Entre Gaza et le Golfe : Les accords d’Abraham, Israël et la Palestine

Quiconque pensait que les accords d’Abraham élimineraient la nécessité d’aborder la question palestinienne se trompait. Les événements de Jérusalem et de Gaza marquent les premiers tests significatifs du processus de normalisation.

par Yoel Guzansky Zachary A. Marshall*

Pour certains, les accords qu’Israël a signés avec les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Maroc et le Soudan sous les auspices du processus des Accords d’Abraham de l’administration Trump avaient le potentiel d’inciter à progresser dans la résolution de l’insoluble conflit israélo-palestinien. Toutefois, pour d’autres, ces accords signifiaient qu’il n’était pas nécessaire de passer par Ramallah pour progresser d’abord sur la question israélo-palestinienne. Le temps qui s’est écoulé depuis la signature des accords est insuffisant pour obtenir une perspective appropriée pour répondre à cette question. Toutefois, les événements récents montrent que la question israélo-palestinienne n’est pas près de disparaître.

Les quatre pays signataires des accords d’Abraham – les Émirats arabes unis (EAU), Bahreïn, le Maroc et le Soudan – ne sont pas profondément engagés dans la question palestinienne. Leur intérêt premier à signer les accords était principalement lié à leur relation avec les États-Unis et aux incitations qu’ils ont reçues de l’administration Trump, comme la reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental contesté et le retrait du Soudan de la liste américaine des États soutenant le terrorisme.

La route vers les États-Unis ne passe plus par Jérusalem, car Israël ne jouit pas du même niveau d’influence à Washington qu’à l’époque de Trump. Par conséquent, les quatre pays doivent trouver de nouvelles pistes pour engager efficacement l’administration Biden. L’administration a déclaré qu’elle soutenait les accords de normalisation, mais il reste à voir si et ce qu’elle sera prête à fournir en échange de l’avancement des arrangements entre Israël et ses voisins. Pour chacun de ces pays arabes, soulever la question palestinienne peut être un moyen de faire pression sur Israël et de gagner des points à Washington.

L’accord ayant les plus grandes implications pour Israël et les États-Unis est celui conclu avec les Émirats arabes unis. Les relations entre les Émirats et les Palestiniens se sont détériorées depuis la signature des accords d’Abraham. L’Autorité palestinienne a choisi une approche conflictuelle avec les EAU, qualifiant l’accord de « trahison » du peuple palestinien, et a vivement critiqué son dirigeant, Mohamed bin Zayed. Les Palestiniens, qui considèrent la démarche des Émirats comme un manque de solidarité à leur égard, s’efforcent également de bloquer la participation des Émirats à divers projets, notamment le Forum gazier de la Méditerranée orientale. En réponse, les Émirats arabes unis ont considérablement réduit l’aide qu’ils fournissent à l’Office de secours et de travaux des Nations unies (UNRWA) : 1 million de dollars en 2020, contre environ 50 millions de dollars en 2019 et 2018.

Le fait est qu’Israël entretient actuellement de bonnes relations avec ces pays, notamment les EAU, sur les questions de sécurité, en particulier en ce qui concerne l’Iran. En raison de cette coopération, les liens diplomatiques arabo-israéliens récemment établis n’ont pas été drastiquement endommagés. Par exemple, au-delà de leur condamnation rhétorique requise sur la question de Jérusalem, les Émirats n’ont pris aucune mesure pour nuire aux relations avec Israël, mais ont plutôt réaffirmé leur soutien au processus de normalisation.

Les événements violents survenus à Jérusalem en avril-mai 2021, notamment la prise d’assaut de la mosquée al-Aqsa par les forces de police israéliennes et les manifestations liées à l’expulsion anticipée de plusieurs familles palestiniennes dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, ont effectivement servi de lignes rouges aux pays signataires des accords d’Abraham. Les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc ont vivement critiqué Israël pour ce qu’ils ont appelé une violation des droits des Palestiniens et du caractère sacré du Mont du Temple. En abordant les récents événements, ils ont exprimé une profonde sensibilité arabe et musulmane à ce qui se passait dans la ville. Les pays qui ont établi des relations avec Israël (et même l’Arabie saoudite, qui semblait soutenir les accords) ont l’occasion de montrer aux Palestiniens qu’ils sont à leurs côtés malgré les normalisations, qui ont été perçues par les Palestiniens comme une trahison et une négligence de l’idée palestinienne. Au-delà du désir d’occulter l’étiquette de « trahison » des Palestiniens et de montrer leur solidarité sur la question de Jérusalem, Abu Dhabi, Manama et Riyad ont intérêt à empêcher d’autres parties, notamment l’Iran, la Turquie et le Qatar, de contrôler le discours sur la situation actuelle. Conscients de cela, depuis la signature des accords, les EAU se sont progressivement impliqués dans ce qui se passe dans les territoires palestiniens et dans les relations israélo-palestiniennes.

La réduction des tensions dans la ville et le déplacement de l’attention sur ce qui s’est passé à Gaza ont atténué le dilemme pour eux, et la couverture médiatique est devenue plus informative et équilibrée, en particulier dans tous les médias interarabes liés à la monarchie saoudienne – malgré la tendance de base à éprouver de la sympathie pour les Palestiniens. En fait, certaines personnalités des médias arabes pro-régime ont même exprimé leur condamnation du Hamas.

Les événements de Jérusalem et de Gaza constituent les premiers tests significatifs du processus de normalisation. Il est intéressant de noter que le ton des dirigeants arabes sur Gaza était sensiblement différent de leurs réactions sur Jérusalem. Lorsque Jérusalem n’a plus été au centre des préoccupations, le degré de vocalité arabe a diminué, si ce n’est pour s’aligner sur les déclarations d’organismes largement inefficaces comme la Ligue arabe, car il n’est pas inconcevable qu’ils aient intérêt à ce qu’Israël batte et affaiblisse le Hamas – une ramification récalcitrante des Frères musulmans qui coopère avec l’Iran et la Turquie.

Affaiblir et délégitimer le Hamas est un intérêt primordial pour les pays arabes. L’attention internationale sur Gaza doit être recentrée et il faut empêcher un nouvel embrasement à Jérusalem. Israël doit sortir vainqueur de sa dernière bataille avec le Hamas, non seulement dans l’intérêt de sa sécurité nationale, mais aussi pour maintenir ses relations avec ses partenaires régionaux, qui seront déçus par la conduite laxiste d’Israël. À leurs yeux, le conflit était une tentative du Hamas de s’approprier la question de Jérusalem et de montrer à la fois aux Palestiniens et au grand public arabe que c’est lui, et non le Fatah et l’Autorité palestinienne, qui est le représentant véritable et le plus efficace du peuple palestinien.

Aller de l’avant

Le cessez-le-feu conclu entre le Hamas et Israël est un développement bienvenu, mais probablement pas de nature à rapprocher le conflit israélo-palestinien d’une résolution. Le fait que de nombreux habitants de Gaza considèrent la récente bataille comme une « victoire coûteuse mais claire » montre clairement le niveau de souffrance qu’ils sont prêts à supporter dans la lutte contre Israël et ne sert qu’à renforcer l’ancrage du Hamas dans le territoire.

Quiconque pensait que les accords d’Abraham élimineraient la nécessité d’aborder la question palestinienne se trompait. Israël devrait avoir intérêt à élargir et à approfondir le cercle de la normalisation – pour que davantage de pays rejoignent la cause de la paix régionale, et que les pays avec lesquels un accord a été conclu réchauffent leurs relations avec Israël. La façon dont Israël se conduit sur les questions de Jérusalem et de Gaza a un impact massif sur l’avenir du processus de normalisation. En outre, il y a des actions qu’Israël peut prendre (ou éviter de prendre) pour promouvoir un règlement avec les Palestiniens, même indépendamment du processus des Accords d’Abraham. Israël a payé cher en monnaie politique, et sous son contrôle, l’intention d’annexion s’est en fait alignée sur le principe de longue date de la terre en échange de la paix.

Les accords de normalisation constituent un jalon important dans les relations entre Israël et le monde arabe. Toutefois, les seuls développements significatifs qui en découlent jusqu’à présent concernent la sphère économique. Ces accords offrent une excellente occasion d’entamer un dialogue régional visant à progresser vers un règlement du conflit israélo-palestinien. Les États arabes et Israël seraient bien avisés d’aider les Palestiniens à sortir de l’arbre de la « colère » et du refus en entamant un dialogue politique en vue d’un règlement à long terme. La crise de Gaza en particulier ne sera pas résolue sans l’implication et la coordination d’acteurs extérieurs. Les pays arabes régionaux doivent jouer un rôle de premier plan sur la question palestinienne. Une option consiste à former une « coalition arabe pour la paix » composée de partenaires actuels et potentiels d’Israël, ce qui leur permettrait d’adopter une approche articulée et unifiée pour aborder et soutenir les Palestiniens, y compris pour contrer le Hamas.

Les relations israélo-arabes établies au cours du processus des accords d’Abraham ouvrent la porte à un niveau de collaboration régionale qui, jusqu’à l’année dernière, n’était qu’un rêve. Cependant, pour que cela se produise, un leadership politique fort en Israël, dans le monde arabe, aux États-Unis et dans la communauté internationale est nécessaire.

Yoel Guzansky est chercheur principal à l’Institut d’études de sécurité nationale (INSS) à Tel Aviv. Son expertise porte sur les États arabes du Golfe.

*Zachary A. Marshall est stagiaire de recherche à l’Institute for National Security Studies (INSS). Il a récemment obtenu son Master en gouvernement, spécialisé dans la diplomatie et les études de conflits au Centre interdisciplinaire (IDC) de Herzliya. Il a précédemment travaillé dans l’équipe des affaires gouvernementales et du Congrès au Center for Strategic and International Studies (CSIS) à Washington, DC, et a été stagiaire à la Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis.

The Nation interest, 24 mai 2021

Etiquettes : Etats-Unis, Israël, Palestine, Ghaza, Hamas, Maroc, Emirats Arabes Unis, EAU, Bahreïn, Soudan, normalisation, Joe Biden, Donald Trump,