occidental qui sont aux mains des Marocains d’un côté et des Sahraouis de l’autre. Ce morceau du continent africain, qui a été pendant plus de 90 ans une colonie espagnole, oppose le Royaume du Maroc à la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et à son mouvement de libération nationale, le Front Polisario. Les deux parties au conflit sont reconnues par les Nations unies. Après quatre décennies de violence et d’accords non respectés, la tension persiste et rien ne laisse présager une fin prochaine. Cette question de souveraineté est un enjeu majeur de politique étrangère pour le Maroc.

D’où la pertinence de l’appui de Trump. « Au niveau du droit international, aucun grand pays démocratique, à l’exception des États-Unis, ne reconnaît cette souveraineté du Maroc », affirme Haizam Amirah-Fernandez, chercheur principal à l’Institut royal Elcano, qui explique ce fait comme « un échange de reconnaissance » en échange de la normalisation par le Maroc de ses relations avec Israël. « C’était une faveur de Trump et de son gendre, Jared Kushner, à Netanyahou », le Premier ministre israélien, note-t-il.

« En politique internationale, les espaces vides n’existent pas, ils sont remplis », explique Pau Solanilla, spécialiste de la diplomatie et de la réputation des entreprises. « L’Europe a laissé un espace dans le contexte du COVID-19. Le Maroc avait besoin de se renforcer et cet espace est occupé par les États-Unis », explique-t-il. Pour Solanilla, ces dernières années, l’Union européenne et l’Espagne, plongées dans la crise, ont oublié leur voisin alaouite.

Ainsi, avec le clin d’œil américain, une diplomatie marocaine plus « enhardie » espérait obtenir le soutien de la communauté internationale. Cela ne s’est pas produit et maintenant, avec un nouveau président aux États-Unis, elle vacille face à la possibilité d’un changement d’approche à Washington.

En fait, souligne Amirah-Fernandez, en février dernier, un groupe de 27 sénateurs américains a demandé au président Biden, dans une communication, de revenir sur la décision de Trump et l’a averti des effets qu’elle pourrait avoir sur le continent africain. « On voit maintenant qu’elle génère plus de tensions en Afrique du Nord, entre le Maroc et l’Algérie, mais aussi entre le Maroc et les pays européens, d’abord avec l’Allemagne et maintenant avec l’Espagne », explique-t-il.

Enfin, l’hospitalisation secrète en Espagne du secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, pour « raisons humanitaires », a été le déclencheur, le gouvernement du roi Mohammed IV y voyant une provocation et un signe de déloyauté. « On ne manœuvre pas dans le dos de ses partenaires », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Naser Bourita.

La diplomatie du « jeu dure »

Il y a une série de hauts et de bas entre le royaume alaouite et l’Espagne. De l’avis d’experts tels que Solanilla et Amirah-Fernández, les relations entre les deux pays, normalement bonnes, ont permis des périodes de grand progrès, des liens à tous les niveaux et une coopération en matière de personnes, de sécurité et, bien sûr, d’économie.

Cependant, explique Solanilla, « de manière cyclique, une certaine dynamique de frictions et de malentendus est générée, ce qui tend à conduire à un conflit qui peut se manifester de diverses manières ». « Le Maroc a l’habitude d’envoyer des messages non pas par les voies diplomatiques, mais par des actions et souvent en jouant au dur », souligne Mme Amirah-Fernández. « Ce qui s’est passé à Ceuta est une de ces façons pour le pouvoir marocain, au plus haut niveau, d’envoyer un message », ajoute-t-elle.

Et elle l’a fait avec l’une des questions les plus sensibles pour l’Europe : l’immigration irrégulière en provenance d’Afrique. Le Maroc est un axe de stabilité – ou le contraire s’il le souhaite – pour l’Union européenne. Un allié indispensable en raison de la frontière espagnole – et européenne – de Ceuta et Melilla. « La question est que la crise migratoire est intimement liée à la géopolitique. On ne peut pas séparer les deux », affirme Claudia Fitonelli, professeur de relations internationales, de coopération et de mobilité à l’université Complutense.

Dans le cas de l’Union européenne, l’efficacité de ce « hard game » est liée, selon Fitonelli, à l’externalisation des frontières, qui n’est rien d’autre que le transfert à d’autres pays de la responsabilité de prévenir la migration irrégulière. L’Italie l’a fait avec la Libye et l’Espagne avec le Maroc.

« Le problème est que ces pays ont leurs propres intérêts. Le Maroc n’a pas envie de devoir traiter avec le Mali ou quiconque se trouve à ses frontières, en lui renvoyant des migrants, il ne veut pas apparaître à ses autres alliés comme le vassal de l’Union européenne », explique Fitonelli, qui ajoute que s’il y a une situation de chantage avec des personnes comme celle qui vient d’être présentée, « la façon d’éviter que cela se produise est d’éviter la possibilité de chantage ».

« Parfois, lorsque le Maroc joue au dur, il est blessé », déclare Amirah-Fernandez. Et les événements de Ceuta peuvent se retourner contre ses intérêts. À commencer par les États-Unis, qui, confrontés à leurs propres problèmes de migration, risquent de ne pas apprécier l’attitude d’un pays qui crée délibérément les circonstances permettant à des familles, des jeunes et des enfants sans papiers de risquer leur vie en essayant de franchir une frontière, violant ainsi les principes de sécurité et de coopération avec ses voisins.

De même, le rejet de la Commission européenne a été véhément. Le roi d’Espagne a rappelé que les frontières de son pays appartiennent à l’Europe et la politique des partis espagnols s’est à nouveau agitée autour d’une question qui alimente le discours de l’extrême droite. « Est-il dans l’intérêt du Maroc de générer ce genre de discours et la détérioration de son image et de celle de son monarque ? », demande Amirah-Fernandez.

Il est clair, maintenant que le point le plus urgent de la crise semble avoir été surmonté, que cela aura ses conséquences politiques, économiques et sociales. Quelles qu’elles soient, Solanilla prévient qu’un tel épisode « ne profite jamais à une seule partie, c’est un perdant pour tout le monde ». C’est ce que signifie « jouer au dur » avec des alliés comme s’ils étaient des ennemis.

*L’auteur est journaliste, correspondant et consultant en communication et affaires publiques en Espagne. MPA en gouvernement et gestion publique.

Agence Anadolou, 27 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali, sahraouis, Ceuta, Melilla, migration, frontières entre l’Espagne et le Maroc, frontières entre l’UE et le Maroc, chantage, pression migratoire, marocains, espagnols,