Palestine-Israël/ Pot de terre contre pot de fer

par madjid Khelassi

Une histoire d’expropriation ( comme toujours) embrase Jérusalem-Est. Des colons israéliens, dont l’expansionnisme est sans pareil, sont venus déloger des habitants palestiniens- à l’heure de la rupture du jeûne- de ce quartier appelé vallée du Scheikh Jarrah.

Et c’est tout de suite l’escalade…qui se prolonge jusqu’à la Mosquée d’El Aqsa.

On dénombre déjà 20 morts dont 9 enfants et plus de 500 blessés. Comme toujours le pot de terre contre le pot de fer.

Et que le monde civilisé observe depuis le 15 mai 1948…Date, que les juifs commémorent chaque année comme étant celle , de leur indépendance et que les palestiniens appellent la Nakba ( la catastrophe).

Allusion dramatique à l’occupation israélienne, qui chassa les palestiniens de leurs villes et villages, subissant ainsi un déracinement qui persiste jusqu’à nos jours.

En dehors du fait que toute la planète estime, que la création de l’état d’Israël est fondée sur une injustice, personne ne lève le petit doigt pour dénoncer cette injustice qui dure.

On compte quelques 3 700 000 réfugiés palestiniens selon les registres des Nations- Unis, réfugiés lamentablement ignorés par la communauté internationale.

Beaucoup de réfugiés, possèdent encore leurs titres de propriété et les clés de leurs maisons, (à Jaffa, Lod, Jérusalem) soigneusement gardés dans une boîte, sous une tente -d’un camp de toile- , offerte en compensation de l’injustice qui les tue à petit feu.

Les grandes puissances appellent à la retenue…Quelle retenue ?

Celle d’un peuple démuni de toute puissance économique militaire et médiatique ou celle d’un état- proxénète, qui fait fi du droit international et qui gaze, brule, assassine aux drones…des hères dont la seule arme est une pierre ou un caillou ?

Le sionisme ne répète t-il pas depuis un siècle cette litanie perverse… « une terre sans peuple pour un peuple sans terre » ? Comme si le peuple palestinien n’a jamais existé.

L’injustice faite aux palestiniens est une tragédie des temps modernes. Elle est une honte , une plaie qui suppure sur la gueule des dirigeants du monde civilisé, plus soucieux de la déforestation de l’Amazonie, que de la négation et du génocide d’un peuple qui vit en Palestine depuis le prophète Adam.

La Nation, 11 mai 2021

Etiquettes : Palestine, Israël, Jérusalem, AL Qods, Al Aqsa, Ghaza, Hamas,