Maroc : Accords et désaccords entre deux rois « cousins » (Vanity Fair)

Felipe VI et Mohammed VI : accords et désaccords entre deux rois « cousins »

Une nouvelle arrivée d’immigrants en provenance du Maroc sur la côte de Ceuta a déclenché une crise qui place le monarque marocain sous les feux de la rampe.

Les pères de Felipe VI et Mohamed VI, Juan Carlos I et Hassan II étaient très proches. À tel point qu’ils se considéraient mutuellement comme des « frères ». Compte tenu du style de chacun d’eux et de l’actualité, on ne peut pas en dire autant de manière tranchée de leurs successeurs sur les trônes espagnol et marocain.

La dernière arrivée illégale de plus de 6 000 personnes en provenance du Maroc sur les côtes de Ceuta a été prise par la presse et la diplomatie espagnoles comme un fait qui aurait pour origine une colère de la Maison royale alaouite contre l’Espagne. A cette occasion, comme le soulignent plusieurs médias, la cause du malaise à Rabat serait liée à l’hospitalisation à Logroño du leader du Front Polisario, Brahim Ghali. Toutes les sources officielles sont réticentes à l’admettre, mais aucune ne le nie : « Je ne sais pas », a répondu la ministre des affaires étrangères, Arancha González-Laya.

Ce n’est pas la première fois : analystes et correspondants se souviennent aujourd’hui d’une « colère » de Mohamed VI en 2014 pour avoir été intercepté par la police espagnole alors qu’il se déplaçait sur son jet ski en direction de son manoir de Rincón, à 15 kilomètres de Ceuta. Et ils attribuent à cet incident le fait que, quelques jours plus tard, près d’un millier de personnes sont arrivées en Espagne en provenance de Tanger en une seule journée sans que la police marocaine ne fasse rien pour les en empêcher.

À l’époque, le journal El Mundo a confirmé la version auprès de plusieurs sources, parmi lesquelles il était indiqué que Mohamed VI avait appelé son « cousin » Felipe pour se plaindre qu’on lui demandait des documents lors de sa tentative de rejoindre Ceuta.

La même année, cependant, le roi du Maroc avait reçu son homologue dans ce qui était sa première visite officielle en tant que roi d’Espagne. Il était accompagné de la reine Letizia et les a reçus tous deux comme ce qu’ils ont toujours revendiqué : la famille. La réception a été cordiale, l’épouse, la princesse Lala Salma, et les enfants de Mohammed VI étaient présents, et un certain nombre d’autorités ont été invitées, avec lesquelles le roi et la reine d’Espagne ont été photographiés. Même les questions épineuses comme les accords de pêche ou l’accélération des procédures d’adoption d’enfants au Maroc ainsi que la construction d’une clôture à Melilla ont été volontiers discutées. Mais quelques jours plus tard, l’incident du jet ski a eu lieu.

Les liens d’amitié qui unissent les deux familles sont aussi indiscutables que le style très différent des deux monarques. Alors que Felipe VI maintient une ligne de conduite discrète et, autant que possible dans une monarchie, austère, Mohammed VI a été impliqué dans de nombreux excès et scandales ces dernières années.

Nombre d’entre elles sont liées à sa vie privée : la disparition de sa femme de la vie publique, son remplacement par sa fille, Lalla Khadija, âgée de 13 ans seulement, l’obscurantisme entourant son état de santé, ses escapades de plusieurs mois dans sa résidence parisienne ou son amitié avec des personnages pour le moins hauts en couleur, comme sa relation avec celui que l’on surnomme l’Eminem noir, sont quelques-unes des questions qui l’ont placé dans l’œil du cyclone.

La courtoisie, cependant, n’a pas cessé. Et c’est pourquoi, lors de son dernier anniversaire, on sait que Felipe VI a félicité le roi du Maroc, bien qu’il n’y ait plus eu de visites officielles depuis cette année 2014 et qu’aucun analyste ne se prive de commenter qu’à chaque fois que le chef de la maison alaouite se met en colère, une nouvelle crise migratoire se déclenche en Espagne.

Revista Vanity Fair, 18 mai 2021 via Maroc Leaks, 23 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Mohammed VI, Felipe VI, migration, Ceuta, Melilla, chantage,