Sahara Occidental-Maroc : Manuel Ollé sera l’avocat de Ghali.

Professeur de droit pénal international à l’Université Complutense de Madrid et avocat dans de nombreuses affaires de justice universelle et de droits de l’homme devant l’Audiencia Nacional ou la Cour pénale internationale, s’est déjà présenté pour représenter le leader du Front Polisario, qui montre son « engagement à collaborer avec la justice ».

Le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, a déjà désigné des représentants légaux pour sa déclaration d’accusation le 1er juin par vidéoconférence à l’Audiencia Nacional, écartant ainsi la possibilité de se soustraire à l’action de la justice. Son avocat et l’avocat qui le représentera, Manuel Ollé, expert en droit pénal international, ont déjà comparu devant le tribunal.

Ghali a été inculpé par le chef du tribunal central numéro 1 de l’Audiencia Nacional, Santiago Pedraz, pour deux plaintes fusionnées en une seule dans laquelle sont dénoncés des crimes de génocide et de torture. Le juge, avec le soutien du Bureau du Procureur, n’a pas accédé aux demandes d’imposition de mesures conservatoires à l’encontre de l’enquêté car il n’apparaît pas comme l’auteur direct des crimes présumés dénoncés.

Aucun des témoignages produits jusqu’à présent devant le tribunal ne le désigne directement comme son tortionnaire. Le président de la République arabe sahraouie démocratique et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a exprimé aux tribunaux espagnols, par le biais de son équipe juridique, son « engagement à collaborer avec la justice », selon ces sources.

Cadena SER, 27 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali, hospitalisation, justice universelle,