Les appels se multiplient en faveur d’un cessez-le-feu entre Gaza et Israël et d’une intensification des efforts américains

Les diplomates du Conseil de sécurité de l’ONU et les ministres des affaires étrangères des pays musulmans se sont réunis d’urgence dimanche pour exiger l’arrêt de l’effusion de sang des civils, alors que les avions de guerre israéliens ont mené les attaques les plus meurtrières en près d’une semaine de barrages de roquettes du Hamas et de frappes aériennes israéliennes.

Le président Joe Biden n’a donné aucun signe d’intensification de la pression publique sur Israël pour qu’il accepte un cessez-le-feu immédiat, malgré les appels de certains démocrates pour que l’administration Biden s’implique davantage.

Son ambassadrice aux Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, a déclaré lors d’une réunion d’urgence de haut niveau du Conseil de sécurité que les États-Unis « travaillaient sans relâche par les voies diplomatiques » pour faire cesser les combats.

Mais alors que les combats entre Israël et les dirigeants militants du Hamas à Gaza ont atteint leur pire niveau depuis 2014 et que le tollé international s’est amplifié, l’administration Biden – déterminée à détourner l’attention de la politique étrangère américaine du Moyen-Orient et de l’Afghanistan – a refusé jusqu’à présent de critiquer la part d’Israël dans les combats ou d’envoyer un envoyé de haut niveau dans la région. Les appels lancés par d’autres pays n’ont montré aucun signe de progrès.

Mme Thomas-Greenfield a averti que le retour au conflit armé ne ferait que mettre encore plus hors de portée une solution négociée à deux États au conflit israélo-palestinien, qui dure depuis des décennies. Cependant, les États-Unis, l’allié le plus proche d’Israël, ont jusqu’à présent bloqué les efforts déployés depuis plusieurs jours par la Chine, la Norvège et la Tunisie pour que le Conseil de sécurité publie une déclaration, y compris un appel à la cessation des hostilités.

En Israël, Hady Amr, un assistant adjoint dépêché par le secrétaire d’État américain Antony Blinken pour tenter de désamorcer la crise, a rencontré le ministre israélien de la défense Benny Gantz, qui a remercié les États-Unis pour leur soutien.

M. Blinken a lui-même entamé une tournée des pays nordiques, sans qu’il ait été annoncé qu’il s’arrêterait au Moyen-Orient en réponse à la crise. Il a appelé depuis l’avion l’Égypte et d’autres pays qui s’efforcent de négocier un cessez-le-feu, disant à l’Égypte que toutes les parties « devraient désamorcer les tensions et mettre un terme à la violence ».

Le représentant Adam Schiff, président démocrate de la commission du renseignement de la Chambre des représentants, a exhorté Biden dimanche à intensifier la pression sur les deux parties pour mettre fin aux combats actuels et relancer les pourparlers visant à résoudre les conflits d’Israël et les points chauds avec les Palestiniens.

« Je pense que l’administration doit insister davantage auprès d’Israël et de l’Autorité palestinienne pour qu’ils mettent fin à la violence, instaurent un cessez-le-feu, mettent fin à ces hostilités et reprennent le processus de résolution de ce conflit de longue date », a déclaré M. Schiff, un démocrate californien, à l’émission « Face the Nation » de CBS.

Et le sénateur Todd Young de l’Indiana, le républicain le plus ancien du sous-comité des relations étrangères pour la région, s’est joint au sénateur du Connecticut Chris Murphy, le président du sous-comité, pour demander aux deux parties de cesser le feu. « À la suite des attaques à la roquette du Hamas et de la réponse d’Israël, les deux parties doivent reconnaître que trop de vies ont été perdues et ne doivent pas intensifier le conflit », ont-ils déclaré.

M. Biden s’est concentré sur les morts civiles causées par les roquettes du Hamas lors d’un appel avec M. Netanyahu samedi, et un compte-rendu de la Maison Blanche n’a fait aucune mention des États-Unis exhortant Israël à se joindre à un cessez-le-feu que les pays de la région encouragent. Mme Thomas-Greenfield a indiqué que les diplomates américains étaient en contact avec Israël, l’Égypte et le Qatar, ainsi qu’avec l’ONU.

Les frappes aériennes israéliennes sur la ville de Gaza ont détruit trois immeubles et tué au moins 42 personnes dimanche, selon des médecins, portant le bilan depuis que le Hamas et Israël ont commencé leurs combats aériens et d’artillerie à au moins 188 morts à Gaza et huit en Israël. Quelque 55 enfants à Gaza et un garçon de 5 ans en Israël figurent parmi les morts.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré aux Israéliens, lors d’une allocution télévisée dimanche, qu’Israël « veut faire payer un lourd tribut » au Hamas. Cela « prendra du temps », a déclaré M. Netanyahu, indiquant que la guerre allait continuer pour le moment.

Les représentants des nations musulmanes se sont réunis pour demander à Israël de mettre fin aux attaques qui tuent les civils palestiniens dans la bande de Gaza, très peuplée. Le ministre saoudien des Affaires étrangères Faisal bin Farhan a appelé « la communauté internationale à prendre des mesures urgentes pour arrêter immédiatement les opérations militaires ».

Lors de la réunion de l’Organisation de la coopération islamique, composée de 57 pays, la Turquie et d’autres pays ont également critiqué les efforts déployés par les États-Unis pour que les Émirats arabes unis, le Bahreïn et d’autres pays islamiques signent des accords bilatéraux avec Israël afin de normaliser leurs relations, en surmontant l’échec des efforts internationaux visant à négocier une paix durable entre Israël et les Palestiniens.

« Le massacre d’enfants palestiniens aujourd’hui fait suite à cette prétendue normalisation », a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif. t

Lors de la réunion virtuelle du Conseil de sécurité, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que l’ONU s’engageait activement auprès de toutes les parties pour un cessez-le-feu immédiat.

Revenir sur les scènes de tirs de roquettes de militants palestiniens et de frappes aériennes israéliennes lors de la quatrième guerre de ce type entre Israël et le Hamas, « ne fait que perpétuer les cycles de mort, de destruction et de désespoir, et repousse à l’horizon tout espoir de coexistence et de paix », a déclaré M. Guterres.

Huit ministres des affaires étrangères se sont exprimés lors de la session du Conseil de sécurité, reflétant la gravité du conflit, et presque tous ont demandé instamment la fin des combats.

Le prédécesseur de M. Biden, Donald Trump, avait apporté le soutien des États-Unis à Israël, faisant de M. Netanyahu un allié dans la lutte contre l’Iran. M. Trump a accordé peu de temps aux efforts déployés par les administrations américaines précédentes pour promouvoir des accords de paix entre Israël et les Palestiniens, encourageant et récompensant plutôt les nations arabes qui ont signé des accords de normalisation entre deux pays avec Israël.

M. Biden, au contraire, considère que les conflits au Moyen-Orient et en Asie centrale sont une distraction par rapport aux priorités de la politique étrangère américaine, notamment la concurrence avec la Chine.

Il a cherché à calmer certains conflits et à sortir les États-Unis d’autres, notamment en mettant fin au soutien militaire américain à la guerre menée par l’Arabie saoudite au Yémen, en prévoyant de retirer les troupes américaines d’Afghanistan et en essayant de revenir à un accord nucléaire avec l’Iran auquel Israël s’oppose.

Reuters, 17 mai 2021

Etiquettes : Israël, Palestine, Ghaza,