Une frappe israélienne détruit un bâtiment de Gaza où se trouvaient l’AP et d’autres médias

GAZA CITY, Bande de Gaza (AP) – Samedi, une frappe aérienne israélienne a visé et détruit un immeuble de grande hauteur dans la ville de Gaza qui abritait les bureaux de l’Associated Press et d’autres médias. Quelques heures plus tard, Israël a bombardé le domicile d’un haut dirigeant du Hamas, le groupe militant au pouvoir à Gaza.

L’armée israélienne a déclaré que la maison de Khalil al-Hayeh faisait partie de ce qu’elle a appelé « l’infrastructure terroriste » du groupe militant. Khalil al-Hayeh est un haut responsable de la direction politique du Hamas à Gaza, et l’attaque a marqué une nouvelle escalade, signalant qu’Israël s’en prend aux hauts dirigeants du Hamas, et pas seulement aux commandants militaires. Son sort après l’attaque n’était pas immédiatement connu.

Auparavant, les employés de l’AP et d’autres locataires avaient évacué en toute sécurité leur immeuble de bureaux après que l’armée eut prévenu par téléphone que l’attaque était imminente dans l’heure qui suivait. Trois missiles lourds ont frappé le bâtiment de 12 étages, le faisant s’effondrer dans un gigantesque nuage de poussière.

Pendant 15 ans, les bureaux du dernier étage et le toit-terrasse de l’AP ont été un lieu privilégié pour couvrir les conflits entre Israël et le Hamas de Gaza, notamment les guerres de 2009 et 2014. La caméra de l’agence de presse a offert des images en direct 24 heures sur 24 alors que les roquettes des militants se dirigeaient vers Israël et que les frappes aériennes israéliennes martelaient la ville et ses environs cette semaine.

« Le monde en saura moins sur ce qui se passe à Gaza à cause de ce qui s’est passé aujourd’hui », a déclaré Gary Pruitt, président et directeur général de l’AP, dans un communiqué. « Nous sommes choqués et horrifiés que l’armée israélienne ait pu cibler et détruire le bâtiment abritant le bureau de l’AP et d’autres organisations de presse à Gaza. »

« C’est un développement incroyablement inquiétant. Nous avons évité de justesse une terrible perte de vies humaines », a-t-il déclaré, ajoutant que l’AP cherchait à obtenir des informations auprès du gouvernement israélien et qu’il était en contact avec le département d’État américain pour en savoir plus.

L’immeuble visé abritait également les bureaux de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera, ainsi que des appartements résidentiels. L’armée israélienne a déclaré que le Hamas opérait à l’intérieur de l’immeuble, une explication classique, et a accusé le groupe militant d’utiliser des journalistes comme boucliers humains. Elle a accusé le groupe militant d’utiliser des journalistes comme boucliers humains, mais n’a fourni aucune preuve à l’appui de ses affirmations.

La raison pour laquelle l’armée a détruit un bâtiment entier rempli de bureaux de médias et d’appartements résidentiels n’a pas non plus été clairement établie. L’armée a effectué des dizaines de frappes aériennes ciblées, y compris lors de la série actuelle de combats, qui visaient des étages et même des appartements isolés.

Quelques heures plus tôt, un autre raid aérien israélien sur un camp de réfugiés densément peuplé a tué au moins 10 Palestiniens d’une famille élargie, pour la plupart des enfants, la frappe unique la plus meurtrière du conflit actuel.

En réponse à l’attaque contre le bâtiment qui abritait des médias, le Comité pour la protection des journalistes, basé à New York, a demandé à Israël de « fournir une justification détaillée et documentée ».

« Cette dernière attaque contre un bâtiment connu depuis longtemps par Israël pour abriter des médias internationaux fait planer le spectre que les Forces de défense israéliennes ciblent délibérément les installations des médias afin de perturber la couverture de la souffrance humaine à Gaza », a déclaré le directeur exécutif du groupe, Joel Simon, dans un communiqué.

Depuis lundi soir, le Hamas a tiré des centaines de roquettes sur Israël, qui a bombardé la bande de Gaza de frappes. À Gaza, au moins 145 personnes ont été tuées, dont 41 enfants et 23 femmes ; en Israël, huit personnes ont été tuées, dont un homme tué par une roquette qui a touché Ramat Gan, une banlieue de Tel Aviv, samedi.

La dernière flambée de violence a commencé à Jérusalem et s’est étendue à toute la région au cours de la semaine dernière, avec des affrontements entre Juifs et Arabes et des émeutes dans des villes mixtes d’Israël. De vastes manifestations palestiniennes ont également eu lieu vendredi en Cisjordanie occupée, où les forces israéliennes ont tué 11 personnes par balle.

La spirale de la violence a fait craindre une nouvelle « intifada » palestinienne, ou soulèvement, alors que les pourparlers de paix n’ont pas eu lieu depuis des années. Samedi, les Palestiniens ont célébré le jour de la Nakba (Catastrophe), au cours duquel ils commémorent les quelque 700 000 personnes qui ont été expulsées de ce qui est aujourd’hui Israël ou qui ont fui leurs maisons pendant la guerre de 1948 qui a entouré sa création. Cela laisse présager des troubles encore plus importants.

Le diplomate américain Hady Amr est arrivé vendredi dans le cadre des efforts de Washington pour désamorcer le conflit, et le Conseil de sécurité de l’ONU devait se réunir dimanche. Mais Israël a refusé une proposition égyptienne de trêve d’un an que les dirigeants du Hamas avaient acceptée, a déclaré vendredi un responsable égyptien sous couvert d’anonymat pour discuter des négociations.

Alors que les hostilités se poursuivaient, un bombardement israélien a frappé samedi matin une maison de trois étages dans le camp de réfugiés de Shati, dans la ville de Gaza, tuant huit enfants âgés de 14 ans et moins et deux femmes d’une famille élargie.

Mohammed Hadidi a déclaré aux journalistes que sa femme et ses cinq enfants étaient allés célébrer la fête de l’Aïd al-Fitr avec la femme de son frère et trois de leurs enfants. Tous ont été tués sur le coup, a-t-il dit. Le seul survivant connu de la famille Hadidi est son fils Omar, âgé de 5 mois ; un autre fils, Yahya, 11 ans, est porté disparu, a-t-il dit.

Des jouets d’enfants et un jeu de société Monopoly étaient visibles parmi les décombres, ainsi que des assiettes de nourriture non consommée lors du rassemblement de vacances.

« Il n’y a pas eu d’avertissement », a déclaré Jamal Al-Naji, un voisin vivant dans le même immeuble. « Vous avez filmé des gens en train de manger et ensuite vous les avez bombardés ? », a-t-il dit en s’adressant à Israël. « Pourquoi vous nous affrontez ? Allez affronter les gens forts ! »

L’armée israélienne n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Le Hamas a déclaré avoir tiré une salve de roquettes sur le sud d’Israël en réponse à la frappe aérienne.

La frappe sur le bâtiment abritant les bureaux des médias a eu lieu dans l’après-midi, après que le propriétaire a reçu un appel de l’armée israélienne l’avertissant que le bâtiment serait frappé dans l’heure. Une vidéo diffusée par Al-Jazeera montre le propriétaire de l’immeuble, Jawwad Mahdi, suppliant au téléphone un officier des services de renseignement israéliens d’attendre 10 minutes pour permettre aux journalistes d’entrer dans l’immeuble afin de récupérer du matériel précieux avant qu’il ne soit bombardé.

« Tout ce que je demande, c’est de laisser quatre personnes (…) entrer à l’intérieur et récupérer leurs caméras », dit-il. « Nous respectons vos souhaits, nous ne le ferons pas si vous ne l’autorisez pas, mais donnez-nous 10 minutes ». Lorsque l’officier a rejeté la demande, Mahdi a déclaré : « Vous avez détruit le travail de notre vie, nos souvenirs, notre vie. Je vais raccrocher, faites ce que vous voulez. Il y a un Dieu. »

Al-Jazeera, la chaîne d’information financée par le gouvernement du Qatar, a diffusé les frappes aériennes en direct alors que le bâtiment s’effondrait.

« Cette chaîne ne sera pas réduite au silence. Al-Jazeera ne sera pas réduite au silence », a déclaré Halla Mohieddeen, présentatrice de l’antenne d’Al-Jazeera English, la voix chargée d’émotion. « Nous pouvons vous le garantir dès maintenant. »

Plus tard dans la journée, la Maison Blanche a réagi en déclarant qu’Israël avait une « responsabilité primordiale » d’assurer la sécurité des journalistes qui couvrent le conflit en spirale.

Le président américain Joe Biden a appelé à une désescalade dans le conflit qui oppose depuis cinq jours le Hamas et Israël, mais il a publiquement soutenu le droit d’Israël à se défendre contre les roquettes du Hamas tirées depuis Gaza. Samedi, il s’est entretenu avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas.

Tôt vendredi, un barrage israélien furieux a tué une famille de six personnes dans leur maison et a fait fuir des milliers de personnes vers des abris gérés par l’ONU. Selon l’armée, 160 avions de guerre ont largué quelque 80 tonnes d’explosifs en 40 minutes et ont réussi à détruire un vaste réseau de tunnels utilisé par le Hamas.

Le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole de l’armée, a déclaré que l’armée vise à minimiser les dommages collatéraux lorsqu’elle frappe des cibles militaires. Mais les mesures prises lors d’autres frappes, comme les tirs d’avertissement pour inciter les civils à partir, n’étaient pas « réalisables cette fois-ci ».

Selon les médias israéliens, l’armée pense que des dizaines de militants ont été tués à l’intérieur des tunnels. Les groupes militants du Hamas et du Jihad islamique ont confirmé la mort de 20 personnes dans leurs rangs, mais l’armée a déclaré que le nombre réel était bien plus élevé.

L’infrastructure de Gaza, déjà très délabrée en raison du blocus israélo-égyptien imposé après la prise de pouvoir du Hamas en 2007, a montré des signes de dégradation supplémentaire, aggravant la misère des habitants. L’unique centrale électrique du territoire risque de manquer de carburant dans les prochains jours.

Selon les Nations unies, les habitants de Gaza subissent déjà des coupures de courant quotidiennes de 8 à 12 heures et au moins 230 000 personnes ont un accès limité à l’eau du robinet. Ce territoire appauvri et densément peuplé abrite deux millions de Palestiniens, dont la plupart sont des descendants de réfugiés de ce qui est aujourd’hui Israël.

Le conflit a eu de larges répercussions. Des villes israéliennes où se côtoient des populations arabes et juives ont été le théâtre de violences nocturnes, des foules de chaque communauté se battant dans les rues et saccageant les biens de l’autre.

Les tensions ont commencé à Jérusalem-Est au début du mois, avec des manifestations palestiniennes contre les tentatives des colons d’expulser par la force un certain nombre de familles palestiniennes de leurs maisons et les mesures prises par la police israélienne à la mosquée Al-Aqsa, un point chaud fréquent situé sur un mont de la vieille ville vénéré par les musulmans et les juifs.

Associated Press, 15 mai 2021

Etiquettes : Palestine, Israël, Associated Press, Aljazeera,