La trêve officieuse du Burkina Faso avec les jihadistes pourrait s’effriter

DJIBO, Burkina Faso (AP) – Lorsque les jihadistes ont commencé à venir dans cette ville du nord du Burkina Faso uniquement pour acheter de la nourriture – et non pour tuer des gens – les résidents nerveux ne savaient pas quoi penser.

« Nous ne savons pas si c’est une pause dans les combats ou s’ils vont reprendre. Nous attendons simplement », a déclaré un habitant de Djibo, la ville aride et isolée considérée comme l’épicentre actuel de la violence extrémiste dans le pays.

Alors que le gouvernement du Burkina Faso n’a jamais confirmé avoir négocié avec les extrémistes islamiques, d’autres ont déclaré que l’accalmie des combats au début de l’année était le signe qu’une sorte de cessez-le-feu avait été conclu avec les militants accusés d’avoir fait des milliers de morts ces dernières années.

Aujourd’hui, cependant, de plus en plus de signes indiquent que cette trêve pourrait être de courte durée.

Alors que Djibo reste relativement calme, les combats se sont intensifiés dans tout le pays. Plus de 50 personnes sont mortes dans de multiples attaques en une seule semaine en avril, dont deux journalistes espagnols et un écologiste irlandais. Les attaques se sont poursuivies en mai.

Des djihadistes présumés ont tué 15 personnes qui assistaient à un baptême près de la ville de Tin-Akoff, marquant ainsi la quatrième fois ce mois-ci que la région est visée par des militants.

« Si certaines factions négocient et respectent les accords, d’autres ne le font pas et pourraient torpiller ces négociations », a déclaré Assane Diallo, conseiller en médiation pour le Centre pour le dialogue humanitaire, une organisation basée en Suisse.

La violence extrémiste islamique a déjà fait des milliers de morts et déplacé plus d’un million de personnes dans ce pays enclavé qui a longtemps été épargné par le type de violence jihadiste qui a déstabilisé ses voisins, le Mali et le Niger.

Avant les élections présidentielles de novembre, le gouvernement du Burkina Faso a commencé à négocier discrètement avec les djihadistes qui font des ravages dans le pays, selon un diplomate, des travailleurs humanitaires, des analystes de la sécurité et deux hommes qui disent avoir été militants avant le cessez-le-feu provisoire.

Les pourparlers secrets avec au moins une faction des djihadistes actifs au Burkina Faso – le groupe lié à Al-Qaida connu sous le nom de JNIM – ont eu lieu près de Djibo, l’épicentre actuel de la violence.

L’accord prévoyait que les djihadistes autorisent la tenue d’élections pacifiques l’année dernière en échange de la libération d’une centaine de prisonniers détenus depuis des années et accusés de liens avec des extrémistes. L’accord permettait également aux militants de se déplacer librement à Djibo afin de pouvoir visiter le marché et les membres de leur famille, selon plusieurs sources au fait des pourparlers.

Au départ, la trêve provisoire semblait porter ses fruits : Selon le Armed Conflict Location & Event Data Project, les affrontements entre les forces de sécurité et les jihadistes ont diminué de près de 50 % entre novembre et janvier par rapport aux trois mois précédents.

Pourtant, des signes précoces montrent que les messages contradictoires du gouvernement compromettent l’accord. Un homme qui a dit avoir combattu aux côtés des jihadistes a déclaré que la confusion régnait quant à savoir si quelque chose avait vraiment changé.

« Même si nous déposons tous nos armes et revenons dans la communauté, nous n’avons rien à faire. Nous n’avons pas de travail. La même armée pourrait dire que nous sommes tous des délinquants et recommencer à nous arrêter », a déclaré le jeune homme de 27 ans, qui s’est exprimé à condition qu’AP utilise son « nom de guerre », Mohamed Taoufiq, par crainte des récriminations du gouvernement.

L’armée gouvernementale a été accusée de commettre des violations des droits de l’homme à l’encontre de personnes soupçonnées de travailler avec les djihadistes, en particulier les Fulanis, une ethnie dominante à Djibo.

Si les civils et les extrémistes ont pu jusqu’à présent coexister à Djibo, les villages environnants sont contrôlés par les djihadistes qui imposent la charia à la population, obligeant les femmes à se couvrir et les hommes à couper leur pantalon. Les femmes achètent tellement de voiles pour cacher leur visage que le prix a presque décuplé cette année, selon les habitants.

Le ministre de la réconciliation du gouvernement a déclaré au début de l’année que le gouvernement ne négocierait jamais avec les « terroristes internationaux », mais qu’il était prêt à reprendre les combattants burkinabés locaux dans leurs rangs.

Zephirin Diabre a déclaré qu’il était de la responsabilité du pays de ramener « les enfants qui ont été recrutés, endoctrinés, influencés, ce qui a conduit à des erreurs pour prendre les armes contre leur patrie ».

Mais il n’existe pas de systèmes établis pour démobiliser et réintégrer ceux qui reviennent. Et les communautés ont déclaré qu’il y avait une limite à la portée des négociations dès le départ.

« Il y a des choses sur lesquelles nous ne serons jamais d’accord, comme la charia. Nous pouvons négocier si nous sommes capables de vivre comme des êtres humains normaux », a déclaré un habitant de Djibo à l’Associated Press, au milieu de l’accalmie des combats.

Certains des jihadistes eux-mêmes ont déclaré qu’ils regrettaient leurs actions et voulaient simplement rentrer chez eux.

Après trois ans de collaboration avec le JNIM, d’abord en tant que combattant sur la ligne de front, puis en tant qu’espion, Abu Asharawi a déclaré avoir été soulagé lorsque ses commandants lui ont dit d’arrêter en octobre, parce qu’un accord avait été conclu. L’AP n’a pas été en mesure de vérifier de manière indépendante qu’il était un ancien jihadiste, bien que d’autres l’aient identifié comme ayant fait partie des rangs des combattants.

« J’étais si heureux d’entendre l’ordre de laisser tomber nos armes, car c’est ce à quoi j’aspirais. Nous étions fatigués de nous battre et de voir les gens se faire tuer. Nous ne savions pas comment trouver une solution », a-t-il déclaré.

Pourtant, des signes précurseurs montrent que tous les jihadistes ne sont pas prêts à déposer définitivement leurs armes. Dans une vidéo de propagande filmée en février et vue par AP, certains militants s’engagent à poursuivre le combat contre le gouvernement. Ils ont toutefois promis aux civils qu’ils ne seraient pas pris pour cible tant qu’ils n’aideraient pas les militaires.

« Que personne n’ait peur », dit un jihadiste dans la vidéo. « Si vous ne nous trahissez pas, nous ne vous tromperons jamais ».

Associated Press, 21 mai 2021

Etiquettes : Burkina Faso, djihadistes, terrorisme,