La France évite de critiquer le Maroc et soutient l’Espagne après la crise de Ceuta, qu’elle attribue à une « tension diplomatique ».

Il plaide pour une reprise de la coopération avec Rabat et pour « une politique migratoire plus européenne ».

Le secrétaire d’État français aux affaires européennes, Clément Beaune, a qualifié le phénomène migratoire d' »européen » et a déclaré « soutenir » l’Espagne après un « épisode particulier » avec le Maroc qu’il attribue à une « tension diplomatique » entre les deux pays voisins.

La migration, a-t-il déclaré, « est un problème européen », quelques heures à peine après que le ministre marocain des affaires étrangères, Nasser Bourita, a accusé l’Espagne de vouloir que l’Europe soit celle qui « assume » la crise découlant de la prétendue « entrée frauduleuse » du secrétaire général du Front Polisario, Brahim Gali. Le gouvernement français a évité de critiquer le Maroc dans sa première réaction après le pic des arrivées à Ceuta et, par l’intermédiaire de Beaune, a prôné la « reprise de la coopération » avec le royaume alaouite. Il a toutefois reconnu qu’il y a eu un « épisode spécifique » où « l’Espagne a été mise dans une situation difficile ».

Ainsi, le secrétaire d’État français a déclaré dans des déclarations à la chaîne BFMTV que, après le « pic » des arrivées et les « images déchirantes » de Ceuta, la France « soutient » l’Espagne, même si elle est allée plus loin et a plaidé pour une meilleure gestion des frontières et, en général, pour « une politique migratoire plus européenne », rapporte Europa Press. Beaune a évoqué le renforcement de l’agence frontalière Frontex ainsi qu’un mécanisme de répartition des migrants et des réfugiés, bien que sur ce dernier point elle ait rappelé le refus de pays comme la Hongrie et la Pologne, qui se sont traditionnellement opposés aux plans de solidarité avec les pays du sud de l’UE. Il a également appelé à renforcer le développement pour freiner la migration à la source.

La Voz de Asturias, 24 mai 2021

Etiquettes : Espagne, Maroc, Ceuta, migration, France, Union Européenne,