L’Espagne mobilise les envoyés européens pour contrer l’attaque diplomatique du Maroc

L’Espagne a mobilisé ses envoyés en Europe pour faire face à l’attaque diplomatique lancée par le Maroc, dans le but de clarifier la vision espagnole de la crise des migrations illégales et le dossier du Sahara occidental et leader indépendantiste, Brahim Ghali.

« Le Maroc est actif dans différentes capitales de l’Union européenne pour présenter sa version des événements liés à la crise actuelle avec l’Espagne », indique un mémorandum signé par Camilo Villarino, directeur du cabinet du ministre espagnol des Affaires étrangères.

Selon El Confidencial , le ministre des Affaires étrangères Gonzalez Laya a envoyé un communiqué aux représentations diplomatiques de son pays concernant la crise migratoire et le dossier du Sahara occidental.

Le ministre a déclaré: « Il est nécessaire d’assister de manière proactive nos diplomates dans leurs contacts avec les ministères des Affaires étrangères des pays de l’Union européenne ».

La tension entre le Maroc et l’Espagne a commencé à s’intensifier immédiatement après que Madrid a refusé, par l’intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères, alors président américain Donald Trump, la reconnaissance de la souveraineté de Rabat sur le Sahara occidental, qui a été suivie par le report indéfini d’une réunion de haut niveau entre les Espagnols et l’Espagne. Gouvernements marocains.

Le chef du mouvement pour l’indépendance du Sahara occidental, le Front Polisario, Ghali est actuellement soigné en Espagne. Le Maroc dit qu’il est entré dans le pays avec un faux passeport algérien, une affirmation que l’Espagne nie.

L’ agence espagnole EPA a cité une source gouvernementale qui a déclaré en réponse aux déclarations des responsables marocains: « Ghali n’est pas entré en Espagne avec un faux passeport, bien qu’il ait utilisé une autre identité pour être admis dans un hôpital de Logroño, où il reçoit toujours traitement pour le coronavirus. « 

Selon la même source, le président sahraoui est entré en Espagne via l’Algérie avec le passeport qu’il utilise habituellement pour voyager et qui remplit les conditions légales requises.

La ministre espagnole des Affaires étrangères a renouvelé la position de son pays sur la question du Sahara Occidental, affirmant que « l’Espagne reste fermement attachée à la solution politique qui doit être trouvée dans le cadre offert par les Nations Unies ».

Elle a déclaré dans une interview au journal local La Razon vendredi: « C’est la position de l’Espagne, et cette position ne peut pas être changée car l’Espagne est un pays qui respecte la légitimité internationale », ajoutant: « Ni l’accueil du leader du Polisario ni les pressions exercées par le Maroc vont amener l’Espagne à changer sa position sur le Sahara Occidental. « 

Le Maroc est en conflit avec le groupe séparatiste Polisario soutenu par l’Algérie au sujet du Sahara occidental depuis 1975, après la fin de l’occupation espagnole. Cela s’est transformé en une confrontation armée qui a duré jusqu’en 1991 et s’est terminée par la signature d’un accord de cessez-le-feu.

Rabat insiste sur son droit de gouverner la région, mais a proposé un régime autonome au Sahara Occidental sous sa souveraineté, mais le Front Polisario veut un référendum pour laisser le peuple déterminer l’avenir de la région. L’Algérie soutient la proposition du Front et accueille des réfugiés de la région.

Le cessez-le-feu de 1991 a pris fin l’année dernière après que le Maroc a repris ses opérations militaires au point de passage d’El Guergarat, une zone tampon entre le territoire revendiqué par l’État marocain et la République arabe sahraouie démocratique autoproclamée, ce qui, selon le Polisario, était une provocation.

En lançant l’opération, le Maroc « a sérieusement sapé non seulement le cessez-le-feu et les accords militaires y afférents, mais aussi toutes les chances de parvenir à une solution pacifique et durable à la question de la décolonisation du Sahara occidental », a déclaré Ghali dans une lettre à l’ONU.

Middle East Monitor, 25 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, Migration, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali,