Maroc-Espagne : Acteurs clandestins

par Abdou BENABBOU

Inconsciente et nue stratégie frisant le satanisme que celle prise par le palais royal marocain de jeter ses enfants à la mer sans le moindre égard ni scrupule pour la vie humaine. Lancer des dizaines de milliers d’âmes à l’abordage d’un pays voisin, la plupart à la nage pour traverser des houles marines de plusieurs kilomètres a l’odeur similaire à tout point de vue de celle de la démoniaque marche dite verte initiée en 1975 par Hassan II. De la nouvelle expédition humaine se dégage comme une senteur venue droit des laboratoires du Moyen-Orient portant une visible empreinte israélienne. La préparation de ses recettes diaboliques et sans retenue est aujourd’hui largement connue. L’œuvre est signée d’autant que de nombreux malheureux expéditionnaires, haraga d’un nouveau genre ont reconnu au grand jour qu’ils ont traversé la mer avec la bénédiction du trône alaouite. La bénédiction monarchique vaut ordre à exécuter et ne voile pas un programme et des actions préparés.

Sans doute c’est par crainte pour le devenir de leurs familles gardées en otages, ils n’ont pas eu le courage d’avouer qu’ils ont reçu l’ordre d’investir les plages ibériques. Plus de 8000 acteurs clandestins venus des quatre coins du Maroc, en attendant la gambade de centaines d’autres, ce n’est pas rien et il est impossible de concevoir qu’un aussi grand nombre de malheureux téméraires aient pu se concerter ensemble pour s’engager en un claquement de doigt dans une si spectaculaire aventure. Certes l’aubaine était trop belle pour une jeune population marocaine bernée qui pensait, pour une fois, malgré le risque suicidaire, que les portes du paradis s’ouvraient à elle. Une telle marée humaine, comme les autres qui vont sûrement suivre, a été bel et bien orchestrée. L’évidence est incontournable.

En fait et encore une fois, les nouvelles gesticulations marocaines sont les relents condensés de l’occupation du territoire sahraoui. Les autorités espagnoles ne sont pas dupes et ont répliqué avec fermeté face au chantage auquel Rabat veut les soumettre en affirmant que sur le sujet elles sont attachées à la légalité internationale et s’en tiennent aux résolutions des Nations Unies.

Madrid doit bien regretter aujourd’hui d’avoir failli à ses responsabilités en livrant le peuple sahraoui aux gémonies par les monarques Juan Carlos et Hassan II en 1975.

Le Quotidien d’Oran, 22 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Sahara Occidental, Ceuta, migration,