La Suisse saborde le projet de traité européen en rupture avec son principal partenaire commercial

Des années de négociations visant à lier plus étroitement la Suisse au marché unique de l’Union européenne ont échoué mercredi, lorsque le gouvernement suisse a abandonné un projet de traité de 2018 cimentant les liens avec son principal partenaire commercial.

Confronté à une forte opposition intérieure au pacte, le cabinet a déclaré qu’il allait rompre les discussions et tenter de tourner la page avec le bloc, qui entoure la Suisse enclavée.

« Nous ouvrons un nouveau chapitre dans nos relations, espérons qu’il sera fructueux », a déclaré le président Guy Parmelin lors d’une conférence de presse.

Depuis dix ans, Bruxelles fait pression pour obtenir un traité qui s’ajouterait à une mosaïque d’accords bilatéraux et permettrait à la Suisse d’adopter systématiquement les modifications apportées aux règles du marché unique. Il aurait également fourni un moyen plus efficace de résoudre les différends.

« Sans cet accord, cette modernisation de nos relations ne sera pas possible et nos accords bilatéraux vieilliront inévitablement », a déclaré la Commission européenne.

Berne a déclaré que des différences substantielles subsistaient sur des aspects clés de l’accord – notamment sur la libre circulation des personnes, l’accès des citoyens de l’UE aux prestations sociales suisses et les aides d’État. en savoir plus

« Le Conseil fédéral (gouvernement) a pris aujourd’hui la décision de ne pas signer l’accord, et a communiqué cette décision à l’UE. Les négociations sur le projet de l’InstA (traité) sont ainsi terminées », a-t-il déclaré.

Les liens économiques entre l’UE et la Suisse sont désormais régis par plus de 100 accords bilatéraux remontant à 1972. Ils restent en vigueur.

Mais renoncer à un accord pourrait, à terme, perturber et compromettre l’appartenance de facto de la Suisse au marché commun de l’UE, que Berne tient à conserver, contrairement à la Grande-Bretagne, qui a effectué une sortie brutale du bloc.

L’échec de la signature du traité bloque la Suisse pour tout nouvel accès au marché unique, comme une union de l’électricité ou une coopération en matière de santé.

Les accords existants s’éroderont également au fil du temps, comme dans le cas d’un accord sur le commerce transfrontalier transparent des produits de technologie médicale qui a expiré cette semaine.

Les responsables suisses ont déclaré qu’ils demanderaient au Parlement de débloquer 1,3 milliard de francs suisses (1,45 milliard de dollars) de « paiements de cohésion » versés aux membres de l’UE, qui ont été gelés dans le cadre d’une dispute en 2019 sur la reconnaissance mutuelle des règles boursières.

M. Parmelin a déclaré qu’il était inutile d’essayer d’estimer les coûts économiques potentiels de l’échec de l’accord sur le traité.

Le ministre des affaires étrangères, Ignazio Cassis, a concédé qu’il y aurait des inconvénients pour la Suisse, mais a déclaré que l’érosion des accords bilatéraux existants se ferait lentement.

« Cela nous donne le temps de réagir avec des mesures d’atténuation », a-t-il déclaré.

Etiquettes : Suisse, Union Européenne, UE, commerce, échange, partenariat,