Michelle Goldberg : Le plan de paix absurde de Kushner a échoué.

Michelle Goldberg | Palm Beach Post

« Nous assistons aux derniers vestiges de ce qu’on a appelé le conflit israélo-arabe », se vantait Jared Kushner dans le Wall Street Journal il y a deux mois.

Il examinait les résultats des accords d’Abraham, l’ersatz de plan de paix au Moyen-Orient qu’il a aidé à négocier sous Donald Trump. Au cœur de sa suprême assurance, et des accords eux-mêmes, se trouvait la fiction mortelle selon laquelle les Palestiniens étaient si abjects et vaincus qu’Israël pouvait simplement ignorer leurs demandes.

« L’une des raisons pour lesquelles le conflit israélo-arabe a persisté si longtemps était le mythe selon lequel il ne pouvait être résolu qu’après qu’Israël et les Palestiniens aient réglé leurs différends », écrit Kushner. « Cela n’a jamais été vrai. Les accords d’Abraham ont révélé que le conflit n’était rien de plus qu’un différend immobilier entre Israéliens et Palestiniens qui n’avait pas besoin de retarder les relations d’Israël avec le monde arabe au sens large. »

Pour contourner ce différend, les États-Unis ont entrepris de soudoyer d’autres pays arabes et musulmans pour qu’ils normalisent leurs relations avec Israël. Les Émirats arabes unis ont obtenu un énorme contrat d’armement. Le Maroc a obtenu de Trump qu’il soutienne son annexion du Sahara occidental. Le Soudan a été retiré de la liste américaine des États soutenant le terrorisme.

Mais l’explosion des combats en Israël et en Palestine ces derniers jours met en évidence une chose qui n’aurait jamais dû faire de doute : la justice pour les Palestiniens est une condition préalable à la paix. Et l’une des raisons pour lesquelles il y a eu si peu de justice pour les Palestiniens est la politique étrangère des États-Unis.

« Je ne pense pas que cette occupation et ce processus d’annexion rampant auraient pu atteindre leur stade actuel si les États-Unis avaient dit non », a déclaré Jeremy Ben-Ami, président du groupe sioniste libéral J-Street.

On peut condamner le Hamas et ses roquettes tout en reconnaissant que la conflagration actuelle a commencé par un excès israélien né d’un sentiment d’impunité. La campagne menée par les colons israéliens pour expulser des familles palestiniennes de leurs maisons dans le quartier de Sheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, a constitué un point de tension majeur. Il y a également eu un raid de la police israélienne sur la mosquée Al Aqsa la première nuit du Ramadan, non pas pour prévenir la violence, mais pour couper ses haut-parleurs afin que les prières ne couvrent pas un discours du président israélien.

Les Palestiniens craignent, non sans raison, qu’Israël ne cherche à les chasser de Jérusalem. Cela a permis au Hamas de se positionner comme le protecteur de Jérusalem. Et Israël semble considérer que son droit de se défendre contre le Hamas justifie le nombre obscène de victimes civiles qu’il provoque. Tant d’horreur est née de l’illusion, tant de la droite israélienne que de la droite américaine, que lorsqu’il s’agit des Palestiniens, le statu quo est viable.

Pour être juste, ce n’est pas quelque chose qui a commencé avec Trump : L’Amérique a permis l’occupation et le projet de colonisation d’Israël pendant des décennies. Tareq Baconi, un analyste principal basé à Ramallah pour l’International Crisis Group, a fait valoir qu’à certains égards, l’administration Trump était simplement plus honnête que ses prédécesseurs quant à son mépris pour les Palestiniens. Néanmoins, a-t-il ajouté, la politique étrangère de Trump a permis « à la droite israélienne de comprendre qu’elle pouvait s’en tirer avec ses politiques les plus extrêmes. »

Avant Trump, il était courant de dire que l’occupation finirait par forcer Israël à choisir entre être un État juif et un État démocratique. Pendant les années Trump, le choix d’Israël est devenu indéniable.

La « loi sur l’État-nation » d’Israël de 2018 a consacré « la colonisation juive comme une valeur nationale » et a sapé l’égalité juridique des citoyens arabes d’Israël. Alors que les colonies s’étendaient, une solution à deux États est passée d’un rêve lointain à un fantasme.

Selon M. Baconi, la mort du cadre de deux États a renforcé le sentiment d’une communauté de destin entre les Palestiniens des territoires occupés et les Arabes israéliens, ou, comme beaucoup se désignent eux-mêmes, les citoyens palestiniens d’Israël. « Plus nous verrons Israël-Palestine comme une réalité à un seul État, où les Juifs ont tous les droits et les Palestiniens ont différents niveaux de droits, plus les Palestiniens comprendront que leur lutte est une lutte partagée.

Les affrontements intercommunautaires entre Juifs et Palestiniens au sein même d’Israël constituent un aspect unique et déchirant de la violence qui vient de secouer la région. À Lod, au moins quatre synagogues et une école religieuse ont été incendiées. « Des foules juives ont été vues errant dans les rues de Tibériade et de Haïfa à la recherche d’Arabes à agresser », rapporte le Times of Israel.

« Je vis ici depuis longtemps ; je n’ai jamais vu la situation aussi grave », m’a dit par téléphone depuis Haïfa Diana Buttu, ancienne avocate de l’Organisation de libération de la Palestine.

Tout ce chaos est surdéterminé ; presque chaque iniquité dans la région a une préhistoire incroyablement compliquée. Mais les États-Unis ont soutenu à la fois l’asservissement des Palestiniens et le pouvoir croissant de l’ethnonationalisme juif. Il ne suffit pas à Joe Biden d’être un peu meilleur que Trump ou d’essayer de relancer un « processus de paix » spectral. Si Israël ne peut plus se permettre d’ignorer les demandes des Palestiniens, nous ne le pouvons pas non plus.

Michelle Goldberg est chroniqueuse pour le New York Times.

The Palm Beach Post, 25mai 2021

Etiquettes : Etats-Unis, Israël, accords d’Abraham, Normalisation, Maroc, Emirats Arabes Unis, EAU, Soudan, Bahreïn,