Espagne : Brahim Ghali refuse de signer la convocation du juge espagnol Pedraz

Le leader sahraoui hospitalisé à Logroño fait appel à l’Algérie après avoir été convoqué par la Cour Surpême

Le juge et le procureur refusent d’imposer des mesures conservatoires à Brahim Gali malgré la demande des accusations, qui craignent qu’il ne quitte l’Espagne.

Brahim Gali, leader du Front Polisario et président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), a refusé de signer la convocation émise par l’Audiencia Nacional pour prendre sa déposition le 1er juin dans le cadre des deux procès qu’il a ouverts en Espagne. Le militaire, admis depuis le 18 avril dans un hôpital de Logroño pour coronavirus, détonant fait du conflit avec le Maroc à la frontière avec Ceuta, a refusé de signer le récépissé tant qu’il n’a pas consulté auparavant « l’ambassade d’Algérie et des personnes de confiance », selon un rapport de la police nationale envoyé au juge d’instruction Santiago Pedraz et qui a eu accès à EL PAÍS. Les accusations craignent qu’il se remette de la maladie et quitte le pays avant d’être interrogé par le juge d’instruction, qui a refusé avec le soutien du parquet d’adopter des mesures conservatoires à son encontre pour le moment.

L’argument avancé par Gali devant l’agent qui lui a notifié l’accusation témoigne de l’équilibre diplomatique compliqué auquel est confrontée La Moncloa après l’avoir accueilli pour des « raisons humanitaires », comme l’a expliqué le ministère des affaires étrangères fin avril, lorsque la presse a révélé que le leader du Front Polisario était arrivé au centre médical de Logroño sous un faux nom. Comme l’a avancé EL PAÍS, le gouvernement de Pedro Sánchez a accepté son admission à l’hôpital de La Rioja après la demande de l’Algérie, un partenaire de grande valeur stratégique, premier fournisseur de gaz du marché espagnol. Mais cette faveur a provoqué l’ire du Maroc : « Il y a des actes qui ont des conséquences et qu’il faut assumer », a déclaré mardi l’ambassadeur marocain.

Le poids international de Gali ne date pas d’hier. Ainsi que ses relations avec tous les pays impliqués dans cette crise diplomatique. Ancien ministre sahraoui de la défense, il a été ambassadeur du Polisario en Espagne (1999-2008) et en Algérie (2008-2015). En 2016, après la mort de Mohamed Abdelaziz, il a pris la direction de la République arabe sahraouie démocratique. Doté d’une grande expérience militaire, son curriculum officiel situe ses premiers pas dans la lutte contre les colons espagnols dans les années 70.

Après la diffusion de la nouvelle de la présence en Espagne du président de la RASD, le juge Pedraz a demandé à la police nationale, le 1er mai dernier, de la confirmer afin de le convoquer pour témoigner dans l’enquête ouverte par la plainte déposée en août 2020 par Fadel Mihdi Breica, un militant sahraoui de nationalité espagnole qui a dénoncé les tortures du Front Polisario. Trois agents du Commissariat général à l’information, chargé de la lutte contre le terrorisme, se sont rendus à l’hôpital de La Rioja et ont rédigé un rapport détaillant que Gali a été admis sous le faux nom de Mohamed Benbatouche, de « nationalité inconnue » ; et qu’il est arrivé en ambulance à l’hôpital à 22 h 48 le 18 avril, en provenance de Saragosse.

« Il était accompagné de deux personnes. Le premier, un médecin de nationalité étrangère, peut-être algérien, qui a fourni un rapport médical émis sans signature ni paraphe par l’Hôpital central de l’Armée d’Alger (Algérie). Le second compagnon prétend être un parent, sans autre précision quant à son affiliation », explique le document de la police transmis à la Cour nationale, qui ajoute : « Le rapport médical algérien indique, pour l’essentiel, un patient covide souffrant de complications respiratoires graves. En effet, son état est très grave et il est admis aux soins intensifs pour une pneumonie bilatérale compliquée d’une polyneuropathie, qui l’empêche de respirer par lui-même ».

Dans ce document du 5 mai, les Renseignements généraux de la police ajoutent que Gali a « évolué favorablement » depuis son admission. En fait, dans un autre document officiel de la police, un inspecteur de police décrit son refus de signer la convocation de la Cour nationale. « Malgré son état de santé délicat, Gali a compris en espagnol, sans aucun doute, le contenu de la convocation. Au moment de présenter le récépissé perceptif pour sa signature, il a refusé de le faire, arguant qu’il souhaitait contacter l’ambassade d’Algérie et des personnes de confiance sur la convenance de la signature et qu’il avait besoin de ‘plusieurs jours’ pour se décider », détaille l’agent, qui ajoute qu’une copie de la notification a été remise au médecin étranger qui l’accompagne, « qui lui rend quotidiennement visite aux soins intensifs ».

En plus de l’affaire en cours contre Gali pour la plainte de l’activiste Mihdi, le juge Pedraz a rouvert une autre affaire précédente intentée par l’Association Sahraouie pour la Défense des Droits de l’Homme (ASADEDH) pour des crimes de meurtre, blessures, détention illégale, terrorisme, torture et disparitions. Ce processus a été archivé en 2020 en raison de l’impossibilité d’interroger l’accusé pour ne pas être en Espagne, mais le magistrat a décidé de le reprendre maintenant. Le Bureau du Procureur souligne dans une déclaration écrite qu’il ne voit pas « d’indications claires de la participation » du leader du Polisario « aux comportements inclus dans la plainte ».

El Pais, 19 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali, président sahraoui,