Maroc-Espagne : L’UE sauve Sánchez des mâchoires de Mohamed VI (média espagnol)

Le président du gouvernement a également été sauvé par l’armée et la Guardia Civil, les mêmes corps que certains de ses ministres désavouent.

Par Graciano Palomo

La « Marche noire » décrétée, organisée et exécutée avec une précision militaire par le gouvernement du roi Mohammed VI était aussi prévisible qu’annoncée. Il fallait simplement savoir un minimum comment le régime « alaouite » se comporte lorsqu’on touche à son nationalisme exacerbé et à ce qu’il considère comme essentiel pour la survie de son statu quo particulier. Quelqu’un au sein du gouvernement devra tôt ou tard expliquer pourquoi il a ignoré les services de renseignement qui ont souligné les « inconvénients » pour les intérêts de l’Espagne d’accueillir un chef militaire du Front Polisario – accusé de crimes contre l’humanité, de torture et d’autres broutilles – et « ignoré » la réaction brutale plus que certaine de Rabat, qui a de nombreux avantages sur Sánchez, c’est-à-dire la gestion de son opinion publique et publiée et le soutien incontestable des Etats-Unis (au-delà de Biden et avec Biden) et une certaine condescendance ancestrale d’autres puissances comme la France et l’Allemagne, sans aller plus loin, qui ont des intérêts économiques et même stratégiques très déterminants dans la puissance maghrébine. Conclusion : le soulèvement – femmes et enfants compris – s’est terminé, pour l’instant, par la fermeture de la frontière marocaine de Ceuta alors que le gouvernement était manifestement débordé et par des milliers de mineurs obligés de rester sur le territoire national.

C’est une ironie historique qu’après tout ce qui s’est passé – l’annexion du Sahara occidental et sa Marche verte, les bombes du 11-M, entre autres corollaires du passé récent – les nombreuses agences de renseignement et de sécurité payées par le contribuable espagnol n’ont pas réussi à convaincre les membres les plus sensés de l’exécutif (franchement, peu sont épargnés) de la stupidité de provoquer le Maroc dans une affaire d’importance capitale pour le satrape, allant jusqu’à introduire Ghali en Espagne sous un faux nom à deux reprises. Pensent-ils que les services de renseignement marocains sont stupides ? Pourquoi ont-ils méprisé l’une des diplomaties les plus raffinées au monde ? Ont-ils pensé que le puissant service de renseignement de Rabat pouvait se moquer d’une chose aussi grossière que de donner un passeport diplomatique à un chef militaire recherché par terre, mer et air ?

La Moncloa commettra une autre grosse erreur si elle pense qu’avec cette « invasion » le Maroc sera satisfait. Un Berbère, un Rifain, n’oublie jamais un affront. Sánchez a été sauvé par l’armée et la Guardia Civil, les mêmes corps que certains de ses ministres désavouent. Mais, il faut le dire clairement, Rabat a reculé sous la pression de l’Union européenne – malgré les réticences initiales de Paris – qui a imposé une loi démocratique en faveur d’un de ses partenaires. Sanchez n’est évidemment pas responsable de cette agression, mais il est responsable du fait qu’elle l’a surpris, une fois de plus, en train de jouer au petit homme d’État. La Moncloa commettra une autre erreur majeure si elle croit qu’avec cette « invasion » le Maroc sera satisfait. En raison de ce qui s’est passé, qui aurait pu conduire à une crise nationale comme celles qui ont consumé l’Espagne dans le passé, il faut espérer que les anti-européens convaincus et avoués ont décliné leurs drapeaux à cet égard. Et que Sanchez, pour une fois, se consacrera à pratiquer ce qu’il prêche (dialogue et consensus) et essaiera de ne plus donner de « gato por boa ». PS. Pour ceux qui ne voient pas le Roi dans ce désordre, un rappel. Le monarque ne peut lever le petit doigt, ni dans ce conflit ni dans aucun autre, s’il n’a pas l’approbation expresse du gouvernement. Comprenez-vous ? 2PD. Ce qui s’est passé à la frontière de Ceuta devrait ipso facto produire un changement chez certains ministres : ceux qui ont facilité l’arrivée du Ghali, ceux qui n’étaient au courant de rien et ceux qui étaient au courant de tout. C’est le gouvernement algérien qui a divulgué la nouvelle de la présence du Polisario en Espagne. De cette manière, les relations entre les deux pays ont été rompues et l’Algérie est devenue l’arbitre dans la région. Comment allez-vous, Mme González Laya ? Êtes-vous calme et bien portante ?

El Confidencial, 22 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, migration, Union Européenne, UE,