Maroc : Un roi toujours en apprentissage du « métier » de roi.

Mohammed VI s’est mis Angéla Merkel sur le dos. Son ministre des Affaires Etrangères s’est comporté comme un « bleu ». Il a eu tors de s’emporter et de se confronter à plus fort que lui. Hélas, maintenant, pour reprendre une relation normale, le roi qui était habitué à voir tout les marocains lui faire de longues courbettes et des lèche mains salivants, devra, malheureusement, se prosterner devant la Chancelière et demander des excuses.

En arriver là, relève de la cupidité de croire que l’on est en droit de tout faire sans tenir compte des devoirs et restrictions diplomatiques. Il est certain que, riche de cette malheureuse expérience, il réfléchira à sept fois avant d’entamer une action. Malgré son âge et son expérience, il est toujours en apprentissage du « métier » de roi.

Le Maroc a voulu affronter un grand pays qui ne voyait pas cette colonisation sous le même prisme que lui. Il voulait même, par des procédés douteux, lui imposer son point de vue pour profiter de sa mainmise sur le Sahara Occidental. Ce coup de poker n’a, non seulement pas réussi, mais va enfoncer le Maroc dans une confrontation qui est perdue d’avance et qui laissera, incontestablement, des marques indélébiles.

Le Maroc a joué … Il s’est brûlé et a perdu gros. Une bonne première leçon qu’il doit méditer.

Etiquettes : Maroc, Allemagne, Espagne, Sahara Occidental, Front Polisario, Angela Merkel, Mohammed VI, diplomatie,

1 Commentaire

  1. Le Maroc n’a rien perdu. C’est vous qui êtes les bleus, vous sombrez dans l’utopie d’une république fantoche et illégitime.Au nom de quoi une république arabe sur une terre berbère, vous n’êtes pas autochtones de l’Afrique du Nord.
    Marionnettes du régime militaire algérien, la guerre froide est terminée et le communisme n’existe quasiment plus, même en Russie ou en Chine.

Les commentaires sont fermés.