Congo : Assassinat de l’mbassadeur italien, une tentative d’enlèvement?

Une tentative de rançon bâclée ? La mort d’un ambassadeur au Congo pourrait ne pas être ce qu’elle semblait être

Le 22 février, vers 10 heures du matin, sept hommes, dont certains étaient armés, se sont engagés sur une route de l’est du Congo et ont forcé deux voitures appartenant au Programme alimentaire mondial des Nations Unies à s’arrêter.

Plusieurs minutes de tirs nourris ont alerté un groupe de gardes forestiers qui surveillaient les travailleurs sur la pente broussailleuse au-dessus.

Les assaillants ont quitté la route avec leurs prisonniers et se sont dirigés vers les rangers, connus pour être les combattants les mieux entraînés du pays.

Lorsque le groupe se trouvait à une centaine de mètres, les gardes forestiers ont tiré des coups de semonce, déclenchant une escarmouche de trois minutes. Les assaillants ont pris la fuite, laissant l’ambassadeur d’Italie en République démocratique du Congo, Luca Attanasio, mortellement blessé et son garde du corps mort.

Ce récit de l’enlèvement raté, corroboré par trois fonctionnaires de l’ONU et une source judiciaire italienne – tous ayant connaissance des enquêtes sur l’attaque – figure dans un rapport d’incident des gardes du parc national des Virunga, consulté par Reuters.

Ce rapport, qui n’avait jamais été publié auparavant, donne l’image d’un acte mal planifié et maladroitement exécuté, et va à l’encontre de l’hypothèse émise par certains responsables et médias à l’époque, selon laquelle Attanasio était la cible d’une opération soigneusement orchestrée.

Les agresseurs n’ont jamais montré qu’ils connaissaient l’identité ou le statut diplomatique de l’ambassadeur Attanasio, ont déclaré deux des sources de l’ONU proches des enquêtes.

Alors que la majeure partie de l’est du Congo a été en proie à la violence au cours des dernières décennies, les milices rivales luttant entre elles et contre les troupes gouvernementales pour le contrôle des terres et des ressources, les attaques contre les convois d’aide ont été relativement rares.

Le PAM a déclaré que les activités criminelles combinées à l’instabilité politique ont eu un impact sur sa capacité à fournir de l’aide dans l’est du Congo au cours de la dernière décennie.

Il attend de toutes les parties qu’elles respectent les principes humanitaires « qui sont essentiels pour établir et maintenir l’accès aux personnes affectées », a déclaré le PAM dans une déclaration envoyée par courriel à Reuters.

L’année dernière, 42 travailleurs humanitaires ont été enlevés dans l’est du Congo, soit une augmentation de 35% par rapport à 2019, ce qui fait du Congo le deuxième pays le plus dangereux pour être un humanitaire, selon les données de l’Organisation internationale de sécurité des ONG.

« Les enlèvements peuvent aller de 100 dollars à plusieurs milliers pour les humanitaires. Je pense que c’est la raison pour laquelle ils sont de plus en plus ciblés », a déclaré Pierre Boisselet de KST, une initiative de recherche qui cartographie les troubles dans la région.

Dans une zone inondée d’armes, la mort d’Attanasio semble être une illustration très médiatisée de la façon dont les humanitaires deviennent une proie facile pour le profit, au même titre que l’or, le charbon de bois et l’étain.

« Compte tenu de la taille du groupe et de la manière dont il a mené l’attaque, il est probable que l’enlèvement était leur mobile plutôt qu’une attaque délibérée contre l’ambassadeur italien », indique un rapport d’incident établi par la société d’évaluation des risques Intelligence Fusion.

L’AIDE EST ESSENTIELLE

L’auditeur militaire du Nord-Kivu, la province où l’attaque a eu lieu, a refusé de commenter les détails de l’enquête en cours.

Le gouvernement n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Les rangers ont déclaré qu’ils n’étaient pas libres de commenter une enquête en cours et le ministère italien des affaires étrangères a refusé de fournir une mise à jour sur le meurtre.

L’attaque d’un convoi d’aide s’est produite dans un pays où la population est fortement tributaire de l’aide humanitaire.

Selon les Nations unies, les conflits, les maladies, le sous-développement et les catastrophes naturelles font qu’environ 5,2 millions de personnes sont déplacées au Congo et 19,6 millions auront besoin d’aide humanitaire et de protection en 2021.

Vers 09h00 ce matin de février, deux 4×4 blancs portant la marque du PAM ont quitté la capitale régionale Goma pour emprunter la route N2 en direction du nord-est vers Rutshuru, à environ deux heures de route, transportant l’ambassadeur, son garde du corps et cinq membres du personnel du PAM, a indiqué le PAM.

Cette route, qui est une importante artère de transport dans la région, n’exigeait pas que les agences de l’ONU utilisent des escortes armées, selon une désignation du Département de la sûreté et de la sécurité de l’ONU.

Les véhicules ont grimpé la colline à l’extérieur de la ville, longeant les contreforts orientaux du Mont Nyiragongo et la limite du parc national des Virunga, où se trouvent de nombreuses milices rivales.

Depuis l’invasion de l’est du Congo par des rebelles soutenus par le Rwanda en 1996, la lutte pour la terre et les communautés s’est transformée en un mode de vie, avec des groupes armés qui se divisent et se recomposent en une mosaïque de 120 groupes dans cette région riche en minéraux.

L’année dernière, la violence s’est intensifiée, les meurtres commis par les groupes armés ayant augmenté de 142 %. en savoir plus

Dans le même temps, le nombre de personnes enlevées pour obtenir une rançon dans le secteur de Nyiragongo, la zone où le convoi du PAM a été arrêté, a plus que doublé pour atteindre 28 au cours de l’année dernière, selon les données recueillies par le Kivu Security Tracker.

Ce pic est favorisé par l’essor des services bancaires par téléphone mobile qui permettent de payer rapidement et facilement les rançons, a déclaré Onesphore Sematumba, chercheur à l’International Crisis Group.

« Avant, c’était très risqué, les gens devaient remettre de l’argent comme dans un film. Maintenant, ils envoient l’argent instantanément par téléphone. »

DANS L’HERBE LONGUE

Les assaillants ont tendu leur piège à côté du village de Kibumba, dans un creux de la route, à environ un kilomètre d’une épaisse forêt qui leur offrirait un couvert, selon une carte de la zone incluse dans le rapport des rangers et deux personnes qui ont visité le site.

Un kilomètre plus loin, l’épaisse broussaille atteint la route. Ils ont également arrêté le convoi à 250 mètres d’un poste de contrôle tenu par un bataillon de l’armée congolaise.

Portant à eux quatre armes de type kalachnikov et deux machettes, les assaillants ont ordonné aux sept hommes de sortir des voitures, ont indiqué trois sources de l’ONU.

Ils ont crié en français « Donnez-moi de l’argent ! », tout en arrachant les téléphones portables du groupe et en désarmant le garde du corps italien d’Attanasio, Vittorio Iacovacci, 30 ans, a déclaré un analyste de la sécurité de l’ONU qui a interrogé les survivants.

Un des assaillants a tiré une volée de coups de semonce, a perdu le contrôle de son arme et a touché le chauffeur du PAM, Mustapha Milambo, au cou, selon l’analyste de l’ONU, qui a refusé d’être nommé. Milambo est décédé plus tard.

Les ravisseurs ont continué à tirer en l’air tout en faisant sortir les autres captifs de la route.

Reuters n’a pas pu confirmer ce récit de manière indépendante.

Le groupe a traversé le champ de lave en direction de la forêt, mais le sol était relativement ouvert, ce qui les exposait. En haut de la colline, huit gardes forestiers écoutent les coups de feu qui se rapprochent.

Une fusillade entre les attaquants et les gardes forestiers a éclaté pendant environ trois minutes, suivie d’un silence, selon le rapport des gardes forestiers.

Dans la mêlée, Iacovacci a tenté d’évacuer l’ambassadeur hors de la ligne de feu, a déclaré une source judiciaire et le ministère des affaires étrangères italien.

A court de munitions et avec au moins un membre blessé, les assaillants ont fini par s’enfuir, ont déclaré l’analyste de la sécurité de l’ONU et une deuxième source de l’ONU.

« L’un des survivants a déclaré que les assaillants avaient délibérément tiré sur les otages avant de s’enfuir », indique le rapport des rangers. Iacovacci est mort sur place.

Quelques minutes plus tard, trois rangers se sont approchés de la source des coups de feu et ont crié à toute personne présente de lever les mains.

Des photographies diffusées sur les médias sociaux montrent un Attanasio au visage cendré, emmené quelques minutes plus tard dans les bras d’un agent de sécurité du PAM, Mansour Rwagaza.

Il a été emmené dans une base de l’ONU à la périphérie de Goma, puis transféré dans un hôpital de l’ONU dans la ville où il a été déclaré mort, devenant ainsi le premier ambassadeur italien à être tué en mission.

Peu après l’attaque, la présidence du Congo a déclaré que « des éléments préliminaires irréfutables confirment la thèse d’une attaque terroriste des (Forces démocratiques de libération du Rwanda) », un groupe rebelle actif dans la région.

Les FDLR ont déclaré qu’elles n’étaient pas impliquées dans ce qu’elles ont appelé un « lâche assassinat ».

Reuters, 26 mai 2021

Etiquettes : Congo, RDC, Luca Attanasio, enlèvement, rançon,