L’Iran intensifie la diplomatie parlementaire face aux crimes sionistes

TEHERAN (Tasnim) – Le président du Parlement iranien, Mohammad Baqer Qalibaf, s’est entretenu avec plusieurs homologues étrangers pour discuter de la dernière vague d’atrocités sionistes qui a tué des dizaines de Palestiniens et de la nécessité de prendre des mesures concrètes pour mettre fin aux crimes israéliens.
Lors de conversations téléphoniques séparées avec ses homologues syriens, libanais et tunisiens dimanche et lundi, Qalibaf a parlé des derniers développements dans les territoires palestiniens occupés et dans la bande de Gaza après une escalade des attaques israéliennes.

Lors de la conversation avec le président du Conseil populaire de Syrie, Hammouda Youssef Sabbagh, Qalibaf a souligné la nécessité d’une action sérieuse de la part des parlements musulmans pour mettre fin aux attaques brutales du régime israélien contre la Palestine.

S’adressant au président du Parlement libanais Nabih Berri, le principal législateur iranien a dénoncé les frappes du régime sioniste sur les zones résidentielles de Palestine et la prévention de l’aide médicale au peuple palestinien comme des crimes de guerre, appelant les parlements islamiques et les organisations internationales à condamner les atrocités israéliennes.

Qalibaf s’est également entretenu avec le président de l’Assemblée tunisienne des représentants du peuple Rached Ghannouchi, affirmant que les parlements de toutes les nations musulmanes doivent élever la voix contre le régime israélien et soutenir la Palestine comme un devoir.

Depuis le 10 mai, au moins 192 Palestiniens, dont 58 enfants et 34 femmes, sont morts au cours d’une escalade significative des attaques de l’armée israélienne contre Gaza.

Des dizaines d’autres sont également morts dans le territoire palestinien de Cisjordanie occupé par Israël, à proximité, lors des attaques du régime contre des fidèles et des manifestants palestiniens.

Tasnim, 17 mai 2021

Etiquettes : Iran, diplomatie parlementaire, Palestine, Israël, Ghaza,