Voici comment le Maroc laisse partir les harraga: la côte est libre (Vidéo)

Voici comment le Maroc laisse partir les migrants : la côte est libre
Ils continuent d’arriver au compte-gouttes à Ceuta, quelques tentatives sporadiques de franchissement de la clôture sont enregistrées et le pays voisin n’exerce pas de surveillance en mer.
par Carmen Echarri

La situation n’est pas bonne du tout dans le domaine de l’immigration. Ce n’est bon ni pour l’intégrité des personnes qui se jettent à la mer, ni pour la tranquillité des forces de sécurité espagnoles qui ne cessent de prendre en charge les immigrants qui, en un filet constant, arrivent à Ceuta par les brise-lames de Benzú et Tarajal. Le nombre total va dépasser le chiffre connu ce matin à la première heure, qui portait à 120 le nombre d’hommes, de femmes et d’enfants arrivés à la nage ou à bord de bateaux.

La gravité provient des images enregistrées dans des vidéos que les forces de sécurité croient véridiques, et qui montrent des migrants désespérés quittant les côtes voisines. Il s’agit de jeunes qui se jettent à la mer, mais aussi de côtes comme celle de Tanger, d’où partent des Subsahariens et des Nord-Africains à bord de bateaux pneumatiques et de radeaux de plage pour rejoindre Ceuta ou directement la péninsule. Le message est qu’il est possible de partir, car il n’y a pas de surveillance en mer.

C’est la même situation qui s’est produite en 2014 lorsque Mohamed VI s’est agacé lorsqu’il a été arrêté par des gardes civils à Ceuta à bord de son bateau. Cela a entraîné deux jours consécutifs de départs de bateaux. Maintenant, la colère est extrapolée au Front Polisario et est le résultat des avertissements rendus publics, ouvertement, de la crise évidente entre l’Espagne et le Maroc sur l’accueil du Ghali.

Les nageurs arrivent depuis deux heures du matin et continuent d’affluer, petit à petit. Mais ils sont plus nombreux à quitter les côtes et beaucoup d’entre eux se dirigent vers les côtes de l’Espagne continentale. Il y a beaucoup d’inquiétude sur ce qui se passe et depuis Ceuta et tout a été communiqué au gouvernement espagnol. Au niveau de la clôture, il y a eu quelques tentatives sporadiques de saut mais elles n’ont pas donné lieu à de nouvelles entrées par cette voie.

El Faro de Ceuta, 17 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, migration, harga, harragas,