L’Italie et l’UE s’engagent à soutenir l’économie tunisienne pour endiguer la migration

TUNIS, Tunisie (AP) – L’Italie et l’Union européenne ont promis jeudi de soutenir l’économie tunisienne dans le cadre de leurs efforts pour endiguer la migration vers l’Europe à travers la Méditerranée.

La ministre italienne de l’Intérieur, Luciana Lamorgese, et la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, se sont rendues en Tunisie pour des entretiens avec le président Kais Saied et le premier ministre Hichem Mechichi.

Ces derniers jours, plus de 67 migrants se sont noyés ou ont disparu au large des côtes tunisiennes après le naufrage de leur embarcation.

Saied a appelé à une « approche globale sur les questions de migration qui va au-delà des solutions sécuritaires… pour traiter les racines profondes du phénomène via la lutte contre la pauvreté et le chômage et le soutien aux politiques de développement dans les pays d’origine », selon un communiqué de la présidence tunisienne.

L’Italie s’est engagée à soutenir la Tunisie en augmentant les investissements et en contribuant à la création d’emplois pour les jeunes, selon le communiqué.

Les deux pays ont souligné « leur détermination à lutter contre les réseaux criminels de trafic d’êtres humains », ajoute le communiqué.

Lamorgese et Johansson ont déclaré que l’Italie et l’UE étaient prêtes à aider la Tunisie à surmonter ses difficultés économiques et sociales, exacerbées par l’impact de la pandémie de COVID-19.

M. Lamorgese a également appelé à une coopération accrue pour accélérer le retour des migrants dans leur pays d’origine après leur arrivée illégale en Italie.

Mme Johansson a souligné la nécessité d’offrir aux jeunes Tunisiens la possibilité de venir en Europe en toute légalité.

« Nous avons plus d’un million de Tunisiens qui travaillent dans les pays européens, et nous sommes prêts à en accueillir davantage » pour contribuer à l’économie du bloc, a-t-elle déclaré.

Le Forum tunisien pour les droits sociaux et économiques, une organisation non gouvernementale, a publié une déclaration dénonçant « les pressions italiennes et européennes sur la Tunisie » pour qu’elle « accepte une coopération injuste qui porte atteinte à la souveraineté du pays et aux droits humains des migrants ».

L’organisation a également reproché aux autorités tunisiennes de faire le travail de police de l’Europe en mer Méditerranée au lieu de se concentrer sur d’autres priorités.

Selon l’organisation, au moins 153 personnes ont été retrouvées mortes dans les eaux et sur les plages tunisiennes et des dizaines d’autres ont disparu depuis le début de l’année.

M. Lamorgese a indiqué mardi que sur les 13 358 migrants qui sont arrivés en Italie cette année, près de 9 000 venaient de Libye et plus de 3 000 de Tunisie.

Associated Press, 20 mai 2021

Etiquettes : Tunisie, Union Européenne, Itamie, UE, migration, Méditerranée,